Alice Ayres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alice Ayres

alt=Description de l'image Alice Ayres, ILN.jpg.
Naissance 12 septembre 1859
Isleworth, Middlesex
Décès 26 avril 1885 (à 25 ans)
Guy's Hospital, Southwark (Londres)
Profession
Domestique, nourrice

Alice Ayres était une nurse anglaise connue pour avoir secouru trois enfants prisonniers d'un feu de maison. Ayres était une domestique et nourrice dans la famille de son beau-frère et de sa sœur, Henry et Mary Ann Chandler. La famille Chandler était propriétaire d'un magasin de peinture et d'huile à Union Street dans le quartier Southwark au sud de Londres, et Ayres vivait avec la famille à l'étage. En 1885, l'incendie se déclenche dans le magasin et Ayres secourt trois de ses nièces de l'immeuble en feu avant de tomber d'une fenêtre et de succomber à ses blessures.

Au début de la révolution industrielle, la Grande-Bretagne traverse une période de grands changements sociaux dans laquelle les médias d'information, qui se développent rapidement, prêtent une attention grandissante aux classes pauvres. La façon dont Ayres est morte a suscité un grand intérêt auprès du grand public, et beaucoup de gens ont assisté à ses funérailles et participé au financement d'un mémorial. Bien que peu de choses soit connu sur sa vie, elle a été l'objet peu après sa mort d'une forte représentation dans la culture populaire et fut considérée comme un modèle de courage, phénomène décrit à l'époque comme une « canonisation laïque » (secular canonisation). Divers mouvements, notamment politiques, ont utilisé la personne d'Alice Ayres en la présentant comme un exemple des valeurs qu'ils défendent. Les circonstances de sa mort ont été déformées pour donner l'impression qu'elle était une employée prête à mourir pour défendre la famille de son employeur, alors qu'elle était en fait simplement très proche des enfants. En 1902, son nom a été ajouté au Memorial to Heroic Self Sacrifice, monument londonien commémorant les anonymes ayant fait don de leur vie pour les autres. En 1936, White Cross Street, une rue proche du site de l'accident, a été renommée Ayres Street (« rue Ayres ») en son honneur.

Le film plusieurs fois récompensé Closer, entre adultes consentants (2004) et la pièce de théâtre de Patrick Marber Closer (1997) sur laquelle le film est fondé ont largement contribué au changement de l'opinion publique sur l'histoire d'Alice Ayres. Un élément important de l'intrigue voit un des personnages principaux construisant son identité en se fondant sur la description faite d'Ayres sur le Memorial to Heroic Self Sacrifice, où certaines scènes du film ont d'ailleurs été tournées.

Travail chez les Chandler[modifier | modifier le code]

Alice Ayres est née en 1859 dans une grande famille. Elle est la septième d'un famille de dix enfants. Leurs père, John Ayres, est ouvrier. En décembre 1877, sa sœur Mary Ann (de onze ans son aînée) se marie avec un marchand d'huile et de peinture, Henry Chandler. Il possède une boutique au 194 Union Street à Southwark, à environ 370 m de l'actuel musée d'art contemporain Tate Modern[1].

En 1881, Ayres est employée de maison chez Edward Woakes, un docteur spécialisé dans les dysfonctionnements de l'ouïe et de la gorge[2]. En 1885, elle devient employée de maison et nourrice chez les Chandler et vit dans la famille[2]. Après sa mort, un voisin l'a décrite comme « une fille calme, gentille et discrète »[3], et toujours très occupée par son travail[4]. Un autre voisin a dit à la presse que « ni l'agitation, ni les festivités ou les excursions en famille, ne la détournaient des tâches qu'elle s'imposait elle-même. Les enfants devaient être lavés et mis au lit, les habits devaient être raccommodés, les chambres rangées, le linge étendu et le diner soigneusement préparé avant qu'Alice ne puisse penser à elle »[4]. Il n'existe aucune déclaration d'Alice Ayres autre que celles données à l'hôpital après l'incendie d'Union Street. Tous les articles publiés dans la presse ont été fait selon la description de la famille ou des voisins après sa mort et dans un contexte de représentation de Ayres comme héroïne nationale et modèle de dévouement[1].

Incendie à Union Street[modifier | modifier le code]

La boutique de Chandler à Union Street, comme représenté dans les illustrations de journaux contemporaines, était située à l'angle d'un bâtiment de trois étages. La famille vivait au-dessus de la boutique, Henry et Mary Ann Chandler occupant une chambre avec Henry, leur fils de six ans, et Alice partageant une chambre au second étage avec ses nièces Edith (cinq ans), Ellen (quatre ans), et Elizabeth (trois ans)[1].

Dans la nuit du 24 avril 1885, l'incendie se déclenche dans la boutique et la famille se retrouve coincée tout en haut de l'immeuble[1]. La poudre à canon et les tonneaux remplis d'huile stockés aux étages d'en dessous accélère la propagation des flammes[5]. Bien que le magasin soit proche du siège de la London Fire Brigade et que les services d'urgence arrive rapidement sur place, de grandes flammes sortent déjà des étages inférieurs à l'arrivée des pompiers, rendant impossible le positionnement d'échelles[6]. Pendant ce temps, Ayres, en chemise de nuit, tente en vain de rejoindre sa sœur à travers la fumée[7]. Malgré les cris de la foule réunie autour de l'immeuble la priant de sauter[6], elle retourne dans la chambre qu'elle partage avec ses sœurs, pose prudemment Edith sur un matelas et le jette par la fenêtre[1]. De nouveaux cris la supplient de sauter[5] mais elle quitte la fenêtre et rejoint Ellen pour la sauver[1]. L'enfant refuse de sauter mais Ayres la lance par la fenêtre et un membre de la foule la rattrape[7]. Ayres retourne alors une dernière fois dans la fumée pour sauver la dernière enfant, gravement blessée, qui saute par la fenêtre sur le matelas, saine et sauve[1].

Après avoir sauvé les trois filles Ayres essaie de sauter mais, dépassée par les inhalations de fumée, tombe maladroitement de la fenêtre en se cognant contre l'enseigne[8]. Elle rate le matelas et la foule et s'écrase sur le trottoir, provoquant un traumatisme rachidien. Elle est emmené rapidement au Guy's Hospital[1] où, à cause de l'intérêt du public pour cette histoire, des bulletins de santé sont communiqués toute les heures et la reine Victoria envoie une dame de compagnie pour s'informer de l'évolution de son état[9].

L'huile et la peinture présentes dans le magasin rendent la propagation du feu incontrôlable et lorsque les pompiers peuvent enfin entrer dans les locaux, ils trouvent le reste de la famille mort. Le corps de Henry Chandler est retrouvé dans l'escalier, tenant dans les mains le coffre-fort où sont gardées les recettes de la boutique[6], et le corps gravement brulé de Mary Ann Chandler est retrouvé gisant près d'une fenêtre du premier étage avec Henry, l'enfant de six ans, à ses côtés[7]. L'état d'Alice Ayres se détériore et elle meurt le 26 avril 1885[1],[8]. « J'ai fait de mon mieux, je n'ai rien pu faire de plus[Note 1] » sont considérés comme ses derniers mots[10]. Contrairement aux affirmations de quelques articles de presse de l'époque, Ayres est bien consciente et lucide à l'hôpital et donne les détails de ses actions aux autorités[1]. Elizabeth, la dernière des enfants à avoir été secourue, souffre de graves brûlures aux jambes et meurt peu après Ayres[7].

Funérailles[modifier | modifier le code]

Le corps de Ayres n'est pas transporté dans la morgue de l'hôpital mais et posé dans une pièce qui lui est réservée. Le coût des fleurs en hommage est estimé à plus de 1 000 £ (l'équivalent d'environ 80 000 £ en 2011)[9],[Note 2]. Ayres est reconnue après sa mort par la Royal Society for the Protection of Life from Fire (aujourd'hui Society for the Protection of Life from Fire) qui récompense son père de 10 guinées (l'équivalent d'environ 840 £ en 2011) en son honneur[11],[Note 2]. La messe commémorative a lieu à la cathédrale du Saint-Sauveur (devenue la « cathédrale de Southwark »), elle attire une foule tellement grande qu'une partie doit partir à cause du manque de place. La collecte organisée permet de réunir 951 pièces, soit plus de 7 £[4]. Cette immense célébration réunit plus de 10 000 personnes[9],[12]. Son cercueil est transporté de la maison de ses parents au cimetière de Isleworth par une équipe de 16 pompiers se relayant quatre par quatre[11]. L'office est célébré par un groupe de 20 filles vêtues de blanc venant de l'école de village dans laquelle Ayres est allée. Il est prévu qu'elles suivent le cercueil jusqu'au tombeau en chantant mais elles sont finalement empêchées par une sérieuse averse de grêle[13].

Henry et Mary Ann Chandler sont eux enterrés au cimetière de Lambeth avec les deux enfants mortes dans l'incendie[7]. Edith et Ellen Chandler sont acceptées dans une école pour orphelins dans le quartier londonien Kentish Town, l'Orphan Working School, où elles sont formées au travail de domestique[7].

Mémorial[modifier | modifier le code]

Un grand obélisque rouge à quatre côtés entourée de pierres tombales beaucoup plus petites.
Tombe d'Alice Ayres.

Peu de temps après l'incendie, un monument est érigé en l'honneur de Ayres, financé par une collecte de fonds. En août 1885, 100 £ (l'équivalent d'environ 8 000 £ en 2011)[11],[Note 2]. Les travaux sur le mémorial commencent le 15 août 1885. Le monument est érigé sur sa tombe au cimetière d'Isleworth[14]. Il est inspiré par l'aiguille de Cléopâtre, érigée dans le centre de Londres en 1878[11],[Note 3]. Il a la forme d'un robuste obélisque en granite rouge de 4,3 m et constitue encore aujourd'hui la plus grande pierre tombale du cimetière[10]. Il est écrit sur le devant :

« Sacred to the memory of ALICE AYRES, aged 26 years, who met her death through a fire which occurred in Union Street, Borough, the 24th of April, 1885 A.D.
Amidst the sudden terrors of the conflagration, with true courage and judgement, she heroically rescued the children committed to her charge. To save them, she three times braved the flames; at last, leaping from the burning house, she sustained injuries from the effects of which she died on April 26th 1885.
This memorial was erected by public subscription to commemorate a noble act of unselfish courage.
"Be thou faithful unto death, and I will give thee a crown of life[Note 4]" »

Le côté droit liste le nom des dix membres du Alice Ayres Memorial Committee, présidé par le révérend H. W. P. Richards. L'histoire de Ayres, dès le début, provoque un grand intérêt auprès du public : l'incendie, la mort de Ayres, ses funérailles et la collecte de fond sont rapportés en détail dans la presse locale et nationale de l'Empire britannique[10].

Hommages[modifier | modifier le code]

Le gouvernement britannique porte traditionnellement peu d'attention aux pauvres mais à l'ère de la révolution industrielle, l'attitude à l'encontre des actions des classes les plus faibles change. La traditionnelle économie féodale laisse place au développement des chemins de fer, à la mécanisation de l'agriculture et aux nouvelles usines situées aux cœurs des villes, qui ont besoin de main-d’œuvre, permettant ainsi le développement rapide des villes[16], et l'alphabétisation croissante conduit également à un intérêt plus grand de la part des travailleurs pour les médias et les faits d'actualité[17]. En 1856 est instituée la croix de Victoria, première distinction militaire à récompenser des actes de bravoure sans distinction de grade. En 1866, la médaille Albert récompense elle pour la première fois les civils de toutes classes[18]. Un certain nombre d'organisations privées de bienfaisance dédiées à sauver des vies telles que la Royal Humane Society (1776) et la Royal National Lifeboat Institution (1824) augmentent dans le même temps leurs activité et leurs poids, et distribuent des médailles et récompenses pour faire connaître leurs activités[19].

Le peintre et sculpteur George Frederic Watts et sa seconde femme, l'artiste Mary Fraser Tytler, ont longtemps défendu l'idée que l'art permet le changement social et que les récits d'exploits aident à répondre aux graves problèmes sociaux des villes britanniques[20],[Note 5]. Watts avait peint il y a peu une série de portraits de personnalité qu'il considérait comme ayant une influence sociale positive, le « Hall of Fame », qui a été donné au National Portrait Gallery[22],[Note 6] ;

Représentation dans l'art et la littérature[modifier | modifier le code]

Gravure en noir et blanc stylisée dans le style de Edward Burne-Jones. Une femme pose héroïquement dans une large robe blanche, debout à la fenêtre et tenant un enfant dans ses bras. Un pompier grimpe à une échelle, à peu près au niveau de la fenêtre, tendant les bras pour l'attraper. Un marin de la Royal Navy en uniforme, plus bas sur l'échelle, tient un enfant dans ses bras.
The Union Street Fire, Walter Crane.

Le poème d'Emilia Aylmer Blake est probablement le premier à être écrit sur Alice Ayres. Il est intitulé Alice Ayres et est lu lors d'une rencontre en juin 1885[23]. Plusieurs autres poèmes ont été écrits en hommage à Ayres, comme celui de Sir Francis Hastings Doyle, très bien accueilli[24] ou celui de la féministe Laura Ormiston Chant[10]. À la fin des années 1880, Ayres devient un réel modèle britannique de dévouement[10] et son histoire est présente dans les collections de récits héroïques racontés aux enfants[25], et notamment dans Beneath the Banner de F. J. Cross, dans lequel il écrit : « Elle a tenté de faire de son mieux, en toute circonstance. Son amour et sa tendresse pour les enfants qu'elle avait à charge était remarqué avant même qu'elle ne meure héroïquement. Quand l'évènement arriva, elle était préparée. Et ce qui nous semble être d'une générosité Divine lui apparaissait seulement comme un devoir. »[8].

En 1890, une série de panneaux peints est dévoilée au Red Cross Hall d'Octavia Hill, à 500 m du lieu de l'incendie d'Union Street[26],[Note 7].

Memorial to Heroic Self Sacrifice[modifier | modifier le code]

Une plaque formée de six tuiles de taille standard, entourée de fleurs vertes dans le style Arts & Crafts, avec une inscription en lettre capitales vertes sur un fond blanc.
Plaque commémorative d'Alice Ayres, dessinée par William Frend De Morgan et ajoutée au Memorial to Heroic Self Sacrifice en 1902.

Attitudes changeantes et perceptions divergentes[modifier | modifier le code]

Événements ultérieurs[modifier | modifier le code]

Une longue rue étroite et déserte. Du côté droit de la rue, une longue rangée de chalets traditionnels anglais faits de briques rouges. Du côté gauche, des bâtiments modernes.
Ayres Street.

En 1936, le nouveau gouvernement travailliste du London County Council renomme White Cross Street, une rue proche du Red Cross Hall et du site de l'incendie, Ayres Street, en hommage à Alice Ayres. La rue porte toujours ce nom aujourd'hui[25].

La pièce de théâtre de Patrick Marber Closer, jouée pour la première fois en mai 1997, et le film Closer, entre adultes consentants (dans lequel figurent Clive Owen, récompensé du BAFTA Award du meilleur acteur dans un second rôle et du Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle, Natalie Portman, Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle, ainsi que Julia Roberts et Jude Law), réalisé par Mike Nichols et sorti en 2004, renouvella l'intérêt du public pour Alice Ayres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. I tried my best and could try no more.
  2. a, b et c Chiffres de l'inflation UK CPI basés sur les données de (en) Lawrence H. Officer, « The Annual RPI and Average Earnings for the United Kingdom, 1264 to Present », MeasuringWorth,‎ 2010 (lire en ligne)
  3. L'aiguille de Cléopâtre est un obélisque de l'Égypte antique d'une hauteur de 25 m érigé initialement en 1450 av. J.-C. par Thoutmôsis III à Héliopolis puis déplacée à Alexandrie en 12 av. J.-C.. En 1819, elle est offerte au peuple britannique par Méhémet Ali comme remerciement suite aux victoires de la bataille du Nil et la bataille de Canope sur le Directoire français, ayant mis fin à l'invasion de l'Égypte. Comme ni le gouvernement britannique ni le gouvernement égyptien n'avaient les moins de financer le déplacement du monument, il n'a pas été déplacé à Londres avant que Sir Erasmus Wilson ne finance personnellement son transport et son installation sur la digue Victoria en 1878. Il n'a de lien avec Cléopâtre que le nom[15].
  4. À la mémoire d'ALICE AYRES, âgée de 26 ans, qui a trouvé la mort dans un incendie survenu le 24 avril 1885 apr. J.-C. à Union Street, Borough.
    Dans la violence de la catastrophe, avec un véritable courage et discernement, elle a héroïquement porté secours aux enfants qu'elle avait à sa charge. Pour les sauver, elle a bravé les flammes par trois fois, puis, sautant de la maison en feu, elle a subi des blessures desquelles elle est décédée le 26 avril 1885.
    Ce mémorial fut érigé grâce à une collecte de fonds afin de commémorer un acte de courage et de bravoure.
    « Sois fidèle jusqu'à la mort, et je te donnerai la couronne de la vie. »
  5. L'idée de s'inspirer d'exemples pour améliorer la situation sociale, comme défendue en 1859 par Samuel Smiles dans son livre Self-Help, était un élément central du libéralisme dans la fin du XIXe siècle et du settlement movement[21]. Le plus ardent défenseur de cette approche fut sans doute l'historien James Anthony Froude, qui, dans son livre Short Studies on Great Subjects proposa que des biographies soient distribuées aux classes pauvres avec l'injonction : « Lisez ça ; il y a là un vrai homme comme vous devriez l'être ; regardez qui il était et comment il l'est devenu, et essayez de faire pareil. » (Read that; there is a man—such a man as you ought to be; read it; meditate on it; see who he was and how he made himself what he was, and try to be yourself like him)[20].
  6. Le règlement de la National Portrait Gallery voulait que les portraits ne soient exposés que dix ans après la mort de leurs sujets. Ils furent donc entreposés à la Watts Gallery en attendant. Dix-sept portraits du Hall of Fame de Watts au total ont été donnés au National Portrait Gallery. De nos jour, une partie du Hall of Fame est à la National Portrait Gallery et l'autre au château de Bodelwyddan[22].
  7. Le Red Cross Hall n'a aucun lien avec l'International Committee of the Red Cross. Il a été construit sur la Redcross Way à Southwark en même temps que la construction d'une série de petites maisons au même endroit, planifiée par Hill[26]. La rue parallèle White Cross Street a depuis été renommée Ayres Street[25].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Price 2008, p. 57
  2. a et b (en) John Price, « Alice Ayres », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford, Oxford University Press,‎ 2010 (inscription requise)
  3. « not one of your fast sort—gentle and quiet-spoke »
  4. a, b et c Price 2008, p. 62
  5. a et b Cross 1894, p. 13
  6. a, b et c (en) « A Heroine in Humble Life », Star,‎ 3 juillet 1885, p. 3 (lire en ligne)
  7. a, b, c, d, e et f Price 2008, p. 58
  8. a, b et c Cross 1894, p. 14
  9. a, b et c « Unsurpassable Bravery: A great deed recalled », The Sydney Mail,‎ 10 février 1909, p. 25 (lire en ligne)
  10. a, b, c, d et e Price 2008, p. 60
  11. a, b, c et d Price 2008, p. 59
  12. (en) « Servants Who Have Died For Their Employers », The Star (Christchurch),‎ 11 novembre 1899 (consulté le 27 août 2009), p. 3
  13. (en) « Funeral of Alice Ayres », Lloyd's Weekly Newspaper,‎ 10 mai 1885
  14. « Proposed Extension of Isleworth Riverside Conservation Area », sur Isleworth & Brentford Area Planning Committee, London Borough of Hounslow,‎ 19 novembre 2006 (consulté le 27 août 2009)
  15. James Stevens Curl, The Egyptian Revival, Abingdon, Routledge,‎ 2005 (ISBN 0-415-36119-2, OCLC 57208695), p. 333
  16. William Cunningham, The Growth of English Industry and Commerce in Modern Times, vol. 2, Abingdon, Routledge,‎ 1968 (ISBN 0-7146-1296-0), p. 613
  17. Joel Mokyr, The Economics of the Industrial Revolution, Lanham, Maryland, Rowman & Littlefield,‎ 1985 (ISBN 0-86598-154-X), p. 190
  18. Price 2008, p. 65
  19. Price 2008, p. 66
  20. a et b Price 2008, p. 41
  21. Price 2008, p. 42
  22. a et b Sandy Nairne, dans Price 2008, p. 7
  23. (en) « Mrs Ashley's Entertainment », The Era,‎ 13 juin 1885
  24. William Andrews, North Country Poets: Poems and biographies of natives or residents of Northumberland, Cumberland, Westmoreland, Durham, Lancashire and Yorkshire, Londres, Simpkin, Marshall, & Co,‎ 1888 (OCLC 37163256, lire en ligne), p. 57
  25. a, b et c John Price, « Heroism in Everyday Life: the Watts Memorial for Heroic Self Sacrifice », History Workshop Journal, Oxford, Oxford University Press, no 63,‎ 2007, p. 254–278 (ISSN 1363 3554)
  26. a et b Price 2008, p. 39

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Russell Barrington, A Retrospect and Other Articles, Londres, Osgood, McIlvaine & Co,‎ 1896 (OCLC 265434178)
  • (en) F. J. Cross, Beneath the Banner: Being narratives of noble lives and brave deeds, Londres, Cassell and Company,‎ 1894 (OCLC 266994986) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) John Price, Postman's Park: G. F. Watts's Memorial to Heroic Self-sacrifice, vol. 2, Compton (Surrey), Watts Gallery, coll. « Studies in the Art of George Frederic Watts »,‎ 2008 (ISBN 978-0-9561022-1-8) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article