Alistair Darling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Darling.
Alistair Darling
Alistair Darling, le 5 septembre 2006
Alistair Darling, le 5 septembre 2006
Fonctions
Chancelier de l'Échiquier du Royaume-Uni
28 juin 200711 mai 2010
Premier ministre Gordon Brown
Gouvernement Gouvernement Brown
Prédécesseur Gordon Brown
Successeur George Osborne
Biographie
Nom de naissance Alistair Maclean Darling
Date de naissance 28 novembre 1953 (60 ans)
Lieu de naissance Londres, Royaume-Uni
Nationalité britannique
Parti politique Parti travailliste
Conjoint Margaret Vaughan
Diplômé de Université d'Aberdeen
Profession avocat

Alistair Maclean Darling, né le 28 novembre 1953 à Londres, est un homme politique britannique, membre du Parti travailliste.

Il occupait le poste de chancelier de l'Échiquier (ministre des finances) dans le gouvernement de Gordon Brown de 2007 en 2010. Avant son entrée au Trésor il occupait les postes de secrétaire d’État au travail, au transport, à l'Écosse, et au commerce et à l'industrie. Avec Gordon Brown et Jack Straw, Darling fut l'un des trois hommes à siéger dans le gouvernement travailliste de 1997 en 2010.

Carrière parlementaire[modifier | modifier le code]

Licencié en droit de l'Université d'Aberdeen (LLB), il devient solicitor en Angleterre en 1978, puis avocat en Écosse en 1984. Il entre au Parlement à l'élection de 1987, battant le conservateur Sir Alexander Fletcher dans la circonscription de Edinburgh Central. En 2005, à la suite d'une répartition des circonscriptions nationales après l'établissement du parlement écossais, le siège de Darling a été aboli et il s'est trouvé dans une course serrée pour le siège d'à côté, Edinburgh South West. Sa possible défaite a tant inquiété les travaillistes que Gordon Brown, alors chancelier, et d'autres hauts ministres se sont rendus a Édimbourg pour le soutenir. Darling a finalement remporté la victoire avec une large marge.

Au Trésor, Alistair Darling dirige l'économie pendant la récession la plus sévère depuis la Grande Dépression. En février 2008 il nationalise la banque Northern Rock, puis des parties de la Royal Bank of Scotland, HBOS et Lloyds.

En 2008, Darling a été nettement plus pessimiste que Brown sur l'avenir de l'économie britannique. Dans un entretien avec le Guardian il remarque que l'économie est "au plus bas depuis 60 ans."[1] Il a aussi refusé de s'accorder avec Brown sur le fait que la récession terminerait en mi-2009, insistant - avec justesse - que la reprise de l'économie n'arriverait pas avant la fin de l'année 2009.

Dans son budget de 2009, Darling introduit un nouveau niveau d'imposition de 50 % pour les Britanniques qui gagnent plus de 150 000 £ par an. Le 9 décembre 2009, son rapport prébudgétaire annonce des hausses d'impôt et une réduction des dépenses afin de réduire la dette publique[2].

Darling était depuis longtemps attendu comme successeur de Gordon Brown quand celui-ci a quitté le Trésor pour devenir premier ministre, mais leur relation devint de plus en plus tendue pendant la crise économique. En mai 2009, Brown a essayé de remplacer Darling par son allié Ed Balls, mais le chancelier a refusé de quitter son poste. Craignant la chute de son gouvernement, Brown a annoncé un remaniement moins ambitieux que prévu le 6 juin 2009, dans lequel Darling restait à son poste.

Il eut pour successeur George Osborne, son homologue conservateur, après l'élection de 2010. À la suite de la démission de Gordon Brown, Darling a confirmé qu'il ne briguerait pas la présidence du parti travailliste.

Référendum sur l'indépendance de l'Écosse[modifier | modifier le code]

En 2012, à la suite de l'accord d'Édimbourg, Alistair Darling devient chef de file pour Better Together, la campagne du « non » à l'indépendance écossaise. Cette campagne réunit les trois partis politiques principaux du Royaume-Uni (travaillistes, conservateurs, et libéraux-démocrates). Darling et Alex Salmond, premier ministre écossais et leader du Parti national écossais, se sont affrontés dans deux débats.

Vie personelle[modifier | modifier le code]

Alistair Darling est marié et père de deux enfants. Mélomane réputé, il écoute Pink Floyd, Leonard Cohen et The Killers[3].

Référence[modifier | modifier le code]