Alfred Einhorn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alfred Einhorn

Description de l'image  Alfred Einhorn.png.
Naissance 27 février 1856
Hambourg (Confédération germanique)
Décès 21 mars 1917 (à 61 ans)
Munich (Empire allemand)
Nationalité Drapeau d'Allemagne Allemand
Champs Chimie
Pharmacologie
Institutions Université de Munich
Diplôme Université de Tübingen
Renommé pour Découverte de la novocaïne

Alfred Einhorn est un chimiste allemand, né à Hambourg en 1856 et mort à Munich en 1917, surtout connu pour avoir synthétisé la novocaïne.

Notice biographique[modifier | modifier le code]

Alfred Einhorn est né à Hambourg, le 27 février 1856. À la mort de ses parents, il est recueilli et élevé par des proches à Leipzig. Il étudie la chimie à l’université de Leipzig, puis à l’université de Tübingen où il suit l'enseignement de Lothar Meyer et où, en 1878, il est reçu docteur pour des travaux sur les cétones accomplis sous la direction de Wilhelm Staedel.

En 1882, il rejoint l’équipe d’Adolf von Baeyer au laboratoire de chimie de l’université de Munich. En 1885, il s'absente une première fois pour concourir avec succès à l'habilitation de l'École polytechnique de Darmstadt, qu'il obtient avec une thèse sur les β-lactones. Rentré aussitôt à Munich, il repart dès l'année suivante pour Aix-la-Chapelle où il est également habilité et où il enseigne pendant quelques années.

En 1891, il revient à Munich et s'y installe définitivement. Il se marie avec Margaret Daniel, fille de Daniel Hoïbaurats, de Schwerin, dont il n'a qu'un fils qui mourra en 1913 à l'âge de dix-sept ans. C'est à Munich que, sous la direction d'Einhorn, Richard Willstätter, futur récipiendaire du prix Nobel de chimie, obtient le doctorat en 1894[1] avec une thèse sur les dérivés de la cocaïne dépourvus d'azote. C'est encore à Munich, en 1904, que Einhorn découvre la Novocaïne. C'est là qu'il meurt, le 21 mars 1917.

La découverte de la novocaïne[modifier | modifier le code]

Au début du XXesiècle, l’anesthésique le plus efficace reste la cocaïne, et ses effets secondaires, dont la toxicité, stimulent partout la recherche d’un médicament moins difficile à manier. Entre autres chimistes, Fourneau en France[2],[3] et Einhorn en Allemagne s'attellent à cette tâche. Einhorn synthétise plus de cent composés nouveaux. Certains d'entre eux, découverts en 1897 et 1898 avec le pharmacologiste Robert Heinz, sont actifs, comme l'orthoforme et le néo-orthoforme[4], mais aucun n'est soluble dans l'eau, sauf la nirvanine[5], mais qui se révèle localement irritante[6].

En octobre 1903, Ernest Fourneau dépose le brevet de la stovaïne, premier anesthésique local de synthèse réellement exploitable, soluble et non irritant[7],[8]. Un an plus tard, avec Emil Uhlfelder, Einhorn aboutit à la synthèse de l'acide 4-aminobenzoïque ß-diéthylaminoéthyle, breveté en novembre 1904[9],[10], mis en vente par Hoechst en 1905 sous le nom commercial de Novocaïne® et introduit en chirurgie l'année suivante par Heinrich Braun[11].

La novocaïne se révèle nettement plus sûre et plus efficace que la cocaïne. Certes, ses effets sont moins importants et elle peut provoquer des allergies sévères, mais, la stovaïne mise à part[12],[13],[14], aucun médicament ne présente à l'époque autant d'avantages que la novocaïne qui devient une référence dans le domaine de l’anesthésie locale. Bien que largement remplacé par la lidocaïne, le médicament d'Einhorn est encore employé aujourd’hui, principalement en dentisterie. La stovaïne, quant à elle, est restée en usage pendant quarante ans, jusqu'à l'arrivée du penthotal[15].

Les autres travaux[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Quelques publications originales
  • 1883 : « Ueber Derivate der Orthonitrozimmtsäure », dans Berichte der Deutschen chemischen Gesellschaft, vol. 16, no 2, juillet, p. 2208-2216.
  • 1887 : « Ueber Ecgonin », dans Ber. Dtsch. chem. Ges., vol. 20, no 1, p. 1221-1229.
  • 1898 : (en) « On the Acylation of Alcohols and Phenols in Solution of Pyridine », avec Friedrich Hollandt, dans Liebigs Ann., vol. 301, p. 95-101.
  • 1898 : « Ueber die Carbonate der Dioxybenzole », dans Justus Liebigs Annalen der Chemie, vol. 300, p. 135-155.
  • 1899 : (en) « On the Chemistry of Local Anesthetics », dans Münchener medizinische Wochenschrift, vol. 46, p. 218-220.
  • 1900 : « Ueber die Glycocollverbindindungen des Ester aromatisiher Amido- und -Amidooxysauren », avec Max Oppenheimer, dans Liebigs Ann., vol. 311, 1910, p. 125-131.
  • 1904 : « Ueber das Pyrogallol », avec Jesaiah Cobliner et Hermann Pfeiffer, dans Ber. Dtsch. chem. Ges., vol. 37, p. 113-114.
  • 1905 : « Ueber die N-Methylolverbindungen der Säureamide [Erste Abhandlung.] », avec Eduard Bischkopff, Bruno Szelinski, Gustav Schupp, Eduard Spröngerts, Carl Ladisch et Theodor Mauermayer, dans Liebigs Ann., vol. 343, no 2-3, p. 207-305.
  • 1908 : « Die Methylolverbindungen des Harnstoffs », avec Alexander Hamburger, dans Ber. Dtsch. chem. Ges., vol. 41, no 1, p. 24-28.
  • 1909 : « Ueber neue Arzneimittel », dans Liebigs Ann., vol. 371, no 2, p. 125-131.
  • 1909 : « Ueber den p‐Aminobenzoësäurediäthylamino‐und‐piperidoäthylester », avec Emil Uhlfelder, dans Liebigs Ann., vol. 371, no 2, p. 131-142.
  • 1911 : « Zur Kenntnis acylierter Salicylsäuren », avec Leo Rothlauf et Rudolf Seuffert, dans Ber. Dtsch. chem. Ges., vol. 44, no 3, juillet-décembre, p. 3309-3313.
Sur Einhorn
  • (en) Joel Leonard Dunsky, « Alfred Einhorn : The Discoverer of Procaine », dans Journal of the Massachusetts Dental Society, vol. 46, no 3, 1997, p. 25-26 (ISSN 0025-4800).
  • (de) Hans Loewe, « Vom Cocain zum Novocain, dans Arzneimittelforschung, vol. 6, 1956, p. 43-50.
  • (de) Wilhelm Prandtl, « Das Chemische Laboratorium der bayerischen Akademie der Wissenschaften in München », dans Chymia, vol. 2, 1949, p. 81-97.
  • (de) Emil Uhlfelder, « Alfred Einhorn », dans Berichte der Deutschen chemischen Gesellschaft, vol. 50, 1917, p. 668-671.
  • (de) Hermann Wichelhaus (de), « Sitzung vom 23. April 1917 : Alfred Einhorn », Ber. Dtsch. chem. Ges., vol. 50,‎ janvier-juin 1917, p. 668-672 (résumé).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Arthur Greenberg, From Alchemy to Chemistry in Picture and Story, John Wiley and Sons, Hoboken, New Jersey, janvier 2007 (ISBN 978-0-471-75154-0), p. 628-629.
  2. Directeur du service des recherches scientifiques des établissements Poulenc frères.
  3. Jean-Pierre Fourneau, « Ernest Fourneau (1872-1949) », dans Compte rendu de la séance publique annuelle de l'Académie nationale de pharmacie, Paris,‎ 1986, p. 60-61.
  4. (de) Alfred Einhorn et Robert Heinz, « Orthoform : Ein Lokalanästhetikum für Wundschmerz, Brandwunden, Geschwüre, etc. », Münch. med. Wochenschr.,‎ 1897.
  5. (de) Alfred Einhorn et Robert Heinz, « Fortsetzung der Orthoformarbeiten », Münch. med. Wochenschr., no 49,‎ 1898, p. 1554.
  6. Paul Arnaud, La Nirvanine et ses applications en chirurgie, Hamelin frères (thèse de doctorat de l'université de Montpellier),‎ 1900.
  7. E. Fourneau, « Amino-alcools à fonctions alcooliques tertiaires », C. r. hebd. séances Acad. sci., vol. 138,‎ 1904, p. 766 ; « Stovaïne, anesthésique local », Bulletin des sciences pharmacologiques, vol. 10,‎ 1904, p. 141.
  8. Christine Debue-Barazer, « Les Implications scientifiques et industrielles du succès de la Stovaïne : Ernest Fourneau (1872-1949) et la chimie des médicaments en France », Gesnerus, vol. 64, no 1-2,‎ 2007, p. 38-41 (lire en ligne).
  9. D. R. Pat. 170 587 (1904-1906) – Hoechst – A. Einhorn et E. Uhlfelder.
  10. (de) Alfred Einhorn, « Procain », Liebigs Ann., vol. 371,‎ 1909, p. 125.
  11. (de) Heinrich Braun, Die Lokalanästhesie : Ihre wissenschaftlichen Grundlagen und praktische Anwendung, Leipzig, J. A. Barth,‎ 1907.
  12. Henri Chaput, « L’Anesthésie rachidienne à la stovaïne », Bulletins et mémoires de la Société de chirurgie de Paris, vol. 30,‎ 1904, p. 835-853.
  13. Théodore Tuffier, « Chirurgie de l’estomac », dans Alfred Ricard (dir.) et Eugène Rochard (dir.), Bibliothèque de chirurgie contemporaine, Paris, O. Doin,‎ 1907.
  14. (de) Eduard Sonnenburg, « Die Rückenmarks Anästhesie mittels Stovain », Deutsche medizinische Wochenschrift, vol. 9,‎ 1904.
  15. Barthélémy Drevon, « De la firme Poulenc à l'Institut Pasteur : Ernest Fourneau, fondateur de la chimie thérapeutique française », Mémoires de l'Académie de Lyon, vol. 3,‎ 1988, p. 43.