Alexandre de Phères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alexandre (IVe siècle) fut tyran de la ville de Phères en Thessalie, de 369 à 358. Cicéron le cite dans son De Officiis[1] comme l'exemple même de l'homme qui veut maintenir sa puissance par la terreur et la crainte, et qui périt victime de la haine qu'il suscite. Valère Maxime[2] et Plutarque[3] ont évoqué son caractère.

Il succède à son oncle Jason de Phères à l'assassinat de celui-ci en 370. Il tente de maintenir l'influence de Phères sur la Thessalie mais se heurte à Thèbes et à ses généraux Pélopidas et Épaminondas. Vers 367, il ne contrôle plus que Phères et la Thessalie méridionale. En 364, il est vaincu par Pélopidas (qui est tué dans la bataille) à Cynoscéphales. Alexandre de Phères fait alors sa soumission à Thèbes.

Sa mort en 358 est présentée de façon sensiblement différente selon les auteurs de l'antiquité. D’après Cicéron, Alexandre de Phères aurait été assassiné par sa femme Thébé. Il se faisait précéder dans la chambre à coucher de son épouse par « un barbare marqué de tatouages thraces, le glaive dégainé », et faisait fouiller par des gardes les coffrets de sa femme, « pour s'assurer qu'elle ne cachait aucune arme dans ses vêtements ». C’est Thébé elle-même qui, « sur un soupçon de concubinage, l'assassina », écrit Cicéron[4]. Cependant Plutarque explique différemment le meurtre d'Alexandre de Phères par Thébé. D’après Xénophon[5], ce seraient les frères de Thébé qui l’auraient assassiné, mais à l'instigation de sa femme elle-même. Xénophon dans le même passage le peint sous le jour le plus noir : « Alexandre de Phères se rendit odieux comme chef aux Thessaliens, odieux comme ennemi aux Thébains et aux Athéniens, et il se livra à un brigandage criminel sur terre et sur mer. »

D’après Démosthène[6] et Diodore[7], le tyran thessalien Alexandre de Phères mena des opérations de piraterie dans les Cyclades vers 362-360 avant l’ère commune. Ses navires se seraient emparés de quelques-unes des îles, dont Tinos, et auraient emporté un grand nombre d’esclaves. Les Cyclades se révoltèrent à l’occasion de la troisième guerre sacrée (357-355) qui vit l’intervention de Philippe II de Macédoine contre la Phocide alliée à Phères. Elles commencèrent alors à passer dans l'orbite du Royaume de Macédoine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. De Officiis (Les Devoirs), livre II, VII, 25.
  2. Valère Maxime, IX, 13, ext. 3.
  3. Plutarque, Pélopidas, 26 sq.
  4. De Officiis (III, 7)
  5. Helléniques (VI, 4, 35-37)
  6. Apollodore contre Polyclès., 4
  7. XV, 95