Alina Somova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Somova.

Alina Somova (en russe Алина Сомова) est une ballerine russe, née à Leningrad le 22 octobre 1985. Elle est actuellement danseuse étoile au Théâtre Mariinsky.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille absolument étrangère à la danse, Alina Somova est diplômée de l'Académie de ballet Vaganova en 2003, date à laquelle elle rejoint le corps de ballet du Théâtre Mariinsky ; elle est d'ailleurs l'un des sujets principaux du film Ballerina de Bertrand Normand, aux côtés de Diana Vichneva, Evguenia Obraztsova, Svetlana Zakharova et Ouliana Lopatkina, qui la suit lors de sa dernière année de scolarité (alors qu'elle interprète le personnage de Paquita dans le spectacle de fin d'études) et de ses rapides débuts dans la compagnie (elle dansera le rôle principal du Lac des cygnes dès l'année suivante, à l'âge de 18 ans).

Son ascension au sein de la troupe du Théâtre Mariinsky sera fulgurante, puisqu'elle est nommée « principal » dès novembre 2008 (alors qu'elle avait été promue première soliste, dernier grade avant la consécration, seulement huit mois auparavant). Bien avant cela, elle a acquis une renommée internationale en dansant dans divers ballets à travers le monde : le Théâtre Mariinsky la distribue abondamment lors des tournées mondiales mais beaucoup moins à Saint-Pétersbourg, alimentant ainsi la rumeur comme quoi Alina Somova serait plus appréciée par les critiques étrangers que par le public russe lui-même. La danseuse est en effet une personnalité controversée, et aussi nombreux sont ses admirateurs que ses détracteurs (débat poursuivi jusque dans la presse[1]). Ces derniers s'inquiètent de sa minceur parfois extrême et lui reprochent une danse excessive, avec des extensions sans cesse renouvelées[2] et un sens artistique peu développé cédant selon eux trop souvent au spectaculaire[3], alors que ses adeptes exaltent la qualité de ses ports de bras comme sa technique brillante et superlative[4] - certains allant jusqu'à la comparer à Sylvie Guillem.

Il est toutefois reconnu[5] qu'Alina Somova trouve un éclat particulier dans les ballets plus contemporains, notamment dans le répertoire balanchinien (Joyaux, Tchaïkovsky, Pas de deux, Les Quatre Tempéraments...) qu'elle interprète régulièrement lors de galas, souvent en compagnie de Leonid Sarafanov, un de ses partenaires privilégiés. Danseuse à l'aura internationale, elle est invitée par le Tokyo National Ballet pour interpréter le rôle principal de Casse-noisette, et par le Wiener Staatsoper pour danser son rôle fétiche d'Odette / Odile.

Alina Somova a eu une relation avec le patineur Alexei Yagudin.

Répertoire[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alina Somova : dancer or circus pony ? (Ismene Brown, The Telegraph, août 2009)
  2. Somova also has an extreme technique and exaggerated flexibility that makes her hips and knees look like they’re about to pop inside out. It is not attractive to watch, while her U-shaped split leaps (with both feet higher than her pelvis – all is usually horizontal) are freakishly distracting. (What's on stage, août 2009)
  3. However, I wanted to see yearning, passion, love, hope, sadness, desire, growing trust and instead there were six o’clock (and more) penchés and a foot by the ear in extensions a la second. I’ve never seen a swan do that except to scratch itself. It was out of place, out of time, and I wish it were out of sight. I can’t accept it as part of the picture (Anjuli Bai, Ballet Magazine, octobre 2006)
  4. Alina Somova, blonde, small-headed, fine-boned with hyper-extended knees, was remarkably steely for all her fragile appearance. Her grand jetes in the pas de deux were a straight line waist high, cutting a singularly defined space in all her moments, her delicacy enhancing the idea of spirit in some imaginative nirvana. (Renee Renouf, Ballet magazine, octobre 2008)
  5. Somova really shone last night - the faults which had so offended her critics seem to have been obliterated, or perhaps she’s just a natural Balanchine dancer. (Ann Williams, Ballet Magazine, août 2009)