Alexander Cockburn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexander Cockburn

Alexander Cockburn (6 juin 1941-21 juillet 2012) est journaliste politique irlando-américain. Cockburn a grandi en Irlande mais vit et travaille aux États-Unis à partir de 1972. Avec Jeffrey St. Clair (en), il a animé la lettre d'information CounterPunch (en). Il tenait également une chronique intitulée « Beat the Devil » pour The Nation et une chronique hebdomadaire dans le Los Angeles Times et The First Post (en).

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans ses enquêtes et ses chroniques, il a été un inlassable critique de la politique étrangère des États-Unis et de celle d'Israël. Sur le plan intérieur, il a critiqué le Parti démocrate incapable selon lui de proposer une alternative au Parti républicain[1]. Il a soutenu la candidature de Ralph Nader aux élections présidentielles de 2000 et 2004.

Il était également très critique à l'égard des théories du complot à propos des attentats du 11 septembre 2001[2],[3], car selon Serge Halimi, « elles témoignaient à ses yeux d'une disposition à apprécier les événements à travers le seul prisme des conspirations, ce qui détournait l'attention collective des manigances bien réelles – et moins liées à un coupable particulier – du système de domination américain »[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Serge Halimi, « Un homme de caractère », Le Monde diplomatique, août 2012, p. 5.
  2. (en) « Debunking the Myths of 9/11 », par Alexander Cockburn and Jeffrey St. Clair, CounterPunch, 28 novembre 2006.
  3. « Scepticisme ou occultisme? Le complot du 11-Septembre n’aura pas lieu », par Alexander Cockburn, Le Monde diplomatique, décembre 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]