Ali Akbar Salehi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ali Akbar Salehi, le 15 mai 2010.

Ali Akbar Salehi, né le , est un scientifique et homme politique iranien. Il dirige l'organisation de l'énergie atomique d'Iran (OEAI) après avoir occupé les fonctions de ministre des Affaires étrangères entre 2010 et 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Ali Akbar Salehi naît en Irak de parents iraniens. Sa famille regagne le pays alors qu'il est âgé de neuf ans. Il étudie à l'université américaine de Beyrouth, où il obtient un baccalauréat ès sciences (Bachelor of Science) en génie mécanique, puis aux États-Unis où il obtient un doctorat en ingéniérie nucléaire du Massachusetts Institute of Technology (MIT) en 1977[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

De retour en Iran, Salehi enseigne à l'université de technologie de Sharif, dont il assume également la présidence[1],[2]. Il représente l'Iran auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) entre 1997 et 2005, sous la présidence de Mohammad Khatami[3], mais critique les positions de Khatami et Hassan Rohani sur le nucléaire[1]. Après l'accession de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence, il est nommé secrétaire général adjoint de l'organisation de la conférence islamique (OCI)[1]. En juillet 2009, il succède à Gholam Reza Aghazadeh à la tête de l'organisation de l'énergie atomique d'Iran (OEAI) et prend la direction du programme nucléaire du pays[2].

Salehi remplace Manouchehr Mottaki, limogé par le président Ahmadinejad, au poste de ministre des Affaires étrangères[4]. Il dirige le ministère de décembre 2010 à novembre 2013, puis reprend la direction de l'OEAI[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]