Allodynie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'allodynie est la survenue d'une douleur déclenchée par un stimulus qui est normalement indolore. Exemple : le simple geste d'effleurer doucement la peau ou encore de légers stimuli de chaleur ou de froid peuvent alors être douloureux[1].

Le territoire allodynique peut être cartographié par une allodynographie : territoire cutané[2] où la stimulation, par une force d'application de 15 grammes, provoque une douleur égale ou supérieure à 3 sur une échelle visuelle analogique (EVA) de 10 cm[3].

Les patients souffrant d'allodynie caractérisent la douleur comme rayonnante, sensible, « enserrante », constante, réveillant la nuit. Ce sont souvent des patients ayant eu recours à toutes les méthodes antalgiques connues sans résultats. Ces radiculalgies proviennent de lésions partielles des nerfs cutanés (fibres A-beta)[4].

Ces douleurs neuropathiques au toucher[5], peuvent être diminuées par la méthode de rééducation sensitive de la douleur[6],[7],[8].

Une nouvelle méthode chirurgicale parvient néanmoins à soigner cette maladie pour certains patients : la neurostimulation médullaire consistant à stimuler des zones spécifiques de la moelle afin de contrer l'influx douloureux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La définition originale est de Merskey & Bogduk (1994) : « L'hyperalgie est la survenue d'une douleur anormalement intense déclenchée par un stimulus ; par exemple piqure avec une aiguille. L'hyperpathie est la survenue d'une douleur anormalement intense (extrêmement intense) et prolongée (persiste après le stimulus) déclenchée par un stimulus douloureux.  » "Douleur causée par un stimulus qui normalement ne produit pas de douleur", Traduction de Malenfant 1998
  2. Spicher CJ, Buchet (-Desfoux) N, Sprumont P. Atlas des territoires cutanés du corps humain; Esthésiologie de 240 branches - Préface : Prof S.W. Carmichael (Mayo Clinic) (2e édition) Sauramps Médical, 2013. (ISBN 9782840239017)
  3. Spicher CJ, Ribordy F, Mathis F, Desfoux N, Schönenweid F, Rouiller EM « L’allodynie mécanique masque une hypoesthésie: Observations topographiques de 23 patients douloureux neuropathiques chroniques » Doul et Analg. 2008;21:239-251.
  4. (en) Spicher CJ, Mathis F, Degrange B, Freund P, Rouiller EM « Static Mechanical Allodynia is a Paradoxical Painful Hypoaesthesia: Observations derived from neuropathic pain patients treated with somatosensory rehabilitation » Somatosens Mot Res. 2008;25(1):77-92. [PDF] PMID 18344149
  5. Spicher CJ (2011) « Éditorial : L'hypo-esthésie paradoxalement douloureuse au toucher: La face nord des douleurs neuropathiques » e-News for Somatosensory Rehabilitation 8(1):2-12. unifr.ch
  6. Spicher C, Quintal I. La méthode de rééducation sensitive de la douleur - Préface: Ronald Melzack. Montpellier, Paris : Sauramps Médical, 2013. (ISBN 978 2 84023 861 4)
  7. Quintal, I., Noël, L., Gable, C., Delaquaize, F., Bret-Pasian, S., Rossier, Ph., Annoni, J.M., Maupas, E. & Spicher, C.J. (2013) Méthode de rééducation sensitive de la douleur. Encyclopédie Médico-Chirurgicale (EMC), Kinésithérapie-Médecine physique-Réadaptation, 9(1), 1-16 Article 26-469-A-10 [1]
  8. Mathis F, Degrange B, Desfoux N, Sprumont P, Hecker E, Rossier Ph, Spicher CJ. (2007). Diminution des douleurs neuropathiques périphériques par la rééducation sensitive. Rev Med Suisse, 3(135):2745-48 revue.medhyg.ch

Voir aussi[modifier | modifier le code]