Alfred-Philibert Aldrophe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alfred-Philibert Aldrophe est un architecte français né à Paris en 1834 et mort à Paris en 1895.

D'abord architecte de la Ville de Paris, il travaille sur les expositions universelles de 1855 et de 1867. Architecte du Consistoire de Paris, il donne les plans de la synagogue de la rue de la Victoire (IXe), commencée en 1867 et inaugurée en 1874, ouverte au culte public en 1875, dans un style roman fleuri, enjolivé de fioritures byzantines. En 1886, il construit également la synagogue de Versailles, de style roman.

Il devient l'architecte attitré de Gustave de Rothschild, et construit pour lui, de 1873 à 1883, son hôtel particulier du 23, avenue de Marigny (aujourd'hui propriété de l'État, annexe du Palais de l'Élysée. V. Hôtel de Marigny). Après une première tranche de travaux, à partir de 1873, une aile en retour percée d'une porte cochère donnant accès à la cour d'honneur fut élevée sur l'avenue de Marigny, puis un autre bâtiment fut construit le long de la rue du Cirque. Le long de ce bâtiment, situé en fond de cour, furent remontées des colonnes corinthiennes et un fronton sculpté provenant de l'ancien hôtel Choiseul. L'Hôtel de Marigny se compose d'un corps de logis principal et d'une aile en retour à deux niveaux au-dessus d'un soubassement abritant les services. La porte d'accès au vestibule intègre les deux soubassements du rez-de-chaussée surélevé, tandis qu'en partie haute, quatre colonnes corinthiennes encadrent une baie et deux niches et supportent un encadrement et un fronton sculpté.

Aldrophe construit également pour Gustave de Rothschild, à partir de 1880, le Château des Hayes, dit de La Versine, à Saint-Maximin, près de Chantilly (Oise).

Il édifie l'École Gustave de Rothschild, rue Claude Bernard à Paris (Ve).

En 1873, recommandé par les Rothschild, il édifie l'hôtel Thiers, place Saint-Georges à Paris (IXe), aujourd'hui Fondation Dosne-Thiers de l'Institut de France. Les façades à fronton sommées d'une balustrade s'inspirent du style Louis XVI en vogue vers 1870.

En 1886, il édifie le mausolée d'Adolphe Thiers dans le cimetière du Père Lachaise[1]

En 1894, il propose une suite de projets pour un élégant hôtel particulier, orné de colonnes ioniques d'ordre colossal, pour M. Alphonse Falco sur un terrain 39, avenue Henri-Martin à Paris (XVIe).[citation nécessaire]

On lui doit aussi un très bel hôtel particulier, à Paris, rue de Londres, près de la place de l'Europe.[citation nécessaire]



  1. Christian Charlet. Le Père-Lachaise. Au cœur du Paris des vivants et des morts. Paris, 2003. Découvertes Gallimard. p.67