Alexandra (Afrique du Sud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alexandre (Afrique du Sud))
Aller à : navigation, rechercher
Alexandra (Afrique du Sud)
Administration
Pays Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Province Gauteng
Coordonnées 26° 06′ S 28° 06′ E / -26.103833333333, 28.096166666667 ()26° 06′ Sud 28° 06′ Est / -26.103833333333, 28.096166666667 ()  

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

Voir la carte administrative d'Afrique du Sud
City locator 14.svg
Alexandra (Afrique du Sud)

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

Voir la carte topographique d'Afrique du Sud
City locator 14.svg
Alexandra (Afrique du Sud)

Alexandra est un township de la banlieue de Johannesburg situé dans la province du Gauteng en Afrique du Sud. Alexandra ou Alex est située près du quartier d’affaires de Sandton et est délimitée par Wynberg à l'ouest, Marlboro et Kelvin au nord, Kew, Lombardie-Ouest et Lombardie-Est au sud.

Alexandra est l'une des zones urbaines les plus pauvres du pays.

Historique[modifier | modifier le code]

Alexandra est créé en 1912, sur un terrain appartenant à l'origine à un agriculteur et baptisé en l'honneur de son épouse, Alexandra Papenfus. Au départ, il prévoit qu'Alexandra accueille des Blancs mais le terrain est à l'époque trop excentré et éloigné de Johannesburg, le principal lieu de travail et de vie de cette partie du Witwatersrand. Faute d'acheteurs blancs, il vend alors des parcelles de son terrain à des Noirs après avoir fait qualifier Alexandra en cantonnement indigène. Grâce à cette qualification validée avant le vote de la loi foncière de 1913, Alexandra devient l'une des rares zones urbaines du pays où les Noirs peuvent acquérir et posséder des terres.

En 1916, la population d'Alexandra dépasse déjà le nombre de 30 000 résidents et un comité des gestion est formé pour gérer le township. Cependant, la municipalité de Johannesburg ayant refusé d'intégrer Alexandra dans son périmètre, le township manque de ressources financières, le comité de gestion de pouvant percevoir d'impôts locaux. Jusqu’aux années 50, Alexandra est autonome sans subir de contrôle direct d'une autorité blanche. Lorsque le parti national arrive au pouvoir en 1948 et commence à mettre en œuvre sa politique d'apartheid, Alexandra est alors placée sous le contrôle direct du ministère des Affaires autochtones. Ses tentatives pour raser le township ou pour le transformer en cité-dortoir pour les travailleurs célibataires sont un échec.

Le township est le théâtre de manifestations durant les émeutes de Soweto en 1976.

En 1982, Alexandra reçoit le statut officiel de quartier résidentiel et un comité de liaison, composé de conseillers municipaux, est mis en place pour diriger le township. Un plan directeur prévoit de transformer Alexandra en "ville jardin" mais l'exécution du plan est stoppé par émeutes de février 1986. Plusieurs conseillers municipaux, qualifiés de collaborateurs de l'apartheid et de traitres, démissionnent ou sont assassinés ce qui amène le gouvernement à imposer l'état d'urgence et à reprendre en main la direction du township. Durant le début des années 90, Alexandra est encore le théâtre de conflits communautaires et politiques. De nombreuses personnes sont tuées, blessées ou déplacées. La situation s'est calmée après les premières élections nationales au suffrage universel en 1994.

En 2001, l’État lance à Alexandra un vaste plan de rénovation urbaine, construisant des milliers de logements, aménageant les rues et un parc.

Aujourd’hui, Alexandra, situé à 12 km au nord du centre-ville de Johannesburg et à deux minutes de Sandton (l’endroit réputé le plus riche d’Afrique), compte environ 400 000 habitants répartis sur 7,6 km2 de terrain juché de maisonnettes et de quelques bidonvilles. Resté un îlot de pauvreté dans une banlieue plutôt aisée, Alexandra est géré par la municipalité de Johannesburg.

Personnalités locales[modifier | modifier le code]

liens externes[modifier | modifier le code]