Alexandre Serov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Serov.
Alexandre N. Serov

Alexandre Nikolaïevitch Serov (en russe : Александр Николаевич Серов), né le 23 janvier 1820[1] et mort 1er février 1871[2] à Saint-Pétersbourg, est un compositeur russe, aujourd'hui oublié, et critique musical.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son grand-père, le Juif allemand Carl Ludwig Hablitz, est venu par le garçon avec ses parents à la Russie de l'Allemagne. Il est devenu le botaniste, l'académicien de l'Académie des Sciences de Pétersbourg.

Le père d'Alexandre Serov était le juriste, un grand fonctionnaire et voulait que son fils devienne aussi le juriste. C'est pourquoi Alexandre Serov à l'âge de 15 ans était rendu à l'école impériale juridique.

Mais Alexandre Serov était déjà passionné par la musique. À ce temps il a fait connaissance avec un autre élève de cette école juridique – Vladimir Stassov. Ils se sont liés d'amitié. Les deux élèves s'occupaient plus musique, que des sciences de droits.

En 1840 il a fini les études et 10 ans travaillait, mais en 1850 est parti du travail а s'est occupé de la composition de la musique et l'écriture des articles musicaux.

Alexandre Serov a introduit les termes musicaux, par exemple, le simfonisme[3].

Il était l'époux de Valentina Serova et le père du peintre Valentin Serov. En tant que critique, il était admirateur de Richard Wagner qui reçut le ménage Serov avec affabilité.

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Judith (Юдифь) 1861-1863
  • Rogneda (Рогнеда) 1863-1865
  • Le Pouvoir de l'ennemi (Вражья сила) 1867-1871

Notes[modifier | modifier le code]