Ali Baba et les Quarante Voleurs (film, 1907)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ali Baba.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec la première version du film, du même titre et du même réalisateur, sortie en 1902.

Ali Baba et les Quarante Voleurs

Réalisation Segundo de Chomón ou Ferdinand Zecca
Sociétés de production Pathé Frères
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre D'après le conte des Mille et Une Nuits
Sortie 1907
Durée 350 m dont 222 m en couleurs

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ali Baba et les Quarante Voleurs ou Ali Baba est un film muet français réalisé par Segundo de Chomón ou Ferdinand Zecca[n. 1], produit par Pathé Frères et sorti en 1907.

Sujet[modifier | modifier le code]

Tout comme la version de 1902, l'intrigue sert surtout de prétexte à des effets visuels[4]. Henri Bousquets la résume ainsi :

« Alors que Ali Baba ramasse du bois dans la forêt, il en tend les mots “Sésame ouvre toi” et voit s’ouvrir une paroi ro cheuse. Une fois les voleurs partis, il prononce les mêmes paroles etdécouvre une grotte au sol parsemé de pièces d’or et où s’accumulent des tas de pierres précieuses. Il en emporte autant qu’il peut et rentre chez lui. Son frère envieux, à qui Ali a dévoilé le secret, se rend à la grotte où il se fait surprendre par les bandits. Dans l’espoir de sauver sa vie, il trahit son frère. Le chef des bandits se déguise en marchand d’huile et il enferme ses compagnons dans des jarres d’huile en cuir. Ali le reçoit sans méfiance mais sa jeune femme, astucieuse, audacieuse et méfiante déjoue l’astuce des bandits. Elle met le feu aux jarreset poignarde le chef des bandits[2]. »

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Fragments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le British Film Institute[1] le réalisateur du film est Segundo de Chomón ; selon Henri Bousquet, Ferdinand Zecca[2] : selon Juan-Gabriel Tharrats, il n'est pas identifié[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Ali Baba », BFI (consulté le 20 janvier 2012)
  2. a et b Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Éditions Henri Bousquet,‎ 1994-2004
  3. Juan-Gabriel Tharrats, Segundo de Chomón : un pionnier méconnu du cinéma européen, Paris, L'Harmattan,‎ 2009 (ISBN 978-2-296-09970-8), p. 104
  4. (en) Richard Abel, Encyclopedia of Early Cinema, Taylor and Francis,‎ 2005 (lire en ligne), p. 332