Allergie aux acariens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Allergie aux acariens
Classification et ressources externes
House Dust Mite.jpg
Dermatophagoides pteronyssinus
CIM-10 J45.0
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L'allergie aux acariens est une allergie causée par certains acariens de maison.

Acariens responsables[modifier | modifier le code]

Parmi les 50 000 espèces d'acariens, seules quelques-unes sont responsables des allergies. Les genres Dermatophagoides et Euroglyphus sont les plus répandues dans l'environnement domestique. On compte également Blomia tropicalis, Acarus siro, Tyrophagus putrescentiae.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Des études ont montré que la fraction attribuable chez l'adulte était de 30 % pour une sensibilisation aux acariens de la poussière. Prises en considération, cela pourrait signifier que quelque 1,2 milliards de personnes pourraient avoir une certaine forme de sensibilisation chronique aux acariens[1].

Symptômes[modifier | modifier le code]

Les allergies aux acariens se manifestent tout au long de l'année (pérenniale). Cependant, certaines périodes de l'année sont plus propices aux acariens. Au début de l'automne, les habitats sont moins aérés gardant l'humidité ambiante ainsi que le chauffage qui maintient la chaleur, favorisant ainsi la prolifération des acariens.

La rhinite allergique pérenniale se manifeste lorsque les allergènes entrent en contact avec la zone ORL. Les symptômes typiques de la rhinite allergique sont des éternuements en salve, un écoulement nasal clair et une obstruction nasale plus ou moins importante. Souvent associé à une conjonctivite avec un larmoiement plus ou moins important, des rougeurs et des picotements. Certains symptômes sont particulièrement visibles à l'heure du réveil, notamment des éternuements, une démangeaison du nez et du palais...

Les allergènes produits par les acariens sont parmi les déclencheurs les plus courants de l'asthme allergique, qui se caractérise par des difficultés respiratoires avec une sensation d'oppression thoracique, une respiration sifflante et une toux sèche. Il s'agit de la forme d'asthme la plus grave sur le court terme, le degré de réaction bronchique pouvant être particulièrement important et parfois mortel. Cette forme d'asthme peut évoluer en asthme chronique, notamment si l'exposition à allergène est constante et de longue durée.

Plus rarement, un eczéma atopique ou une dermatite atopique peuvent se manifester. Des rougeurs et des démangeaisons au niveau du cuir chevelu, du visage et des plis de flexion des membres.

Causes[modifier | modifier le code]

Dermatophagoides pteronyssinus apprécie les milieux chauds et humides comme la literie.

Il y a au moins 15 allergènes d'acariens qui sont subdivisées en groupes. Les groupes allergènes 1 et 2 sont les plus problématiques. Le groupe 1 comprend des protéines avec une activité catalytique, par exemple « Der p 1 » (Dermatophagoides pteronyssinus groupe 1) est un allergène cystéine protéase, comme son homologue américain « Der f 1 » (Dermatophagoides farinae groupe 1). Le groupe 2 contient des protéines importantes pour les acariens. Les protéines des autres groupes affectent seulement quelques patients.

L'allergie se produit parce que le système immunitaire des individus allergiques affectés, pour des raisons encore mal comprises, interprète une substance normalement inoffensive comme un agent pathogène et commence à produire un type d'anticorps contre elle, appelée immunoglobuline E (IgE)[2]. C'est ce qu'on appelle la « réponse anticorps primaire ». Les IgE produites au cours de cette réponse se lie à des basophiles dans le sang et à un type similaire de cellules appelées mastocytes dans les tissus. Lorsque la personne rencontre à nouveau l'allergène, les basophiles et les mastocytes qui ont lié à l'histamine communiqué IgE, les prostaglandines et leucotriènes, qui provoque une inflammation des tissus environnants, entraînant des symptômes allergiques.

Traitements[modifier | modifier le code]

À l'heure actuelle, la meilleure forme de traitement pour les allergies aux acariens est d'éviter les acariens et leurs allergènes combiné à des médicaments comme les anti-histaminiques, corticoïdes ou Salbutamol.

Traitement symptomatique et prévention[modifier | modifier le code]

Le Salbutamol et le Sérétide traitent l'asthme.

La plupart des traitements s’appuient sur l'atténuation des symptômes, notamment avec des anti-histaminiques, des corticoïdes ou le Salbutamol. Les médicaments les plus couramment prescrits pour traiter l'asthme incluent le Ventolin et le Sérétide. Des collyres comme le Cromedil (cromoglicate de sodium) et Zalerg soulagent les symptômes de la conjonctivite allergique.

L'environnement de la literie est optimal pour la plupart des acariens, et des études comparatives ont montré que la densité des acariens dans les matelas est en moyenne plus grande de 2500 par gramme de poussière. Le nettoyage des lits avec la plupart des aspirateurs ne supprime pas les acariens allergènes, mais accroît plutôt leur volatilité et les disperse. Certaines literies en polyéthylène sont bénéfiques, car elles rendent l'environnement difficile pour les acariens. La literie doit aussi être perméable à l'air et être capable de résister à des lavages fréquents. Un plan de réduction des allergènes a été reconnu comme étant une partie essentielle de la gestion des symptômes de l'asthme. Et par conséquent tous les aspects du milieu familial doivent être envisagés (passer l'aspirateur, l'utilisation des purificateurs d'air, etc.) La crasse et les particules de peau morte ne peuvent pas pénétrer dans les lits à eau, qui peuvent être périodiquement nettoyés avec un chiffon et du produit pour vinyle. La couverture du matelas peut être régulièrement lavée. De plus, les acariens affectionnant les tissus d'origine animale, la laine et les plumes doivent être proscrits[3].

Traitement curatif[modifier | modifier le code]

De nouvelles méthodes pour essayer de traiter l'allergie aux acariens impliquent l'immunothérapie. Une innocuité et la tolérabilité d'essais cliniques (phase IIa) ont été achevé avec des résultats positifs par Cytos Biotechnology utilisant une immunothérapie (CYT003-QbG10) pour le traitement des acariens par allergies déclenchées[4]. La société biopharmaceutique française Stallergenes développe, via le programme Stalair, des traitements de désensibilisation sublinguale de l'allergie aux acariens. Le comprimé d'immunothérapie « Actair » a démontré son efficacité après 4 mois de traitement et la persistance de son effet thérapeutique après seulement un an de traitement. Stallergenes est en train de préparer le dépôt de la LDN en Allemagne. Une étude pédiatrique de phase III a été lancée.

Allergies croisées[modifier | modifier le code]

Parmi les différents allergènes des acariens, on retrouve l'un d'eux, la protéine tropomyosine, dans certains aliments, comme les crevettes, la langouste, les escargots ... Certaines personnes peuvent donc faire un réaction allergique par allergie croisée en ingérant ces aliments.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Xavier Basagaña, Jordi Sunyer, Manolis Kogevinas, Jan-Paul Zock, Enric Duran-Tauleria, Deborah Jarvis, Peter Burney, Josep Maria Anto, « Socioeconomic Status and Asthma Prevalence in Young Adults. The European Community Respiratory Health Survey », American Journal of Epidemiology, vol. 160, no 2,‎ 2004, p. 178–188 (PMID 15234940, DOI 10.1093/aje/kwh186)
  2. (en) J.-Y. Shim, B.-S. Kim, S.-H. Cho, K.-U. Min & S.-J. Hong, « Allergen-specific conventional immunotherapy decreases immunoglobulin E-mediated basophil histamine releasability », Clinical & Experimental Allergy, vol. 33, no 1,‎ 2003, p. 52–57 (PMID 12534549, DOI 10.1046/j.1365-2222.2003.01567.x)
  3. (en) Mayoclinic Bakalar, « Dust mite allergy », Mayoclinic,‎ 12 octobre 2006 (consulté le 24 juin 2012)
  4. (en) Staff, Genetic Engineering & Biotechnology News, Mary Ann Liebert, Inc.,‎ juin 15 2007, p. 52