Allenwiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Allenwiller
Mairie d'Allenwiller.
Mairie d'Allenwiller.
Blason de Allenwiller
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin (Strasbourg)
Arrondissement Saverne
Canton Marmoutier
Intercommunalité C.C. du Pays de Marmoutier-Sommerau
Maire
Mandat
Roger Muller
2014-2020
Code postal 67310
Code commune 67004
Démographie
Gentilé Allenwillerois(e)
Population
municipale
516 hab. (2011)
Densité 87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 21″ N 7° 22′ 35″ E / 48.655833, 7.37638948° 39′ 21″ Nord 7° 22′ 35″ Est / 48.655833, 7.376389  
Altitude Min. 240 m – Max. 400 m
Superficie 5,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Allenwiller

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Allenwiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allenwiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allenwiller

Allenwiller est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Petit village du Bas-Rhin en région Alsace, Allenwiller fait partie du canton de Marmoutier. Il est situé à 242 mètres d'altitude et voisin des communes de Salenthal et de Singrist. 507 habitants (population municipale légale 2010) résident dans la commune sur une superficie de 596 hectares.

Allenwiller se situe à environ 35 kilomètres de Strasbourg, la préfecture du département Bas-Rhin et de la région Alsace. Le magasin le plus proche est à Marmoutier à environ 7 kilomètres, de même que la poste la plus proche. Allenwiller a le code postal de Wasselonne.

Distances[modifier | modifier le code]

Toutes les données kilométriques sont au départ de la départementale 817 dans la rue de Romanswiller. Tous les itinéraires ont été pris avec l'autoroute. D'Allenwiller à…

La plus grande ville à proximité d'Allenwiller est la ville de Saverne, située au nord-ouest de la commune.

Deux rivières passent à Allenwiller : la Sommerau et le Sommergraben.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Allenwiller
Salenthal Singrist
Birkenwald Allenwiller Jetterswiller
Romanswiller

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les noms successifs d'Allenwiller furent :

  • Alenevilla (au Xe siècle) ;
  • Alhinwilre (au XIIIe siècle) ;
  • Alhenwilre (au XIVe siècle) ;
  • Alenwilre (au XVe siècle) ;
  • Allenviller (en 1793)[1] ;
  • Attenviler (en 1801)[1] ;
  • Alenweiler ;
  • puis Allenwiller.

Histoire[modifier | modifier le code]

Allenwiller a très souvent changé de propriété. D'abord possession de l'abbaye de Marmoutier, il passe à l'évêque de Metz vers 828, puis aux seigneurs d'Ochsenstein en 1187, aux Deux-Ponts-Bitche en 1485, aux Hanau-Lichtenberg en 1570 et pour finir aux Hesse-Darmstadt en 1736.

La première trace écrite de l'existence d'Allenwiller remonte au Xe siècle. En 828, le village devait appartenir au couvent de Marmoutier. À partir de cette date, le village passe tour à tour à l'évêché de Metz, en 1187 aux seigneurs d'Ochsenstein, en 1485 aux seigneurs de Deux-Ponts-Bitche, en 1570 aux seigneurs de Hanau-Lichtenberg qui introduisent la réforme et en 1736 aux seigneurs de Hesse-Darmstadt.

L'origine du blason est le château des Ochsenstein se trouvant près de Reinhardsmunster, via maison forestière du Haberacker. Cette forteresse comportait trois châteaux reliés entre eux.

Le village servit souvent de gage en contrepartie d'un prêt ou d'une dette.

En 1641, il n'y a plus âme qui vive à Allenwiller : la guerre de Trente ans, la pauvreté, la famine et la peste avaient exterminé le village. Le repeuplement du village s'effectua par des familles venant de la Suisse, du Tyrol, du Vorarlberg et de Normandie.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Allenwiller

Les armes d'Allenwiller se blasonnent ainsi :
« D'argent aux trois tours crénelées de cinq pièces de gueules maçonnées de sable. »[2].

Le blason fait référence aux trois châteaux des seigneurs d'Ochsenstein.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Roger Muller[3]    
2001 2008 Roger Muller    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Tableau[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 516 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
632 458 445 458 487 496 507 483 467
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
433 424 465 445 506 460 430 406 393
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
393 415 405 400 402 401 365 363 369
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
358 381 378 393 418 453 495 507 516
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Au recensement de 2011, Allenwiller comptait 767 habitants. Un tiers est constitué de protestants, le reste de catholiques.

Au moment de la Révolution[modifier | modifier le code]

  • 1792 : 238 habitants
  • 1793 : 632 habitants
  • 1794 : 482 habitants

En 1793, la population d'Allenwiller était très élevée, et serait due à l'explication possible d'un cantonnement d'une troupe !

Au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Légère augmentation :

  • 1806 : 445 habitants
  • 1836 : 496 habitants
  • 1875 : 506 habitants

Au XXe siècle[modifier | modifier le code]

D'abord diminution puis remontée dans la deuxième moitié du siècle :

  • 1905 : 415 habitants
  • 1941 : 350 habitants
  • 1954 : 369 habitants
  • 1975 : 378 habitants
  • 1990 : 418 habitants
  • 2009 : 515 habitants
  • 2010 : 507 habitants

Repeuplement après la guerre de Trente Ans[modifier | modifier le code]

Kieffer, dans son Pfarrbuch de Hanau-Lichtenberg, publie un relevé datant de 1641. C'est le relevé des redevances dues au seigneur. Il énumère les différents postes et derrière chaque poste, il y a le mot « Nichts » néant. Il se termine par le poste « Wagenfrohnden » : nichts néant. L'explication se trouve en note : « es ist keine lebendige Seele meht in Allenwiller », il n'y a plus âme qui vive à Allenwiller.

Il fallait repeupler le village. Des familles vinrent de Suisse : les Clauss, les Muller, les Zimmermann vinrent du Brener Oberland, les Gass et les Steiner de Bâle. Ces gens quittèrent leur pays parce que la situation économique y était peu enviable et une révolte paysanne venait d'être réprimée durement. D'autres familles vinrent du Tyrol ou du Vorarlberg.

D'autres enfin vinrent de Normandie. Le seigneur de Birkenwald, Gabriel du Terrier, fit venir des familles de sa province natale, la Normandie. Ces noms français subirent quelques modifications.

Bastien=Bastian, Messance=Messang, Rollin=Rolling, La Vitte=Virra=Wetha=Wetta. En 1687, Pierre Vitta était le régisseur du château de Birkenwald.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves d'Allenwiller vont à l'école maternelle de la commune. Par contre l'école primaire est à Salenthal. Les collégiens vont au collège Léonard-de-Vinci à Marmoutier et les lycéens vont au lycée Leclerc ou à celui de Haut-Barr à Saverne. Pour fin 2011, une nouvelle école sera construite : ce sera une école intercommunale regroupant les trois villages qui sont dans le RPI[Quoi ?] (Allenwiller, Salenthal et Birkenwald).

Économie[modifier | modifier le code]

Dans le village, il y a une scierie mais cette dernière a été rachetée. L'épicerie la plus proche est à Romanswiller. L'hypermarché est à Marmoutier. Les tribunaux sont à Saverne et à Strasbourg.

Un théâtre alsacien se déroule durant la période de février à mai mais plus toutes les années pour diverses raisons.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Églises[modifier | modifier le code]

« Keyser Schulteis 1739 », ce texte au-dessus de la porte d'entrée, renseigne sur la date de la construction de la nef actuelle. Certaines pierres d'attente et d'autres traces de la vieille tour prouvent l'existence de nefs plus anciennes, d'une romane, suivie d'une gothique, sans doute. Le clocher roman a trois étages, le rez-de-chaussée sert de chœur. Une armoire eucharistique murale est datée de 1473. Elle ressemble étrangement au tabernacle mural que se trouve dans la sacristie de Salenthal de 1465.

L'église catholique est de style néogothique. Les pierres, un beau grès des Vosges, proviennent d'une carrière locale. La pose de la première pierre eut lieu le 29 septembre 1905 et l'église fut inaugurée le 29 septembre 1906, un temps record qui mérite d'être signalé. Catholiques et protestants avaient utilisé la même église durant 219 ans. Le 28 août 1939, on a frôlé la catastrophe. La foudre est tombée sur le clocher. Le curé Bernhart était absent, c'était le pasteur Gérold qui a donné l'alerte. Les hommes valides étaient mobilisés. Ce sont des pompiers improvisés qui ont sauvé l'édifice, d'ailleurs en prenant beaucoup de risques. Depuis, bien des travaux ont été réalisés :

  • peinture, révision de l'orgue, chauffage, dallage, pavage ;
  • double vitrage, plafond en bois, peinture, sonorisation ;
  • derrière tout cela, il y a kermesse, théâtre, le travail des bénévoles, et bienfaiteurs anonymes.

Cimetière[modifier | modifier le code]

Le cimetière actuel a été inauguré en septembre 1847. Il est commun en deux confessions, les catholiques et les protestants. Une quête spéciale a permis d'ériger la croix qui se trouve au milieu du cimetière. Elle date aussi de septembre 1847.

Bancs[modifier | modifier le code]

Les bancs « Napoléon » portent la date de 1811, date de la naissance du roi de Rome, fils de Napoléon Ier. C'est un banc « Eugénie », l'impératrice Eugénie, femme de Napoléon III. Ces bancs portent la date de 1854, 1855, et 1856. Alors que les premiers trains reliaient les grandes localités, ces bancs devaient faciliter les déplacements en campagne. Érigés tous les 2 kilomètres, on en comptait 448 dans le Bas-Rhin. Victimes d'élargissement des routes, ils disparaissaient peu à peu, comme celui qui a été enlevé mercredi 3 novembre 2010 pour des raisons indéterminées. Nos grands-mères y déposaient leur lourd panier de fruits, de légumes, d'œufs et de beurre... Soufflaient un peu, faisaient leurs brin de causette avant de reprendre la route de Wasselonne. Le marché, c'était un peu l'événement de la semaine.

Événements et fêtes à Allenwiller[modifier | modifier le code]

  • le premier dimanche du mois d'octobre : messti du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.newgaso.fr (consulté le 24 mai 2009)
  3. [PDF] « Liste des maires du Bas-Rhin au 1er avril 2008 », sur http://www.bas-rhin.pref.gouv.fr,‎ 2008 (consulté le 22 mai 2009)
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011