Alice Colonieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colonieu.

Alice Colonieu

Nom de naissance Alice Victorine Antoinette Colonieu
Naissance 5 novembre 1924
Marseille (France)
Décès 16 juillet 2010 (à 85 ans)
Roaix (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Sculptrice, céramiste, artiste peintre
Autres activités Illustratrice
Formation École supérieure des beaux-arts de Marseille
École professionnelle de céramique de Fontcarrade
Mouvement artistique Nouvelle modernité

Alice Victorine Antoinette Colonieu, née le 5 novembre 1924 à Marseille, morte le 16 juillet 2010 à Roaix dans le Vaucluse est une céramiste, artiste peintre et sculptrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa vie[modifier | modifier le code]

D'une vieille famille du Vaucluse, Alice Colonieu est la fille d'Albert, contrôleur à la SNCF, et de Céphyse Jouve[1]. Après être sortie de l’École supérieure des beaux-arts de Marseille où elle reçut plusieurs premier et second prix[2], pendant la guerre. Puis, Alice Colonieu suit les cours de l'école professionnelle de céramique de Fontcarrade dite aussi École de Formation Artistique de Fontcarrade à Montpellier[3], puis s’installe près d’Orange[4]. Dès les années 1945 jusqu'aux années 1980, Alice Colonieu exprime son talent en modelant la terre. Les céramiques qu'elle a créées sont lourdes, aux couleurs vives, réalisées au colombin et toujours sans moule. Pierre Staudenmeyer disait de son œuvre qu’elle était « vigoureuse, souvent baroque, respirant la force et l’énergie, atteignant une modernité faite de liberté et d’audace qui, poussant à l’extrême des références classiques, les déformant même, savait redonner une vitalité aux formes du passé[5] »

Alice Colonieu expose au salon des Arts décoratifs en 1953 et 1954. En 1953, elle devient membre de la fédération des métiers d’art. Elle présente ses céramiques lors du premier Festival international de la céramique de Cannes en 1955[6],[7]. Puis en 1961, Alice Colonieu remporte la médaille d’or à l’Exposition nationale des Arts.

En 1966, Alice Colonieu bénéficie du 1% artistique[8],[9].

Elle travaille pour des grands décorateurs comme Jean Royère, Maurice Rinck, et Jules Leleu pour qui elle réalise les deux panneaux en céramique qui ont orné la piscine du paquebot Pierre Loti[10]. Mais elle s’intéresse aussi à la décoration de bâtiments publics comme la Poste de l’Isle-sur-Sorgue, la cité scolaire Frédéric-Mistral d’Avignon, ou même des autels pour les églises de Roaix, Sablet et Valréas. Ses œuvres sont exposées au musée national d’art moderne de Paris, au musée international de la céramique de Faenza[11], et dans de grandes collections privées internationales[12].

Écœurée par la débauche de produits et objets décoratifs pour touristes qui font souvent la part belle au mercantilisme au détriment de la veine créatrice, Alice Colonieu arrête sa production vers le milieu des années 1960, pour se consacrer à des commandes spécifiques. Puis elle s’installe à Roaix dans le Vaucluse où elle fait construire une maison et une chapelle qu’elle décore entièrement[Laquelle ?]. Elle explore la peinture et l’illustration de livres. Une légende locale stipule que des pénitents blancs avaient demandé à Alice Colonieu, qui avait installé son atelier de poterie à Roaix, de réaliser une statue de la Vierge pour l'installer à l'arrière d'une maison de Villedieu[réf. nécessaire]. Cet ensemble de style Renaissance, orné d'une coquille Saint-Jacques, est baptisé la Vierge du sourire et est conservée à Villedieu[13].

En 1992, Jean-Pierre Chalon lui consacre une exposition. En 1997, passionnée par le Moyen Âge[4], Alice Colonieu illustre l'ouvrage Templiers : Chevaliers d'Orient et d'Occident de René Lachaud.

Alice Colonieu meurt le 16 juillet 2010 à Roaix.

Postérité[modifier | modifier le code]

Du 10 février 2012 au 17 mars 2012, une exposition intitulée « Peintures en fleur » s'est déroulée à la Galerie Fert à Nyons qui présentait notamment quelques natures mortes floraux de Alice Colonieu[14].

Du 30 mars au 28 octobre 2012, une exposition des œuvres de céramistes des années 1950 a eu lieu au musée de la poterie méditerranéenne qui présentait notamment des pièces de Alice Colonieu[15].

En septembre 2013, lors du « Marseille Provence 2013 », dans les salles de l'Hôtel de Manville à Baux-de-Provence, s'est déroulé la première exposition du « Septembre de la céramique et du verre » où sont exposées les œuvres d'Alice Colonieu et de Jean-Paul Van Lith[16]. Lors de cet événement, Sylvie Caron, la commissaire de l'exposition Marseille-Provence 2013, a rendu hommage à Alice Colonieu, en exposant des pièces inédites, dont notamment son service de vaisselle personnel et les bijoux que l'artiste avait réalisés pour elle-même[17].

À Vaison-la-Romaine, une voie a été baptisé impasse Alice Colonieu.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adrien Lesur et Tardy, Les poteries et les faïences françaises: 2e partie
  • La Céramique des années cinquante de Pierre Staudenmeyer.
  • Frédéric Alary, Quelques notes d'histoire sur Cairanne, 1966
  • Jacques Lafitte, Who's Who in France, 1987
  • René Lachaud, Templiers : Chevaliers d'Orient et d'Occident, éditions Dangles, 1997, ISBN 978-2703304593
  • Jean-Paul Chabaud, Peintres autour du Ventoux : XIXe et XXe siècles : répertoire chronologique de notices biographiques, 2000
  • Jean Jacques et Bénédicte Wattel, Mission céramique, collection Jean-Jacques et Bénédicte Wattel[23] (2013).
  • Georges Bernier et Rosamond Bernier, articles parus dans la revue L'Œil, numéros 548 à 549, 2003

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Peintres autour du Ventoux : XIXe et XXe siècles : répertoire chronologique de notices biographiques de Jean-Paul Chabaud (2000)
  2. Qui est qui en France de Jacques Lafitte (1987)
  3. Cet établissement ouvert en 1943, fermera ses portes en 1950 après avoir donné les meilleurs céramistes, comme entre autres Jean Paulet (voir : Archives départementale de l'Hérault, série W, 15 W 158).
  4. a et b [1]
  5. Pierre Staudenmeyer, La Céramique des années cinquante.
  6. Premier Festival international de la céramique : Cannes 1955 : le congrès, l'exposition
  7. http://books.google.fr/books/about/Premi%C3%A8re_Festival_International_de_la_C.html?id=QqEomwEACAAJ&redir_esc=y
  8. https://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/consultationIR.action?irId=FRAN_IR_010001
  9. http://books.google.fr/books?id=YgRGAQAAIAAJ&q=colonieu+alice&dq=colonieu+alice&hl=fr&sa=X&ei=ksYMU9WhFYSW0AX0lYHADA&ved=0CEQQ6AEwBA
  10. http://www.vallauris.org/artistes/fiches-produit/c/colonieu.html
  11. http://books.google.fr/books?id=SbEjAQAAIAAJ&q=alice+colonieu&dq=alice+colonieu&hl=fr&sa=X&ei=lE0GU6elPOib1AWcrIFw&ved=0CFgQ6AEwBjgU
  12. Collections de l'antiquaire français Arnaud Serpollet et de Pascal Marziano.
  13. a et b Gazette de Villedieu no 10 du 1er mai et no 12 du 4 juillet 2002
  14. [2]
  15. [3]
  16. [4]
  17. [5]
  18. http://catalogue.drouot.com/ref-drouot/lot-ventes-aux-encheres-drouot.jsp?id=2488811fred
  19. http://www.frenchlines.com/ship_fr_1299.php
  20. http://www.world-encheres.com/all_book/aguttes/vo22062012/pdf_book/files/assets/basic-html/page150.html
  21. http://www.artnet.fr/artistes/alice-colonieu/exceptionnel-paire-de-panneaux-d%C3%A9coratifs-form%C3%A9s-d-e5LbF5nK4naxTCYmzzyKRw2
  22. [6]
  23. [7]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]