Allie Vibert Douglas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vibert et Douglas.

Allie Vibert Douglas est une astrophysicienne canadienne née en 1894 à Montréal (Québec, Canada) et morte en 1988 à Kingston (Ontario, Canada).

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1894 à Montréal, Vibert Douglas commence ses études à l'université McGill. Elle les interrompt en 1916 lors de la Première Guerre mondiale pour rejoindre le ministère de la guerre à Londres en tant que statisticienne. Son travail durant ces années lui vaut de devenir membre de l'Ordre de l'Empire britannique (MBE) en 1918.

Elle reprend alors ses études à McGill et obtient son baccalauréat puis sa maîtrise en 1921. Elle poursuit sa formation en astronomie à l'université de Cambridge sous la direction de Sir Arthur Eddington. En 1925, de retour à McGill, elle obtient son doctorat en astrophysique, le premier décerné par une université québécoise. Elle reste à l'université en tant que professeur de physique et d'astrophysique jusqu'en 1939.

À cette date, elle déménage à l'université Queen's en tant que professeur dans le département de physique et doyenne de la Faculté des femmes. Elle y enseignera jusqu'à sa retraite en 1964. Elle a toujours travaillé à faire entrer davantage de femmes en génie et en médecine.

De 1943 à 1945, elle sera la première femme présidente de la Royal Astronomical Society of Canada. De 1947 à 1950, elle est présidente de la fédération internationale des femmes universitaires. En 1967, elle est citée parmi les 10 femmes du siècle par le conseil national des femmes juives et devient membre de l'Ordre du Canada.

Un cratère sur la planète Vénus et un astéroïde (3269) Vibert-Douglas porte son nom.

Sources[modifier | modifier le code]