Alexandre Deulofeu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre Deulofeu Torres

Alexandre Deulofeu Torres, né le 20 septembre 1903 à L'Armentera (Catalogne, Espagne) et décédé en 1978 à Figueres, est un politicien et philosophe de l'histoire. Il est notamment connu pour ses travaux autour de « la Mathématique de l’Histoire », une théorie cyclique sur l’évolution des civilisations.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Deulofeu naquit à L'Armentera (Gérone, Catalogne, Espagne), où son père était pharmacien. À l’âge de trois ans, il déménagea avec sa famille à Sant Pere Pescador puis neuf ans plus tard à Figueres.

Il fit ses études secondaires à l'Institut Ramón Muntaner de Figueres, étudia la pharmacie et la chimie à Madrid, et termina ses études à Barcelone. Rentré à Figueres, il obtint sur concours une chaire et devint professeur à l’Institut Ramón Muntaner de Figueres. Il commença en parallèle une étape d’une intense activité politique, d’abord comme dirigeant de la Juventut Nacionalista Republicana (Jeunesse Nationaliste Républicaine) de l’Empordà, puis comme conseiller municipal pour l'ERC.

Pendant la Guerre d'Espagne, officia comme maire improvisé à Figueres, évitant des affrontements, des pillages et des persécutions. Il ut mobilisé au front comme officier de santé et s'exila en France le 5 février 1939, lors de la retraite républicaine. Pendant son exil, il exerça plusieurs métiers : professeur de différentes matières, violoniste et saxophoniste dans différents groupes de musique de variétés et classiques, agriculteur expérimental, créateur de plantations sans terre avec des solutions liquides de son invention, ouvrier d’usine, maçon, écrivain, poète. Il se lia d'amitié avec Francesc Pujols et Salvador Dalí. De retour d'exil le 22 janvier 1947 travailla comme pharmacien, poursuivit ses recherches et écrivit.

Il mourut à Figueres le 27 décembre 1978, sans avoir achevé l'intégralité de son œuvre majeure La Mathématique de l’Histoire.

Pensée[modifier | modifier le code]

Selon sa théorie, les civilisations et les empires suivent des cycles équivalents aux cycles naturels des êtres vivants. Chaque civilisation peut accomplir un minimum de trois cycles de 1700 années chacun. Compris dans les civilisations, les empires ont une durée moyenne de 550 années.

Poursuivant l'analogie, la connaissance des cycles de la nature pouvait permettre selon lui d'éviter les guerres, qu’il considérait superflues, et passer par des règlements pacifiques et non violents.

Il affirmait aussi que l'humanité, connaissant les cycles, pouvait être capable de les altérer. L’humanité devait tendre à s’organiser sous forme d’une Confédération Universelle de peuples libres.

L’énoncé de la loi mathématique qui, selon lui, détermine l’évolution des peuples, est résumée dans les suivants points dans le chapitre III de son ouvrage La Mathématique de l’Histoire[1] :

  1. Tous les peuples passent par des époques de grand fractionnement démographique, alternées avec des époques de grande unification ou époques impérialistes.
  2. Les époques de grand fractionnement ont une durée de six siècles et demi. Les époques de grande unification ont une durée de dix siècles et demi. Le cycle évolutif couvre donc dix-sept siècles.
  3. Pendant ce procès évolutif, les peuples passent par des phases parfaitement établies pour retourner, à la fin du cycle, à la même position qu'au commencement.
  4. Le cycle évolutif comprend tous les domaines de l’activité humaine, c'est-à-dire que, en plus d’un cycle politique, on doit considérer aussi un cycle social, artistique, philosophique, scientifique…
  5. Tous les peuples suivent la même évolution, mais celle-ci avance ou prend du retard selon la position géographique de chaque pays.
  6. La puissance créatrice n’est pas la même chez tous les peuples. Dans chaque cycle il y a une zone d’intensité créatrice maximale, et cette zone se déplace d’un cycle au suivant dans le même sens du proces-sus général. En Europe, celle-ci avance de l’Orient vers l’Occident de la Méditerranée, et passe ensuite de la Péninsule Ibérique à la Gaule, elle suit aux Îles Britanniques, continue par les peuples germaniques et arrive finalement aux peuples nordiques et slaves.
  7. Les noyaux impérialistes, qui donnent lieu aux époques de grande unification politique, suivent des procès biologiques parfaits, identiques entre eux, et avec une durée de cinq à six siècles.
  8. La transformation des régimes politiques sociaux ne suit pas une ligne constante ascendante ou descendante, mais au moyen des avancements et régressions tour à tour les uns plus intenses que les autres, ce qui donne comme conséquence une ligne brisée. Le résultat de cette ligne revient à un avancement dans un sens donné. C’est ce qu’on appelle la "Loi des deux pas en avant et un en arrière".

Sa pensée est en rapport avec les idées de Oswald Spengler et d'Arnold J. Toynbee, qui ont aussi énoncé des théories sur le caractère cyclique des civilisations, mais sans atteindre la mensuration mathématique plus exacte proposée par Deulofeu.

Pendant son exil, et aussi plus tard, Deulofeu visita différents musées, temples et monuments de plusieurs pays où, entre autres conclusions, il déduisit qu’il avait trouvé l’origine de l’art roman au IXe siècle entre l'Empordà et le Roussillon, qui était l’origine de ce qu’il appelle le deuxième cycle de la civilisation européenne occidentale, après le premier cycle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ca) Alexandre Deulofeu (préf. Antoni Rovira i Virgili), La Catalogne et l’Europe future [« Catalunya i l’Europa futura »], Barcelone, Llibreria Catalònia,‎ 1934
    Édition en fac-similé de 1978.
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La Catalogne 1932-1934 [« Catalunya 1932-1934 »], Barcelone, Llibreria Catalònia,‎ 1935
  • (ca) Alexandre Deulofeu, Chimie structurale, 1re part [« Química estructural, primera part »], Figueres, Edicions de l'Escola del Treball,‎ 1937
  • (ca) Alexandre Deulofeu, L'évolution sociale [« L'evolució social »], Figueres, Edicions de l'Escola del Treball,‎ 1937
    Il existe un deuxième volume inédit.
  • (ca) Alexandre Deulofeu, service médical de renseignement des laboratoires Leti et Uquita [« La energía atómica al servicio de la química, et La energía atómica y la energía iónica »], Barcelone,‎ 1949
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La Mathématique de l'Histoire [« La Matemática de la Historia »], Barcelone, Aymà Edicions,‎ 1951
  • (ca) Alexandre Deulofeu, L'énergie atomique au service de la chimie [« La energía atómica al servicio de la química »], Barcelone, Editorial Emporitana,‎ 1952
  • (ca) Alexandre Deulofeu, Europe à nu [« Europa al desnudo »], Barcelone, Editorial Emporitana,‎ 1954
  • (es) Alexandre Deulofeu, La Mathématique de l'Histoire [« Nacimiento, grandeza y muerte de las civilizaciones »], vol. I : Naissance, grandeur et mort des civilisations, Barcelone, Casa del Llibre,‎ 1956.
  • (ca) Alexandre Deulofeu, Les Auteurs de l’Oiseau en Papier [« La matemàtica de la història en la cultura occidental »], Barcelone, Editex,‎ 1957
  • (es) Alexandre Deulofeu, La mathémátique de l'Histoire [« Los grandes errores de la Historia. Del servilismo a la democracia »], vol. II : Les grandes erreurs de l'Histoire. Du servilisme à la démocratie, Barcelone, Aymà Edicions,‎ 1958.
  • (ca) Alexandre Deulofeu, L'Empordà, berceau de l’art roman [« L'Empordà, bressol de l’art romànic »], Barcelone, Gràfiques Diamant,‎ 1961
  • (ca) Alexandre Deulofeu, L'Empordà, berceau de l’art roman [« El Ampudán, cuna del arte románico »], Barcelone, Gráficas Diamant,‎ 1962
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La Catalogne, origine de la peinture médiévale [« Catalunya, origen de la pintura medieval »], Barcelone, Ed. Selecta,‎ 1963
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La Catalogne, origine de la peinture médiévale [« Cataluña, origen de la pintura medieval »], Barcelone, Ed. Selecta,‎ 1963
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La Mathématique de l’Histoire [« La Matemàtica de la Història »], Figueres, Editorial Emporitana,‎ 1967
  • (ca) Carles Fages de Climent (préf. Alexandre Deulofeu), Vilasacra, capitale du monde [« Vilasacra, capital del món »], Figueres, Ed. Pérgamo (réimpr. 1977, 1993) (1re éd. 1967)
  • (ca) Alexandre Deulofeu (ill. Joaquim Fort de Ribot), L'Empordà-Rosselló, berceau de la sculpture romane [« L'Empordà-Rosselló, bressol de l'escultura romànica »], Figueres, Editorial Emporitana,‎ 1968.
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La Mathématique de l'Histoire [« Les cultures europees. De la primera onada històrica de gran fragmentació demogràfica »], vol. III : Sur la première vague historique à grande fragmentation démographique, Figueres, Editorial Emporitana,‎ 1969.
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La paix au monde par la Mathématique de l’Histoire [« La pau al món per la Matemàtica de la Història »], Barcelone, Ed. Pòrtic,‎ 1970
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La Mathématique de l'Histoire [« Naixença, grandesa i mort de les civilitzacions »], vol. I : Naissance, grandeur et mort des civilisations, Figueres, Editorial Emporitana,‎ 1970
  • (ca) Alexandre Deulofeu, Le monastère de Sant Pere de Roda. Son importance, histoire et art [« El monestir de Sant Pere de Roda. Importancia, història i art »], Figueres, Editorial Emporitana,‎ 1970
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La Mathématique de l'Histoire [« Els grans errors de la Història »], vol. II : Les grandes erreurs de l'Histoire, Figueres, Editorial Emporitana,‎ 1971
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La Mathématique de l'Histoire [« Lluita d’imperis, primera part »], vol. IV, Figueres, Editorial Emporitana,‎ 1972
  • (ca) Alexandre Deulofeu, L'Empordà, berceau de l'art roman [« L’Empordà, bressol de l’art romànic »], Figueres, Editorial Emporitana,‎ 1972
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La paix mondiale par la mathématique de l'Histoire [« La paz mundial por la matemática de la Historia »], Barcelone, Ed. Pòrtic Hispànic,‎ 1973
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La Mathématique de l'Histoire [« Lluita d'imperis, segona part »], vol. V : teutonique, anglosaxon, polonais, danois, norvegien, viking, lituanien, suédois, moscovite), Figueres, Editorial Emporitana,‎ 1973
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La Mathématique de l'Histoire [« El segon cicle europeu. El procés polític i social »], vol. VI : Le deuxième cycle européen. Le procès politique et social, Figueres, Editorial Emporitana,‎ 1974
  • (ca) Alexandre Deulofeu, Souvenirs de la révolution, de la guerre et de l’exil [« Memòries de la revolució, de la guerra i de l'exili »], Figueres, Editorial Emporitana,‎ 1975 deux volumes.
  • Sebastià Delclòs, Guide du style roman du Haut Empordà [« Guia del romànic de l’Alt Empordà »], Figueres, Centre Escursionista Empordanès,‎ 1975
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La Mathématique de l'Histoire [« Catalunya, mare de la cultura europea »], vol. VII : La Catalogne, mère de la culture européenne, Figueres, Editorial Emporitana,‎ 1977
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La Mathématique de l'Histoire [« La segona onada imperial a Europa »], vol. VIII : La deuxième vague imperiale en Europe, Figueres, Editorial Emporitana,‎ 1977
  • (es) Alexandre Deulofeu (préf. Abelardo F. Gabancho), Naissance, grandeur et mort des civilisations [« Nacimiento, grandeza y muerte de las civilizaciones »], Buenos Aires, Plus Ultra,‎ 1978
    Édition spéciale pour l'Amérique du Sud.
  • (ca) Alexandre Deulofeu, La Mathématique de l’Histoire [« Les cultures irano-sumèria-caldea, hitita i egípcia »], vol. IX : Les cultures irano-sumérienne-chaldéenne, hittite et égyptienne, Figueres, Amics de l'Albera i Cap de Creus, Centre Escursionista Empordanès, édition posthume année=2005
  • (ca) Alexandre Deulofeu, Histoire de l'art universel [« Història de l'art universal »], Figueres, Amics de l'Albera i Cap de Creus, Centre Escursionista Empordanès, édition posthume,‎ octobre 2008
  • (ca) Alexandre Deulofeu, Articles et autres écrits. Les derniers mots [« Articles i altres escrits. Els darrers mots »], Figueres, Amics de l'Albera i Cap de Creus, Centre Escursionista Empordanès, conception et suivi: Juli Gutiérrez Deulofeu, édition posthume,‎ juin 2012

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ca) Alexandre Deulofeu, La matemàtica de la història, Editorial Emporitana,‎ 1967, p. 224

Sources[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Deulofeu. Figueres, Mairie de Figueres, Institut d'Estudis Empordanesos, Patronat Francesc Eiximenis, 2003.
  • Juli Gutièrrez Deulofeu. Alexandre Deulofeu, la Matemàtica de la Història (Alexandre Deulofeu, la Mathématique de l’Histoire), Barcelone, Llibres de l'Índex / Neopàtria, 2004.
  • Enric Pujol, Jordi Casassas, Francesc Roca, Juli Gutiérrez Deulofeu. La Matemàtica de la Història. La teoria cíclica d’Alexandre Deulofeu (La Mathématique de l'Histoire. La Théorie cyclique de Alexandre Deulofeu), Figueres, Brau Edicions, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]