Alekseï Stakhanov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Stakhanov » redirige ici. Pour les autres significations, voir Stakhanov (homonymie).
Le mineur soviétique Alekseï Stakhanov vers 1935.

Alekseï Grigorievitch Stakhanov (en russe : Алексей Григорьевич Стаханов ; 1905-1977) est un célèbre mineur soviétique né à Lougovaïa près d'Orel.

Selon l'information publiée dans le journal russe RIA Novosti son véritable prénom n'était pas Alekseï, mais Andreï ou Aleksandr. À l'époque, l'erreur de frappe dans l'article de La Pravda relatant son exploit l'aurait rebaptisé. À ce propos, selon une version, Stakhanov aurait écrit une lettre à Staline demandant la rectification à quoi ce dernier aurait répondu que La Pravda ne commettait pas d'erreurs. Selon l'autre version, c'était Poskrebytchev le secrétaire particulier de Staline qui aurait évoqué le sujet et là aussi Staline aurait dit "Alekseï... un beau prénom russe, il me plait tout autant", après quoi Stakhanov serait devenu officiellement Alekseï[1].

Lors d'un concours organisé par le Komsomol, Alekseï Stakhanov, haveur du Donbass aurait accompli quatorze fois la norme d'extraction du charbon, le 31 août 1935, soit 102 tonnes en six heures de travail pour une norme de sept tonnes d’après les services de propagande, un chiffre en partie contesté[2]. La propagande soviétique en a fait par la suite un exemple pour tous les ouvriers de l'URSS. Cette promotion du sacrifice personnel et de l'émulation entre travailleurs pour le bien du Parti a reçu le nom de stakhanovisme.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1927, il débuta à la mine de « Tsentralnaïa-Irmino », dans la ville de Kadievka (Donbass). En 1933, Stakhanov fut affecté à l'équipe des perforateurs. En août 1935, il fut rapporté qu'il avait extrait 102 tonnes de charbon, un record, en 5 heures 45 minutes de travail, soit 14 fois son quota. Le 9 septembre, Stakhanov fit à nouveau parler de lui, avec un record de 227 tonnes. Son exemple fut d'abord publié dans le journal local Kadievsky Proletary, puis repris par La Pravda à l'initiative de Grigory Ordjonikidze[3]. Il apparut même sur la couverture du magazine Time[4]. Cependant, la véracité de ce record est contestée. Selon l'historien expert en mouvement stakhanoviste Igor Avramenko, le travail du mineur à l'époque relevait aussi bien de l'extraction du charbon que de la consolidation des parois de la galerie au fur et à mesure de son avancement. Stakhanov toutefois a été déchargé de cette dernière tache qui fut partagée entre deux autres collègues certains Borisenko et Tchigolev. Les supérieurs de Stakhanov ont omis d'en parler pour amplifier l'effet de l’exploit de leur héros en devenir [3].

Entre 1936 et 1941, Stakhanov étudia à l'Académie industrielle de Moscou. Entre 1941 et 1942, il fut directeur de la mine no 31 de Karaganda. Entre 1943 et 1957, Stakhanov travailla au ministère de l'Industrie du charbon de l'Union soviétique. Entre 1957 et 1959, il fut nommé directeur adjoint du combinat Chistiakovantratsit, puis devint ingénieur-chef assistant de la gestion de la mine no 2/43 du combinat de Torezantratsit jusqu'à sa retraite, en 1974.

Stakhanov fut député du premier Soviet suprême. Il devint Héros du travail socialiste, reçut l'Ordre de Lénine deux fois, l'Ordre du Drapeau rouge du Travail et de nombreuses médailles. Le dernier dimanche d'août fut déclaré « Journée du mineur de charbon », vraisemblablement en son honneur.

En 1978, la ville de Kadievka, où il avait accompli ses exploits, fut rebaptisée Stakhanov.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) Николай Троицкий, « Подвиг Стаханова. Мифы и реальность. », sur РИА Новости,‎ 31.08.2010 (consulté le 10 décembre 2014)
  2. Jean-Paul Depretto, « Le réalité du stakhanovisme ou Staxanov par lui-même », Études slaves, vol. LIV, no 3,‎ 1982, p. 339-340 (lire en ligne), d’après Albert Pasquier, Le Stakhanovisme : l’organisation du travail en URSS, Caen, J. Robert (thèse de doctorat en droit),‎ 1937, 122 p., p. 28-29.
  3. a et b http://flb.ru/infoprint/36114.html
  4. (en) « Heroes of Labor », Time Magazine, 16 décembre 1935.
    (en) « 'Soviet leaders' gifts go on show », BBC News, 15 novembre 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]