Alexandra de Rome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait d'Alexandra par Karl Briullov (1845)

Sainte Alexandra de Rome, morte le 21 avril 303, est une martyre de l'Église, dont la fête est le 22 avril pour l'Église d'Orient et le 10 avril pour les Coptes.

Biographie[modifier | modifier le code]

On connaît la vie de sainte Alexandra à travers les hagiographies de saint Georges transmises jusqu'à nous, où elle est nommée comme impératrice et épouse de Dioclétien. Elle reconnaît sa foi au Christ au moment des souffrances de saint Georges et son époux la condamne pour cela à mourir par l'épée.

D'après les sources historiques, l'épouse de Dioclétien, qui se convertit au christianisme, se nommait Prisca. Il est possible qu'elle ait reçu le nom d'Alexandra après son baptême. Cependant Syméon Métaphraste et d'autres auteurs latins ou grecs, ne la citent pas, à l'exclusion d'une compilation de Théodore Daphnopatès. L'hypothèse pourrait consister à ce qu'elle soit la veuve d'un empereur ayant régné avant Dioclétien.

Les tentatives d'identifier Prisca et Alexandra ne datent que du XXe siècle, ainsi certains menaion ont changé de manière erronée la date de sa mort à 313 (date de la mort de Prisca), ce qui ne correspond pas aux anciens canons.

La mémoire d'Alexandra est connue dans l'Église de source sûre à partir du Xe siècle, notamment dans la minologie de Basile II et d'autres sources grecques.

Chez les Slaves, elle apparaît dans les textes à partir du XIIe siècle. Elle est citée dans les offices de saint Georges, où elle fait l'objet d'un tropaire. Elle est souvent représentée dans les icônes de saint Georges.

En Russie[modifier | modifier le code]

Mosaïque représentant sainte Alexandra de Rome à la cathédrale Féodorovsky de Tsarskoïe Selo

C'est la patronne de deux impératrices russes d'origine allemande : Alexandra, épouse de Nicolas Ier, et Alexandra, épouse de Nicolas II.

Plusieurs églises orthodoxes lui sont consacrées en Russie, ou à l'étranger, comme celle de Bad Ems ou celle, ronde, d'Åbo (aujourd'hui Turku).