Alix Joffroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joffroy.

Alix Joffroy

Description de l'image Joffroy.jpg.
Naissance
Stainville (Meuse) (France)
Décès (à 63 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Champs Médecine
Neurologie
Neuropathologie
Psychiatrie
Institutions Hôpital de la Salpêtrière
Sainte-Anne
Formation Faculté de médecine de Paris
Distinctions Legion Honneur Chevalier ribbon.svg Chevalier de la Légion d'honneur[1](13 juillet 1891).

Alix Joffroy, né le à Stainville (Meuse) et mort le à Paris, est un médecin neurologue, neuropathologiste et psychiatre français, élève de Charcot, deuxième titulaire de la "chaire de clinique des maladies mentales et de l'encéphale" à Sainte-Anne.

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Il fait ses études de médecine à Paris où il obtient son doctorat en 1873. Il est nommé médecin des hôpitaux en 1879 et agrégé en 1880. Sa carrière se déroule à l'Salpêtrière à partir de 1885. Il est nommé professeur de clinique psychiatrique en 1893. Jean-Martin Charcot l'encourage à approfondir ses études en neurologie. Ensemble ils décrivent, en 1869, l'atrophie des cornes antérieures de la moelle épinière dans la poliomyélite.

Il est directeur des Archives de Physiologie normale et pathologique (1880-1889) et l'un des fondateurs des Archives de médecine expérimentale. Il est élu membre titulaire de l'Académie nationale de médecine le 19 mars 1901[2],secrétaire de la Société de Biologie, membre de la Société d'Anatomie, chevalier de la Légion d'honneur.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • De la pachyméningite cervicale hypertrophique (d'origine spontanée), Delahaye (Paris), 1873, Texte intégral.
  • De la médication par l'alcool, Delahaye (Paris), 1875.
  • De l'influence des excitations cutanées sur la circulation et la calorification, [Thèse présentée au concours de l'agrégation], Parent (Paris), 1878, Texte intégral.
  • Exposé des titres scientifiques, G. Masson (Paris), 1884, Texte intégral.
  • « Sur un cas d’aphasie sensorielle avec lésion temporo-pariétale droite », in: Revue Neurologique, 16 (1903): 112-115.
  • Des rapports de la syphilis et de la paralysie générale, impr. de J. Gainche (Paris), 1905, 23 p. in-8, disponible sur Gallica.
  • Jean-Martin Charcot [1825-1893], Chameret et Renouard, 32 p.
En collaboration
  • avec Jean-Martin Charcot: Deux cas d'atrophie musculaire progressive: avec lésions de la substance grise et des faisceaux antérolatéraux de la moelle épinière, Masson (Paris), 1869.
  • avec Jacques Roubinovitch: Des variétés cliniques de la folie en France et en Allemagne, O. Doin (Paris), 1896.
  • avec Roger Dupouy: Fugues et vagabondage; étude clinique et psychologique, Alcan (Paris), 1909.
  • avec Roger Mignot, (1874-1947): La paralysie générale, O. Doin et fils, 1910.

Éponymie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no LH/2756/1 »
  2. Alix Joffroy dans le site de la Bibliothèque de l'Académie nationale de médecine

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Tiberghien: Entre Ball et Ballet, Alix Joffroy (1844-1908), sa vie, ses travaux, [Thèse de doctorat en médecine de la Faculté de Lille], 1995..
  • Denis Tiberghien: « Alix Joffroy (1844-1908), titulaire de la chaire des maladies mentales et de l'encéphale de 1893 à 1908, vu par Jean-Martin Charcot  », in: Annales médico-psychologiques, 2006, vol. 164, no8, pp. 650-658.
  • (en) Denis Tiberghien, « A pioneer in neuropathology: Alix Joffroy (1844-1908), J.-M Charcot's pupil. », Neuromuscul Disord, vol. 20, no 3,‎ , p. 207-13.
  • (en) Julien Bogousslavsky (direction): Following Charcot: a forgotten history of neurology and psychiatry, Karger Medical and Scientific Publishers (Basel), 2011.
  • (en) Denis Tiberghien: « The letters of Alix Joffroy (1844–1908), a medical intern at Lariboisière’s Hospital at the time of the Commune of Paris », in: J Med Biogr, March 21, 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]