Alice au manoir hanté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alice au manoir hanté
Auteur Caroline Quine
Genre Littérature d'enfance et de jeunesse
Version originale
Titre original The Hidden Staircase
Éditeur original Grosset & Dunlap
Collection Nancy Drew Mystery Stories
Langue originale Anglais
Pays d'origine États-Unis
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 1930
Version française
Traducteur Anne Joba
Lieu de parution Paris
Éditeur Hachette
Collection Bibliothèque verte
Date de parution 1963
Type de média Policier
Dessinateur Albert Chazelle
Couverture Albert Chazelle
Série Alice
Chronologie
Précédent Alice détective Alice au camp des biches Suivant

Alice au manoir hanté (titre original : The Hidden Staircase, littéralement: L'Escalier secret) est le deuxième[1] roman de la série américaine Alice (Nancy Drew en VO), écrit par Caroline Quine, nom de plume collectif de plusieurs auteurs. L'auteur de ce roman est Mildred Wirt Benson.

Aux États-Unis, le roman a été publié pour la première fois en 1930 par Grosset & Dunlap, New York. En France, il est paru pour la première fois en 1963 chez Hachette dans la collection Bibliothèque verte sous le no 234.

Le titre suivant est : Alice au camp des biches[2].

Présentation[modifier | modifier le code]

Rosemary et Floretta MacLeod, deux sœurs jumelles âgées, sont les dernières descendantes d'une ancienne famille seigneuriale. Aujourd'hui désargentées, elles habitent encore dans le grand manoir familial, à Hilltop, qui date de la Guerre de Sécession. De récents phénomènes étranges leur font craindre que le manoir ne soit habité par un fantôme. Alice s'installe chez les deux vieilles dames pour tirer le mystère au clair.

Résumé[modifier | modifier le code]

Note : Basé sur les éditions cartonnées non abrégées parues de 1963 à 1977.

Seule à la maison, Alice s'ennuie. Elle se rend compte qu'elle brûle de se lancer dans une nouvelle aventure. Une occasion va bientôt se présenter à elle quand la sonnette de la porte d'entrée retentit avec insistance. Le visiteur est un homme grand et maigre, très mal vêtu, au visage dur et cruel. Il dit s’appeler Jeff Croll et exige de voir l'avoué James Roy, le père d'Alice. La jeune fille l'informe qu'il est absent, mais le visiteur ne la croit pas et force le passage. Il accuse James Roy de l'avoir spolié lors de la vente de son terrain, et exige que lui soit rendu le contrat de vente. Il entre de force dans le bureau de l'avocat. La main sur le téléphone, Alice menace d'appeler la police s'il ne s'en va pas immédiatement. Jeff Croll obéit, non sans avoir proféré des menaces à l'encontre de James Roy.

Peu après, la jeune fille reçoit la visite de son amie Gaby. Gaby est une jeune fermière qu'Alice avait aidée lors d'une précédente aventure. Encore sous le choc, Alice lui relate sa récente mésaventure. Gaby connaît Jeff Croll. Il venait lui acheter des produits de sa ferme, explique-t-elle, jusqu'au jour où elle l'avait surpris en train de voler des œufs ; après cela, elle lui avait demandé de ne plus jamais revenir. Gaby prend congé, et Alice attend impatiemment le retour de son père. Quand celui-ci rentre enfin, elle lui relate la visite de Jeff Croll et les accusations d'escroquerie dont il l'accuse. L'avoué est outré de l’attitude qu'avait eu l'individu avec sa fille ; il explique que Jeff Croll avait signé un contrat par lequel il cédait à très bon prix, grâce aux négociations de James Roy, un terrain à la Compagnie des Chemins de fer qui souhaitait y construire un pont, sur la rivière Muskoka. Le pont construit, et le terrain ayant pris de la valeur, Jeff Croll avait plusieurs fois exigé que James Roy lui verse des bénéfices ou bien annule le contrat de vente, ce que ne pouvait faire l'avocat. À peine ce dernier a-t-il fini de parler que Jeff Croll se présente à nouveau chez les Roy. L'avoué le prie de ne plus venir l'importuner, ce qui met le visiteur dans une grande colère : « Vous le regretterez ! », hurle-t-il à avant de partir.

Le lendemain, Alice rend visite à Lise Travers, une vieille dame qu'elle avait aidée tout récemment. Celle-ci a déjà une visiteuse qu'elle présente à la jeune fille : Rosemary Macleod. Rosemary vit seule avec sa sœur Floretta dans leur manoir ancestral, à Hilltop. La vieille dame fait part à Alice de son inquiétude, car depuis un certain temps, on entend des bruits étranges au manoir, et des objets disparaissent : le manoir serait-il hanté ? Alice se propose de tirer l'affaire au clair. Son père devant s'absenter pour affaire pendant une semaine à Chicago, Alice lui demande la permission de séjourner chez les sœurs MacLeod. James Roy accepte et lui remet son revolver. « Je serais plus tranquille si je te sais armée, explique-t-il. Il se peut que le fantôme du manoir nous réserve de dangereuses surprises. » James Roy avait dit ces mots sur le ton de la plaisanterie. Il ne se doutait guère, alors, que ses paroles allaient être prophétiques[3]

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Alice Roy, jeune blonde, fille de l'avoué James Roy, orpheline de mère.
  • James Roy, avoué de renom, père d'Alice Roy, veuf.
  • Sarah, la fidèle gouvernante des Roy, qui a élevé Alice.
  • Rosemary MacLeod (Rosemary Hayes en VO), l'un des deux sœurs jumelles âgées, aux manières désuètes, propriétaires du manoir "hanté" (Twin Elms Mansion en VO).
  • Floretta MacLeod (Flora Turnbull en VO), la sœur jumelles de Rosemary, aux manières désuètes, propriétaire du manoir "hanté" (Twin Elms Mansion en VO).
  • Jeff Croll (Nathan Gomber en VO), le voisin de Rosemary et Floretta.
  • Gaby, amie d'Alice en qui on peut reconnaître Millie, l'une des deux sœurs à qui Alice était venue en aide dans le titre précédent, Alice détective.
  • Hélène Crillbic[4] (Helen Corning en VO), une amie d'Alice.
  • Lise Travers, vieille dame à qui Alice était venue en aide dans le titre précédent, Alice détective.

Éditions françaises[modifier | modifier le code]

Remarque[modifier | modifier le code]

  • À noter une absence de réédition en France de ce roman pendant quinze ans, de 1981 à 1996.

Sources[modifier | modifier le code]

Ouvrages
  • Armelle Leroy, Le Club des Cinq, Fantômette, Oui-Oui et les autres : Les grandes séries des Bibliothèques Rose et Verte, Hors Collection,‎ 2005, 110 p. (ISBN 2258067537)
  • André-François Ruaud et Xavier Mauméjean, Le Dico des héros, Éditions Les Moutons électriques / Bibliothèque rouge, janvier 2009. [1]
  • (en) David Farah, Farah's Guide, Farah's Books,‎ 1999, 556 p. (ISBN 0963994980), « France ».


Sites Internet

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon l'ordre de parution aux États-Unis
  2. Confirmation à la page 77 : Helen Crillbic dit à Alice : « Te souviens-tu comme nous nous sommes amusées à l'étang Blanc, l'été dernier? (…) Pourquoi ne pas m'avoir dit que tu partais à la poursuite des malfaiteurs le jour où tu as quitté le camp ? » (Extrait des éditions non abrégées allant de 1963 à 1977)
  3. Passage extrait à la page 72 de l'édition de 1963.
  4. Voir page 76.