Aliénor de Castille (1202-1244)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aliénor.

Aliénor de Castille (?, 1202 - Monastère de Santa María la Real de Las Huelgas (Burgos), 1244) Infante de Castille.

Famille[modifier | modifier le code]

Aliénor de Castille est la fille de Alphonse VIII le Noble ou de Las Navas et d'Aliénor Plantagenet. Sa mère Aliénor était la fille de Henri II d'Angleterre et d'Aliénor d'Aquitaine ; Henri II était un arrière-petit-fils de Guillaume le Conquérant. Son père était fils de Sanche III de Castille et de Blanche Garcés de Navarre; Blanche était la fille de García Ramírez de Navarre (García V le Restaurateur). La sœur d'Aliénor, Bérengère devint reine de Castille puisque son frère, Henri Ier de Castille mourut sans descendance et parce que Bérengère était l'aînée des filles. Une autre sœur Blanche devint reine de France par son mariage avec Louis VIII de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle s'est marié le 6 janvier 1221 avec Jacques Ier le Conquérant, roi de la Couronne d'Aragon dans la commune d'Ágreda (Province de Soria). Le roi n'était âgé que de treize ans et elle avait 6 ans de plus. Ce mariage répondait plus à des intérêts politiques et de convenance, qu'à une liaison romantique.

Cette même année est né l'unique fils de cette union, l'infant Don Alphonse d'Aragon, qui devait décéder avant son père, en 1260. Il a été relégué, bien que l'aîné, à des rôles secondaires en faveur des fils de la seconde épouse.

En 1229, Aliénor a été répudiée par son époux, en invoquant une parenté trop proche et il a été sollicité l'annulation du mariage. Jacques Ier partit en septembre à la conquête de Majorque et elle s'en alla en Castille auprès de sa sœur Doña Bérengère et de son neveu Ferdinand III de Castille; elle entra au Monastère de Santa María la Real de Las Huelgas dans la province de Burgos.

En 1230 devint effective l'annulation de son mariage avec Jacques Ier.

Dans ce même monastère entra sœur Bérengère à la fin de sa vie politique; elle y mourut deux ans après Aliénor, en 1246.