Alexandre Ubelesqui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Danse d'une nymphe et d'un satyre, Arras, musée des Beaux-Arts

Alexandre Ubelesqui (ou Ubeleski ou Ubieleski, parfois simplement nommé Alexandre), né à Paris en 1649, et mort dans la même ville le 21 avril 1718, est un peintre français actif principalement pendant le règne de Louis XIV, et membre de l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture. Peintre d'origine polonaise, il a été identifié à tort comme un peintre d'origine italienne (Jal lui donne des origines génoises, et le nomme Ubeleschi).

Élève de Charles Le Brun qui marque fortement son style, Ubelesqui participe au concours du Prix de Rome en 1671, et reçoit le deuxième prix. Il remporte le premier prix lors du concours du Prix de Rome de 1672 avec une toile représentant Le Divertissement donné au roi par la ville de Dunkerque. Il réalise ainsi un long voyage à Rome, et séjourne dans la cité pontificale pendant presque dix ans. Il est élu membre de l'Académie de Saint-Luc en 1678, et peint la coupole de l'église Saint-Marie-Transpontine à Rome. De retour à Paris, il est reçu membre de l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture le 30 janvier 1682, avant de devenir professeur adjoint à l'Académie en 1692, puis Professeur titulaire en 1695. Dès son retour en France, il reçoit la commande prestigieuse pour le May de Notre-Dame de l'année 1681 (Le Baptême du Christ, perdu), et devra aussi réaliser le May de l'année 1691 (Le Christ guérissant les malades, Paris, musée du Louvre). Il reçoit de nombreuses commandes royales, et participe à plusieurs grands chantiers décoratifs de la fin du siècle : il réalise vers 1684 la peinture de La Poésie (connue par la gravure), destinée à orner la voussure du plafond du cabinet des Beaux-Arts de Charles Perrault, rue Neuve-des-Bons-Enfants, aux côtés de nombreux autres artistes de l'Académie (décor aujourd'hui détruit). Il peint en 1687 La Distribution du blé et du pain qui se fait au Louvre pendant la disette de 1682 pour le décor éphémère dressé pour la cérémonie d'action de grâce organisée pour la guérison du roi à l'église de l'Oratoire de la rue Saint-Honoré. Il réalise des panneaux représentant des Danses de nymphes et de satyres, peints vers 1686 pour servir de cartons à la Tenture des Sujets de la Fable commandée par Louvois en 1684. Il peint en 1686 le Mariage de la Vierge (perdu) pour l'église Notre-Dame de Versailles, et exécute deux tableaux pour le réfectoire du Couvent des Petits-Père (couvent des Augustins) à Paris. Vers 1700, il participe aux travaux de décors du château de Meudon, pour lequel il réalise un dessus-de-porte pour le cabinet des miroirs du premier étage (Moïse défendant les filles de Jethro). En 1701 il participe aux embellissements de la Ménagerie de Versailles en peignant deux panneaux illustrant le mythe de Minerve et Arachné (aujourd'hui à Fontainebleau, musée national du château) pour les appartements de la duchesse de Bourgogne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Marandet, « Alexandre Ubelesqui (1649 - 1718) : de l'amalgame à la reconstitution d'un style », dans Les Cahiers d'Histoire de l'Art, 2012, 10.
  • Pierre Rosenberg, « Un émule polonais de Le Brun : Alexandre Ubelesqui », dans Arte & Historia, 1990, vol.XXII, pp.163-187.