Alexandrine Le Normant d'Étiolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait d'Alexandrine Le Normant d'Étiolles jouant avec un chardonneret attribué à François Boucher (XVIIIe siècle}.
(Collection particulière)

Alexandrine Le Normant d'Étiolles est née le 10 août 1744 à Paris et morte le 15 juin 1754 (à 9 ans) à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Jeanne-Antoinette Poisson — future Madame de Pompadour — et de son époux légitime, Charles-Guillaume Le Normant d'Étiolles, Alexandrine reste à la garde de sa mère lorsque le couple se sépare et est élevée à l'instar d'une princesse royale. En effet, en mars 1745, sa mère est devenue la favorite du roi Louis XV, bientôt titrée « Marquise de Pompadour ».

En 1749, Alexandrine est mise au couvent des Dames de l'Assomption, rue Saint-Honoré à Paris, où sont élevées les filles de la plus haute noblesse. Elle montre des dispositions précoces et fait de bonnes études. Toujours ambitieuse, sa mère la fait régulièrement venir auprès d'elle pour la montrer à la Cour et songe à la marier dès qu'elle atteint l'âge de 8 ans, en 1752.

Madame de Pompadour envisage tout d'abord un mariage avec le marquis du Luc, fils naturel de Louis XV et de la comtesse de Vintimille, mais le Roi montre peu d'intérêt pour ce projet.

Elle songe alors à se rabattre sur le duc de Fronsac, fils du maréchal de Richelieu, mais ce dernier se récuse, excipant de la nécessité d'obtenir l'accord de la famille de Lorraine-Harcourt, à laquelle appartenait son épouse et à travers elle du chef de la Maison de Lorraine, à savoir l'empereur François Ier du Saint-Empire.

Madame de Pompadour finit par obtenir du duc de Chaulnes la promesse que son fils, le duc de Picquigny, épousera Alexandrine lorsque celle-ci atteindra l'âge de treize ans ; en échange, le duc de Chaulnes sera nommé gouverneur du duc de Bourgogne, fils aîné du dauphin Louis-Ferdinand, et la duchesse deviendra gouvernante des enfants de France.

Mais ce projet ne peut être mis à exécution : en effet, Alexandrine meurt à l'âge de neuf ans, d'une foudroyante crise d'appendicite et d'une péritonite[1], selon toute vraisemblance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Nicolle, Madame de Pompadour et la société de son temps, Albatros,‎ 1980, p. 222