Alexandre Gussiatnikov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Alexandre Gussiatnikov
Image illustrative de l'article Alexandre Gussiatnikov
1977, XXXe Course de la Paix : Alexandre Gussiatnikov, "capitaine" de l'équipe soviétique (à droite) rencontre son homologue de l'équipe de la RDA, Hans-Joachim Hartnick
Informations
Nom Gussiatnikov
Prénom Alexandre
Date de naissance 5 octobre 1950
Pays Drapeau de l’URSS Union soviétique
Équipe amateur
1970-1984 Équipe de l'URSS
Équipe dirigée
1985-2000 Drapeau : URSS 1985-1988 (adjoint) équipe d'URSS
Drapeau : France 1989 équipe Bonnat (amateurs)
Drapeau : France 1990 équipe "Didier Louis/CSKA Moscou"
Drapeau : Russie 1994 équipe Rotator Company-Fimafra
Drapeau : Russie 1995 équipe Sputnik SOI
Drapeau : Russie 1997 équipe Lada-CSKA Samara
Drapeau : Russie 2000 à ? Président de la fédération russe de cyclisme
Principales victoires
Ruban granitier breton 1975
Circuit de la Saône-et-Loire 1976
Tour de Bulgarie 1976
Tour de Yougoslavie 1977
Spartakiade de l'URSS 1979 (course en ligne)

Alexandre Mikaïlovitch Gussiatnikov (Aлександр Михайлович Гусятников) (né le 5 octobre 1950 à Orenbourg en Russie soviétique) est au cours des années 1970 un des coureurs cyclistes de l'équipe soviétique, dont il était devenu le "pilier". Il devient ensuite entraîneur de l'équipe de l'URSS puis, à partir de 1989 il dirige quelques équipes formées de jeunes coureurs russes. En 2000, déjà membre du Comité directeur de l'Union européenne de cyclisme, il est élu Président de la Fédération russe de cyclisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Coureur tout-terrain à forte longévité[modifier | modifier le code]

C'est en 1970 qu'Alexandre Gussiatnikov[1] connaît ses premières sélections dans l'équipe de l'URSS. Originaire de la région de l'Oural, poumon économique et scientifique de L'URSS, il est alors encore étudiant à l'Université de Smolensk. Coureur cycliste il sillonne pendant plus d'une dizaine de saisons les épreuves cyclistes par étapes en Europe, en Afrique, à Cuba. Il a étoffé son palmarès de nombreux succès, en Irlande, Bulgarie, Yougoslavie. En France, souvent présent dans les courses à étapes disputées en avril et début mai, il a remporté de nombreuses étapes, épaulé plusieurs vainqueur et remporté des succès dans des épreuves significatives, tels les "Granitiers bretons" et le Circuit de la Saône-et-Loire. Comme au Tour d'Algérie, au Tour du Maroc il est fréquemment classé parmi les premiers. S'il n'a pas participé au Tour de l'Avenir, la raison en est l'absence de toute équipe soviétique dans cette épreuve entre 1968 et 1978. Bien qu'il ai continué de courir jusqu'après 1982, il paraissait trop vieux pour le Tour de l'Avenir. De fait sa carrière épouse la courbe ascendante du cyclisme soviétique de compétition au cours de la décennie 1970-1980. Lui-même aurait rêvé de participer au Tour de France[2].

Alexandre Gussiatnikov a pris le départ de la Course de la Paix à 8 reprises, il a terminé 7 fois cette course, sans avoir triomphé individuellement lors d'une étape ou dans un classement annexe. Mais il a contribué à 6 victoires de l'équipe de l'URSS au classement par équipes, ce qui apparaît comme un record. Ce classement des équipes était autant considéré (voire mieux considéré) qu'une victoire individuelle. Comme Gainan Saidschushin pour la génération précédente, Il était devenu le "chef de route" de ses jeunes équipiers.

Entraîneur, directeur sportif, acteur de la transformation du cyclisme soviétique[modifier | modifier le code]

Sa carrière de coureur achevée, Alexandre Gussiatnikov est l'un des successeurs de Viktor Kapitonov comme entraîneur des cyclistes soviétiques. En 1985, diplômé des sports, il assume la sélection de l'équipe de l'URSS pour les Championnats du monde. Cette fonction d'entraîneur national l'amène à l'année 1989. À ce moment, les structures du cyclisme d'État soviétique implosent. D'une part, une quinzaine de coureurs passent professionnels, au sein de l'équipe Alfa Lum, dans des conditions telles qu'ils ne sont pas maîtres de la négociation pécuniaire de leurs contrats. D'autre part, sept "espoirs" du cyclisme soviétique entreprennent une saison cycliste au sein d'un club français de l'Essonne. Ce club "commercial", le "Guidon d'Or d'Évry", est monté de toutes pièces par un chef d'entreprise amateur de vélo, Serge Bonnat[3].

1989: avec le "Team Bonnat 91"[modifier | modifier le code]

Ces coureurs sont "chapeautés" par Alexandre Gussiatnikov, qui durant un an est codirecteur sportif de cette structure. Les 7 espoirs du cyclisme encore soviétique qui vivent cette expérience, ont une moyenne d'âge de 19/20 ans. Qui sont-ils ?

Le patron de l'équipe, Serge Bonnat est un ancien cyclo-sportif de la FSGT. La direction sportive est en fait bicéphale[4]. Un ancien coureur français, Luc Mariette assure la direction sportive technique. Mais cette équipe, financièrement fragile, n'obtient guère de résultats ou plutôt pas les résultats escomptés[5]. et le contrat la liant aux soviétiques n'est pas reconduit l'année suivante.

1990-1991: en Seine-Saint-Denis, l'équipe "Didier Louis-CSKA Moscou"[modifier | modifier le code]

Dans un cadre à peu près semblable, Alexandre Gussiatnikov, et son adjoint Alexandre Lapteff, imposé par la fédération cycliste soviétique, prolonge de deux années son séjour en France en devenant directeur sportif d'un groupe "amateur' dont le siège est à Montreuil, en Seine-St-Denis. Un constructeur de cycles, Didier Louis[6] sponsorise sous un maillot à son nom, de jeunes soviétiques ("de 19 à 30 ans") appartenant à la structure sportive du CSKA (Club de l'Armée) de Moscou, pour deux saisons de compétition en France. En 1990[7] l'équipe Didier-Louis/CSKA Moscou est composé ainsi :

L'expérience tourne court durant la saison 1991, avec la fin de l'Union soviétique.

1994-1998 expérimentateur d'équipes professionnelles en Russie[modifier | modifier le code]

Alexandre Gussiatnikov poursuit sa carrière d'entraîneur sportif en Russie

  • En 1994, il est à la direction de l'équipe Rotator Compeny-Fimafra-J.C. Leasing
  • En 1996, il retrouve le CSKA, Club sportif de l'Armée rouge, celui de Kouibychev redevenue Samara, nom historique de la ville. Le CSKA est associé au constructeur automobile Lada. Jusqu'en 1998, il dirige cette équipe Lada-CSKA Samara de coureurs russes, dont il avait, pour certains, suivis les premiers coups de pédale, en France. Parallèlement à ses fonctions d'entraîneur, et à celles de dirigeant d'une entreprise de "coatching", il commence à gravir les échelons de dirigeant du cyclisme russe et européen.

Dirigeant de la fédération cycliste de Russie[modifier | modifier le code]

Membre du Comité directeur de la Fédération russe de cyclisme, dont l'activité a très mal supporté la fin de l'organisation étatique du sport soviétique, il accède au comité directeur de l'Union européenne de cyclisme en 1998. Enfin en novembre 2000, il devient Président de la Fédération russe de cyclisme.

Distinction[modifier | modifier le code]

  • Maître émérite des sports de l'URSS.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 1976
  • 1979
    • Course sur route de la VIIe Spartakiade internationale à Moscou[13]

Classements divers[modifier | modifier le code]

Résultats sur la Course de la Paix[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

  • Sélections au Championnat du monde, épreuve individuelle sur route, catégorie amateurs:
    • 1971 : 7e
    • 1974 : 8e
    • 1975 : 27e
    • 1977 : 20e
    • 1979 : 48e

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette note prend appui sur la notice biographique d'Alexandre Gussiatnikov publiée originellement par le site http://www.biografia.ru et reprise par plusieurs sites russes dont http://www.velocipedsport.info. Sites consultés en octobre 2010.
  2. Miroir du cyclisme, n° 416, mars 1989, interview par le journaliste Guy Caput, publié dans l'article:" Une équipe soviétique en France"
  3. cf l'article du journaliste Gilles Van Kote, " des soviétiques en maillots français", paru dans le quotidien Le Monde, 29 avril 1989
  4. Miroir du cyclisme, n= 432, juin 1990, rubrique " le mois des amateurs", tenue par Guy Caput. Interview de Luc Mariette, directeur sportif du Team Bonnat. Après l'expérience de l'hébergement des coureurs soviétiques, décevante en termes de sponsoring, l'équipe basée à Montlhéry, en Essonne, recrute pour l'année 1990, 8 coureurs américains
  5. Pavel Tonkov remporte 1 étape du Tour du Loir-et-Cher, et... le prix du syndicat d'initiative de Bayonne; Viatcheslav Djavanian gagne au Circuit du printemps nivernais; Oleg Polovnikov remporte la course Redon-Redon.
  6. Voir la référence supra. Guy Caput, article: " Regard à l'Est" du même numéro. Voir aussi un article de Jean-Michel Richefort, paru dans Le Cycle, numéro 174-janvier 1991, sous le titre "Merci Moscou".
  7. Miroir du cyclisme, N° 436, septembre 1990, page 29 : liste incomplète des coureurs. L'article, non signé est titré : Aventure, et précise que l'équipe emploie 15 personnes au total, dont 11 coureurs. Didier Louis en recherche d'autres sponsors affirme : Nous pouvons aider les entreprises françaises.
  8. Dimitri Vassilichenko remporte le Grand Prix des Nations (amateurs), tandis que Manuylov termine 3e
  9. cycling website
  10. l'Humanité, avril 1971, article de l'envoyé spécial Émile Besson sur le deuxième Tour d'Algérie amateur: victoire finale de Kreszowiec (Pologne), devant les soviétiques Skossyrev, 2e, Trichin, 3e, Gussiatnikov, 4e. Le premier coureur algérien est Hamza, 5e. Szurkowski (Pologne) est 1er aux points et l'équipe de l'URSS est 1re du classement des équipes.
  11. A. Gussiatnikov est leader de ce Tour du Limousin 1972 durant 2 jours. L'équipe soviétique truste le maillot de leader (Gussiatnikov, Nelyubin, Dimitriev), remporte 3 étapes sur 7 (Gussiatnikov, Dimitriev, Bielousov) et place 3 coureurs parmi les 4 premiers. Classement final: 1- Yuri Dimitriev (URSS) -2- Hennie Kuiper (Pays-Bas) -3- Vassili Bielousov (URSS) -4- Nikolaï Gorelov
  12. site de la course, Creusot-cyclisme
  13. El mundo deportivo (Esp.)30 juillet 1979. Le classement de l'épreuve sur route: 1er- A. Gussiatnikov (URSS), 187 km en 4 h 46'; 2e- G. Giacomini ( Italie), mt.; 3e- A. Awerin, mt. (...)
  14. synthèse des données annuelles fournies par le site "Zavod Miru"

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :