Ali Hassan Salameh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salameh.

Ali Hassan Salameh (علي حسن سلامة) est né en 1940 à Lydda (aujourd'hui Lod) et est mort assassiné le 22 janvier 1979 à Beyrouth. Son nom au sein du Fatah est Abou Hassan (أبو حسن). Il a été le leader d'un "Septembre noir", à ne pas confondre avec le Septembre Noir d'Abou Iyad.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'une famille riche palestinienne, son père le Sheikh Hassan Salameh, un combattant pro-Nazi proche du Hadj Amin al-Husseini et qui fut parachuté par les Nazi's en Palestine pendant l'été 1944[1], est tué en 1948. Il part faire ses études en Allemagne, puis, au milieu des années 1960, il devient fonctionnaire de l'OLP au Koweït et il militait secrètement pour le Fatah, où il fut plus tard admis au Conseil révolutionnaire.

En 1968, Abou Iyad l'envoie en Égypte pour y suivre une formation militaire. On dit aussi qu'il a été envoyé en Union soviétique. Il devient par la suite chef des services de renseignement et de contre-espionnage en Jordanie.

Après les événements de Septembre noir[2], il doit quitter son poste en Jordanie, ainsi que sa place au sein du Conseil révolutionnaire. Il rejoint alors Arafat pour qui il créera la Force 17.

Il est considéré comme l'instigateur principal de la prise d'otages des Jeux olympiques de Munich en 1972.

Il organise ainsi des opérations fortes, comme par exemple le détournement d'un avion de la Sabena à Lod (anciennement Lydda), ou l'attentat contre les installations pétrolières de Trieste, coupant ainsi l'accès au pétrole d'un grand nombre de pays européens.

Il va petit à petit devenir l'interlocuteur privilégié de la CIA.

Dans le cadre de l'Opération Colère de Dieu, il est tué dans l'explosion de sa Chevrolet, le 22 janvier 1979.

Abou Hassan était marié avec Miss Univers 1971, la Miss Liban Georgina Rizk.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian DESTREMAU, Le Moyen-Orient pendant la Seconde Guerre mondiale, p. 149
  2. Ici, on parle de Septembre 1970 : massacre de palestiniens en Jordanie. Ne pas confondre avec les organisations "Septembre noir