Alekseï Egorovitch Trupp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Reconstitution du crâne par le criminologue Sergueï Alekseïevitch Nikitine

Alekseï Egorovitch Trupp, ou Aloys Egorovitch Trupp[1], (en langue russe : Алексей Егорович Трупп), né le 20 avril 1856 et décédé le 17 juillet 1918 à Ekaterinbourg, était le dernier valet de pied de Nicolas II de Russie. Avant de servir le dernier tsar, il était colonel dans l'armée impériale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alekseï Egorovitch Trupp faisait partie de la petite suite qui accompagna les enfants impériaux, le tsarévitch Alexis et ses sœurs les grandes-duchesses Olga, Tatiana et Anastasia. Ils prirent un navire ensemble à Tobolsk et, arrivés à Tioumen, prirent le train pour Ekaterinbourg.

Il fut assassiné dans la nuit du 16 juillet au 17 juillet 1918 avec la famille impériale, la femme de chambre Anna Stepanovna Demidova, le docteur Botkine et le cuisinier Ivan Kharitonov . Son corps fut dévêtu et jeté dans un puits de mine dans la forêt de Koptiaki. Après l'identification des corps des victimes de la maison Ipatiev (1991-1998), il fut inhumé le 17 juillet 1998, en la Cathédrale Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg , aux côtés de Nicolas II et de sa famille, et des membres composant la suite impériale. On érigea une croix catholique au-dessus de la sépulture d'Alekseï Egorovitch Trupp, contrairement aux autres tombes, orthodoxes.

Canonisation[modifier | modifier le code]

Alexeï Erogovitch Trupp fut canonisé avec toutes les victimes de la maison Ipatiev par l'Église orthodoxe russe à l'étranger. La liste comprenait donc Nicolas II, son épouse, Alexandra Fiodorovna, ses enfants, le docteur Evgueni Sergueïevitch Botkine, la femme de chambre Anna Stepanovna Demidova et le cuisinier Ivan Kharitonov, y compris le catholique Trupp et Catherine Schneider de confession luthérienne, assassinée à Perm le 4 septembre 1918. L'Église orthodoxe de Russie canonisa les membres de la famille impériale et les personnalités assassinées de confession orthodoxe russe, les personnalités non orthodoxes ne furent pas canonisées.

Réhabilitation des victimes de la Maison Ipatiev[modifier | modifier le code]

Le 8 juin 2009, le procureur général de Russie réhabilita Alekseï Egorovitch Trupp à titre posthume. « Toutes ces personnes ont été victimes de la répression sous la forme d'arrestation, de déportation et soumises à une surveillance des organes de la Guépéou sans raison », - déclara le représentant de la Justice de la Fédération de Russie[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'origine allemande
  2. http://www.ng.ru

Les victimes de la Maison Ipatiev[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir