All the Year Round

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
All the Year Round
Image illustrative de l'article All the Year Round
Couverture de la troisième série, janvier 1891

Auteur Charles Dickens ("Boz")
Genre Critique littéraire et sociale
Version originale
Titre original All The Year Round
Éditeur original Chapman & Hall
Langue originale Anglais
Pays d'origine Angleterre (Royaume-Uni)
Lieu de parution original Londres
Version française

All the Year Round (Tout au long de l'année), dont le titre complet, assez polémique, est All the Year Round. A Weekly Journal. Conducted by Charles Dickens. With Which is Incorporated Household Words, est un hebdomadaire victorien fondé en 1859 par Charles Dickens (1812-1870) qui en a assuré la direction jusqu'en 1865. Publié par Chapman & Hall et racheté, après la mort de Dickens, par son fils aîné Charley, il continue de paraître jusqu'en 1895. Le journal a succédé à Household Words (1850-1859), lui aussi fondé par Dickens et auquel il a mis un terme après s'être brouillé avec l'éditeur.

D'après Philip V. Allingham, si Household Words a surtout été destiné à accueillir des journalistes, All the Year Round se consacre plutôt aux écrits des romanciers[1]. En effet, de nombreux romans y ont été publiés, y compris Le Conte de deux cités. Peu avant sa mort en 1870, Dickens lègue le journal à son fils aîné, Charles Dickens, Jr, dit Charley, qui en a poursuivi la publication jusqu'en 1888.

L'hebdomadaire a cessé définitivement de paraître en 1893[2],[N 1].

Historique[modifier | modifier le code]

1859 -1870[modifier | modifier le code]

En 1858, Charles Dickens est rédacteur-en-chef de la revue Household Words, publiée par Bradbury and Evans que dirigent William Bradbury et Frederick Mullet Evans ; une brouille les sépare lorsque Frederick Mullet Evans, pourtant son ami, refuse, non sans raisons éthiques, de publier ses mises au point sur son mariage (voir Catherine Dickens). Dickens se décide alors à créer son propre hebdomadaire dont, dit-il, « [il] gardera le contrôle sans avoir à céder aux caprices d'un éditeur »[3].

Aussi fonde-t-il en 1859 All the Year Round, dénomination, comme celle de la précédente revue, qu'il trouve le dans Shakespeare, ici Othello à l'acte I, scène 3, vers 128-129, et qu'il paraphrase en une citation (« The story of our lives, from year to year »), qu'il place en exergue du titre[4]. Le journal conserve la même adresse, Wellington Street North, à dix numéros près, passant du 16 au 26, le même nombre de pages, 24, présentées comme précédemment sur deux colonnes, le même prix, 2 pence, et la même absence d'illustrations[1] :

« The story of our lives, from year to year. »

— Shakespeare

.

ALL THE YEAR ROUND.

A weekly journal.

Conducted by Charles Dickens.

Le premier numéro paraît le samedi , avec le chapitre I de Le Conte de deux cités. Le succès est immédiat et Dickens peut écrire à son ami John Forster : « All the Year Round a si bien marché qu'hier elle m'a remboursé avec 5 pour cent d'intérêt toutes les sommes que j'avais avancées pour sa mise en œuvre (papier, impression, etc., tout remboursé, jusqu'au dernier exemplaire), et avec un bonus de 500 £ chez le banquier ! » (« So well has All the Year Round gone that it was yesterday able to repay me, with five per cent. interest, all the money I advanced for its establishment (paper, print etc. all paid, down to the last number), and yet to leave a good £500 balance at the banker's! »)[5].

Une semaine après le lancement, Dickens gagne le procès intenté devant la Court of Chancery (Cour de la Chancellerie) contre son précédent éditeur Bradbury and Evans, recouvrant la propriété commerciale du nom de son ancienne revue[6]. C'est pourquoi, cinq semaines plus tard, le 28 mai 1859, Dickens met un terme à Household Words dont le dernier numéro comporte un prospectus faisant la promotion de son nouveau journal en ces termes : « After the appearance of the present concluding Number of Household Words, this publication will merge into the new weekly publication, All the Year Round, and the title, Household Words, will form a part of the title-page of All the Year Round »[7]. Ainsi, le titre s'enrichit d'un quatrième volet, devenant « All the Year Round. A Weekly Journal. Conducted by Charles Dickens. With Which Is Incorporated Household Words »[8].

1870-1895[modifier | modifier le code]

Après l'avoir engagé comme rédacteur-en-chef adjoint de la revue, Dickens lègue All the Year Round à son fils aîné, Charles Dickens Jr, une semaine avant sa mort en juin 1870[9]. En effet, le , il rédige un codicile ainsi formulé : « I, Charles Dickens [...] give to my son Charles Dickens the younger all my share and interest in the weekly journal called 'All the Year Round,' [...] In witness whereof I have hereunto set my hand the 2nd day of June in the year of our Lord 1870 ». Ainsi, Charley devient propriétaire et rédacteur-en-chef de la revue du 25 juin 1870 à 1888. Les numéros publiés de 1870 à 1871 changent d'entête : « Conducted by Charles Dickens » est remplacé par « Conducted by Charles Dickens, Jun. » ; en 1882, la mention « Conducted by Charles Dickens » réapparaît.

En 1889, la revue entame une troisième série Third series), à laquelle la participation de Dickens Jr reste peu claire ; en revanche, celle de Mary Dickens est avérée, car nombre de ses histoires sont pubiées.

1895 marque la fin de la revue : le dernier numéro paraît le 30 mars après trois « séries ».

Séries[modifier | modifier le code]

Chaque volume comporte 26 numéros s'étendant sur un semestre, les numéros annuels et saisonniers comptant à part.

  1. Première série : Vol. 1 (30 avril 1859) à Vol. 20 (28 novembre 1868)
  2. Nouvelle série  : Vol. 1 (5 décembre 1868) à Vol. 43 (29 décembre 1888)
  3. "Troisième Série : Vol. 1 (5 janvier 1889) à Vol. 13 (30 mars 1895)

Ouvrages en collaboration[modifier | modifier le code]

Dickens collabore aussi avec d'autres membres de la direction pour ses histoires de Noël et des pièces destinées au numéros saisonniers. Ainsi :

  • The Haunted House (13 décembre 1859) avec Wilkie Collins, Elizabeth Gaskell (qui a refusé d'écrire pour la revue)Adelaide Anne Procter, George Augustus Henry Sala et Hesba Stretton.
  • A Message from the Sea (13 décembre 1860) avec Wilkie Collins, Robert Williams Buchanan (sous le nom de « Henry F. Chorley »), Charles Allston Collins, Amelia Edwards et Harriet Parr.

(à suivre)

Auteurs publiés[modifier | modifier le code]

Romanciers de renom[modifier | modifier le code]

Écrivains mineurs[modifier | modifier le code]

À ces noms prestigieux, s'ajoutent ceux, moins connus, de Henry Spicer, Rosa Mulholland (Lady Gilbert) (1841–1921), Amelia Edwards (1831-1892), Edmund Yates (1831-1894), George Augustus Sala (1828-1895) (chroniques de voyage : Constantinople, Rome et Saint-Pétersbourg), E. A. Worthington (esquisses humoristiques et illustrées), Sarah Doudney (poésie et fiction), Walter Goodman (esquisses humoritiques), Hesba Stretton (littérature enfantine), Adelaide Anne Procter (Legends and Lyrics), Sheridan Le Fanu (Madam Crowl's Ghost) et Percy Hetherington Fitzgerald (1834-1925), qui tous ont reçu à des titres divers les encouragements de Dickens et, après lui, de sa revue.

(à suivre)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicholas Bentley, Michael Slater et Nina Burgis, The Dickens Index, Oxford et New York, Oxford U. P., 1990.
  • Philip Collins, « The AYR Letter Book' », Victorian Periodicals Review, N°10, 1970.
  • Ella Ann Oppenlander, Dickens' “All the Year Round”: Descriptive Index and Contributor List, Troy, New York, Whitston, 1984.
  • Paul Davis, Charles Dickens A to Z: The Essential Reference to His Life and Work, New York, Checkmark and Facts On File, 1999.
  • John Drew. « "All the Year Round" », Oxford Reader's Companion to Dickens, éd. Paul Schlicke, Oxford et New York, Oxford U. P., 1999, p. 8-12.
  • Martin Fido, The World of Charles Dickens, Vancouver, Raincoast, 1997.
  • Edgar Rosenberg, « Launching Great Expectations », Charles Dickens's Great Expectations, New York, W. W. Norton, 1999. p. 389-423.
  • Paul Schlicke, Oxford Reader's Companion to Dickens, Oxford et New York, Oxford U. P., 1999.
  • Deborah Wynne, The Sensation Novel and the Victorian Family Magazine, New York, Palgrave, 2001

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un doute subsiste sur la fin de la parution, certains la datant de 1893 et d'autres de 1895.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Philip V. Allingham, « Périodiques de Dickens » (consulté le 10 novembre 2011).
  2. « Périodiques de Dickens » (consulté le 10 novembre 2011).
  3. Philip V. Allingham, « Wrapping Up Household Words », Household Words, « Périodiques de Dickens » (consulté le 10 novembre 2011).
  4. John Forster, Charles Dickens, livre VIII, 5e partie.
  5. « John Forster, The Life of Charles Dickens » (consulté le 11 novembre 2011).
  6. Philip V. Allingham à compléter.
  7. Charles Dickens, Contributions to All The Year Round, op. cit., chapitre 1, "Announcement in 'Household Words' of the Approaching Publication of 'All the Year Round'", 28 mai 1859.
  8. Philip V. Allingham, « Household Words », sur http://web.archive.org/web/20051127163340/http://www.victorianweb.org/periodicals/hw.html,‎ 11 juillet 2004 (consulté le 11 novembre 2011).
  9. John Forster, op. cit., « Appendice 13 au testament de Charles Dickens » (consulté le 10 novembre 2011).