Alessandro Alessandri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alessandro Alessandri, dit Alexandre le Napolitain (né à Naples en 1461 et mort en 1523) est un écrivain et juriste italien de la Renaissance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alessandro Alessandri est avocat à Naples, puis à Rome. Déçu par le monde du droit, il se tourne vers les textes de l'Antiquité. Sur le modèle des Nuits attiques d'Aulu-Gelle et des Saturnales de Macrobe, il écrit un ouvrage de compilation sur des sujets divers intitulé Dies geniales (Rome, 1522, in-fol.).

Extrait des « Dies geniales »[modifier | modifier le code]

MIRACULUM DE HOMINE QUI PLUS IN MARI QUAM IN TERRIS DEGEBAT, MAXIMAQUE AEQUORA VELOCISSIME TRANABAT.
Catanæ homo fuisse traditur, cui nomen Colan inditum ferunt, cognomento piscis, singulari fato seu fortuna genitus, qui plus in aquis degere quam in terris uicticare solebat, eumque diebus singulis mare & aquas petere necessum habuisse : Ibique naturæ ui & necessitate coactum diutius degere consuesse : alioqui dicebat fore, ut si ab Aquis abesset diu, quasi respirare, & ducere uitam nequiret, idque sui exitii mox causam fore asseruaret. (folio 46 v°, édition de 1532).

Il s'agit ici du mythe des hommes qui vivent dans la mer. Guillaume Salluste du Bartas y fait allusion dans le Cinquième Jour de La Semaine :

L'onde a comme le ciel lune, soleil, estoilles [...]
Elle a mesme son homme : et ce que plus j'admire,
De ses gouffres profonds quelquefois elle tire
Son moine, et son prelat, et les jettant à bord,
En fait monstre aux humains qui vivent sous le Nord.

(Vers 35 et 43-46, éd. Y. Bellenger, pp. 198–199)

Dans son Histoire naturelle (livre 9), Pline parlait déjà de ces monstres marins. Dans l'ouvrage de Guillaume Rondelet, De piscibus marinis libri XVIII, des gravures représentent le moine et l'évêque de mer.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Alexandri ab Alexandro jurisperiti Neapolitani Genialium dierum libri sex, Paris, J. Petrus, 1532 ; puis Paris, Jerome de Marnef, 1561 ; puis Leyde, 1673, 2 vol. in-8, avec des commentaires.

Voir aussi[modifier | modifier le code]