Algorates

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Algorates

Création 2003
Siège social Poole, Dorset
Direction David Pearson (C.E.O.)
Mark Bardin (C.M.O.)
Josephine Lampton (President)
Hisham Al Muhsen (Risk Mang)
Produits Hedge Fund
Site web http://www.algorates.com

Algorates est une société de gestion de fonds d'investissement qui a été l'une des premières à développer le trading algorithmique pour les grandes banques d'investissement et les fonds spéculatifs de Wall Street[1].

Fondée en 2003 en tant que division d’Algo Capital, leur siège se trouve à Poole, dans le Dorset, en Angleterre, avec 414,642,900.00 € (Livres Sterling) d'actifs en gestion[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8].

Au cours des dix dernières années, Algorates a déployé ses algorithmes informatiques (également appelés « robots ») qui aident ses brokers à trader sur les actions, les matières premières et les devises[9].

Algorates, Fonds Communs de Placement[modifier | modifier le code]

Le fond multi-stratégique Lambda 343 d’Algorates est cité comme l'un des fonds communs de placement les plus rentables, enregistrant une augmentation de 72%[10]. D'autres fonds d’Algorates, tels que Sigma 148 et Omicron 469, ont aussi régulièrement publié des rendements élevés durant ces dernières années[11].

Tous les fonds communs de placement d’Algorates, y compris Lambda 343, utilisent la technologie incluant des algorithmes informatiques pour prédire les tendances du marché. Grâce à cette technologie, en 2013, les analystes d’Algorates ont fait plusieurs prédictions de grande envergure concernant le dollar australien et la prévision de la baisse de l'or, ajoutant une augmentation de 300% à certains de leurs portefeuilles clients[12].

Controverse[modifier | modifier le code]

À la radio BFM Business, Frédéric Lorenzini, consultant chez MCV France, met en garde contre la société Algorates, dont le site internet promet des performances de fonds jusqu’à 30%. Ce site, qui met en avant des noms de partenaires prestigieux tels que CBS News, HSBC, Citibank et Mastercard, est un faux site. « Tout est bidonné », prévient le consultant[13].

En France, l'Autorité des Marchés Financiers a émit un avertissement concernant cette société[14] : la société n'est ni autorisée à fournir des services d'investissement sur le territoire français, ni ne propose des fonds agréés en France.

Références[modifier | modifier le code]