Alexandre Chatrian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alexandre Chatrian

Description de cette image, également commentée ci-après

Émile Erckmann et Alexandre Chatrian

Naissance
Abreschviller
Décès (à 63 ans)
Villemomble
Langue d'écriture Français

Alexandre Chatrian est un écrivain français né à Soldatenthal, près d’Abreschviller le 18 décembre 1826 et mort à Villemomble le 3 septembre 1890.

Il est plus connu sous le nom de plume commun d’« Erckmann-Chatrian » qu’il partageait avec son ami Émile Erckmann.

Biographie[modifier | modifier le code]

Erckmann-Chatrian - Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, Paris, 1864

Les débuts[modifier | modifier le code]

Né à Abreschviller au lieu-dit du Grand Soldat, ou Soldatenthal, Alexandre Chatrian entra au collège de Phalsbourg vers 1842, en classe industrielle. Il arrêta ses études en 1844 et partit gagner sa vie en Belgique, comme comptable, pendant 2 ans.

En 1847, il était maître d’étude au collège de Phalsbourg lorsqu’il rencontra Erckmann. Ils devinrent amis et passèrent l’été ensemble dans les Vosges. Après la Révolution française de 1848, ils commencèrent à publier des feuilletons mais le succès n’arriva pas aussi vite qu’ils l’avaient escompté. Chatrian chercha alors un autre travail et fut embauché en 1852 par l'entremise d'Eugène Chevandier de Valdrome comme employé de bureau à la compagnie des chemins de fer de l'Est.

Le succès[modifier | modifier le code]

Après une période de rodage, ils commencèrent à être connus vers 1859 : la publication régulière de contes et de nouvelles fantastiques leur attire de nombreux lecteurs. Ils s’installèrent donc tous deux à Paris, près de la Gare de Paris-Est pour pouvoir revenir régulièrement en Lorraine.

Chatrian acheta une propriété (la villa Plaisance) au 56 avenue Franklin au Raincy, dont il sera maire pendant 6 mois en 1878, et où il emménagea en mai 1869 avec Adélaïde Riberon, sa compagne avec qui il a eu deux enfants.

Après 1872, Chatrian écrivit plutôt du théâtre tandis qu’Erckmann s’occupait des romans. En 1884, ayant pris sa retraite d’employé des chemins de fer, Chatrian se retira alors à Villemomble.

La fin[modifier | modifier le code]

En 1885, après le succès mitigé de Myrtille, Chatrian abandonna le théâtre et s’installa à Saint-Dié, 2 place Stanislas. Il tomba alors malade et sa santé mentale s’en ressentit.

Il négocia une nouvelle convention avec leur éditeur en 1886, qu’Erckmann refusa de signer. L’année suivante, il révèle à Erckmann qu’il rémunérait des « nègres » avec leurs fonds communs : c’est la fin de leur association et de leur amitié.

Il meurt en 1890 à Villemomble où il est inhumé.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léon Gautier, « Erckmann-Chatrian », Portraits du XIXe siècle. Poètes et romanciers, Sanard et Derangeon [puis] A. Taffin-Lefor, Paris, t. 1, p. 253-68 disponible sur Gallica
  • Armand de Pontmartin, « Erckmann-Chatrian », Nouveaux samedis : 15e série , Michel-Lévy frères, Paris, 1877, 1 vol. ; in-18, p. 53-70 disponible sur Gallica
  • henry Roujon, « Erckmann-Chatrian », En marge du temps, Hachette, Paris, 1908, p. 85-89 disponible sur Gallica.
  • Jules Lermina, « Erckmann-Chatrian », La Revue pour tous. Journal illustré de la famille, [s.n.] (Paris), 1888-1899, p. 49-51, disponible sur Gallica
  • Alfred Sirven, « Erckmann-Chatrian », Journaux et journalistes. La Presse. La Liberté, F. Cournol, Paris, 1865-1866? p. 274-79 disponible sur Gallica
  • Francisque Sarcey, « Erckmann-Chatrian », Musée universel : revue illustrée hebdomadaire, A. Ballue, Paris, 1877, semestre 1, p. 162-3, disponible sur Gallica
  • Camille Flammarion, Mémoires biographiques et philosophiques d’un astronome, E. Flammarion, Paris, 1912, p. 466 disponible sur Gallica
  • Guy Martignon."Erckmann-Chatrian, leurs vies, leurs oeuvres". Association Jeunesse, lecture et Loisirs du Raincy-Villemomble.1984. Disponible aux amis du château de Villemomble, 93250
  • Noëlle Benhamou, « Les Adaptations des œuvres d’Erckmann-Chatrian à la télévision française », Le Rocambole, Bulletin des Amis du Roman Populaire, spécial Erckmann-Chatrian, no 47, été 2009, p. 89-108.
  • Noëlle Benhamou, « Chronologie d’Erckmann-Chatrian », Le Rocambole, Bulletin des Amis du Roman Populaire, spécial Erckmann-Chatrian, no 47, été 2009, p. 109-118.
  • Noëlle Benhamou, « Bibliographie des œuvres d’Erckmann-Chatrian », Le Rocambole, Bulletin des Amis du Roman Populaire, spécial Erckmann-Chatrian, no 47, été 2009, p. 119-133.
  • Noëlle Benhamou, « Bibliographie critique sélective d’Erckmann-Chatrian », Le Rocambole, Bulletin des Amis du Roman Populaire, spécial Erckmann-Chatrian, no 47, été 2009, p. 135-144.
  • Noëlle Benhamou, « Adaptations des œuvres d’Erckmann-Chatrian », Le Rocambole, Bulletin des Amis du Roman Populaire, spécial Erckmann-Chatrian, no 47, été 2009, p. 145-158.

Portraits[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :