Aleksandar Petrović

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petrović.

Aleksandar Petrović

Description de cette image, également commentée ci-après

Aleksandar Petrović en 1987.

Nom de naissance Alexandre Petrovitch
Surnom Sacha
Naissance 14 janvier 1929
Paris
Drapeau de la France France
Nationalité Yougoslave Yougoslave et Français
Décès 20 août 1994 (à 65 ans)
Paris
Drapeau de la France France
Profession Réalisateur, scénariste
Films notables Tri,
J'ai même rencontré des tziganes heureux,
Il pleut dans mon village,
Le Maître et Marguerite,
Portrait de groupe avec dame
Site internet Official Website [1]

Aleksandar Petrović est un réalisateur et scénariste yougoslave né le 14 janvier 1929 à Paris et mort le 20 août 1994 à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Comptant à partir des années 1960 parmi les cinéastes serbes les plus connus, et membre de la Vague noire yougoslave, Aleksandar Petrović a vu deux de ses films nommés à l'Oscar du meilleur film étranger à Hollywood : Tri en 1966 et J'ai même rencontré des tziganes heureux en 1967. Ce dernier film lui a également valu le Grand prix spécial du jury et le Prix FIPRESCI de la Critique internationale à Cannes. En 1979 distinction decernée - Meilleur film de l’histoire du cinéma Yougoslave le film « J’ai même rencontré les Tziganes heureux » de Aleksandar Petrović - , suite à l’enquête menée par les critiques et les artistes yougoslaves (enquête menée par l’Institut du Film yougoslave).

1962  -  Aleksandar  Petrović  est  nommé  professeur  à l’Académie de cinéma, Théâtre et Télévision de Belgrade. Il tient la chaire de la mise en scène.

En 1969, Aleksandar Petrović reçoit la médaille de l’ordre de Chevalier des Arts et des Lettres du gouvernement français de la main d’André Malraux, Ministre de la Culture. Ce fut la première fois qu’un cinéaste yougoslave était ainsi reconnu.

Pendant de nombreuses  années  il  a  été  le Président de l’association des cinéastes yougoslaves. Il a également été un des fondateurs et membre de l’Académie européenne du Cinéma et de la Télévision.

Membre  de  la  SACD  (Société  des  Auteurs  et Compositeurs Dramatiques – Paris, Bruxelles, Montréal). Il  a  été un des  fondateurs de  l’Académie des  arts  et des sciences  du  cinéma  (AFUN-Akademija  za  Filmsku Umetnost i Nauku) et  un  des  fondateurs  et  le  Président  du  “FEST”  (le Festival des meilleurs films étrangers de Belgrade).

Aleksandar Petrović était  le président ou membre du  jury de nombreux festivals nationaux  et internationaux (il fut membre du jury du 17ème Berlin International Film Festival en 1967 et du Festival de Cannes en 1971).

En 1973 Aleksandar Petrović est renvoyé de l’Académie du cinéma et son passeport lui est confisqué. Il rentre alors dans une période de disgrâce en Yougoslavie qui durera dix-huit ans. Il est considéré une personne dangereuse et gênante pour le régime. n’est que dans les années 1990 que le Tribunal lui donnera officiellement raison en concluant qu’il s’agissait d’une « inacceptable disqualification politique». Aleksandar Petrović précisera que c’était une machination politique qui le visait personnellement. Son statut d’enseignant sera rétabli.

En décembre 1989, il rejoint le Parti démocratique de Serbie, première force politique d'opposition autorisée face au Parti communiste.

Aleksandar Petrovic a laissé derrière lui d'innombrables textes. Depuis 1949 jusqu’à la fin de sa vie il a écrit pour de nombreux journaux et revues spécialisées, aussi bien yougoslaves que mondiaux. Durant des années il fut critique de cinéma, essayiste et journaliste. Il est l’auteur de centaines d’articles sur le cinéma et la théorie cinématographique. Vers la fin de sa vie Aleksandar Petrović écrit aussi des articles sur la politique et s’engage activement pour la démocratie. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (57e division).

Le Festival de films d’auteurs de Belgrade (FAF) a été créé en 1995 en l’honneur d’ Aleksandar Petrović. Le grand prix porte son nom du Grand Prix Aleksandar Saša Petrović.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

En 1973, Petrović est forcé de quitter ses fonctions à l'Académie du film de Belgrade pour des positions jugées trop anticommunistes par le gouvernement. En décembre 1989, il rejoint le Parti démocratique de Serbie, première force politique d'opposition autorisée face au Parti communiste. Aleksandar Petrović a été un des premiers intellectuels à s’opposer à Slobodan Milošević. Il a fondé le parti libéral au début des années 1990, dont il est resté vice-président jusqu’à sa mort. Il se voulait “libéral-démocrate” et était opposé aux excès nationalistes et à la guerre.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Alexandar Petrovic en action

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Courts et moyens métrages documentaires[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Aleksandar Petrovic est scénariste de tous ses films qu'il a réalisé et :

  • 1981 Benya le roi ou le Cavalier rouge était un projet cinématographique très ambitieux . Alexandar Petrovic en avait signé le scénario d'après Isaac Babel et devait le réaliser. Projet très ambitieux, la production a été difficile à monter, Petrovic est remplacé par Ivan Passer, le casting alors était particulièrement alléchant : David Bowie (succédant à Richard Dreyfuss) et Isabelle Adjani, Jean de Coninck, Jean René Gossart. La production avait commencé pour les extérieurs durant l'hiver et devait reprendre à la fin du printemps. Finalement elle n'a jamais reprise. Coproduction Catherine Winter pour SOFRACIMA Paris et JADRAN FILMS Zagreb. Les costumes avaient été réalisés par Jacques Fonteray.
  • 1983 : La Vengeance du faucon (en) (Banovic Strahinja) de Vatroslav Mimica
  • Le Voleur (Lopov) scénario d’Aleksandar Petrović, d’après le roman de Léonide Leonov, (projet avec les producteurs Dunav film Belgrade, Aria film Genève).Les mémoires de Leopold Treper (Memoari Leopolda Trepera) scénario Aleksandar Petrovic, (projet avec Trinacra Films, producteur Yves Rousset-Rouard).
  • Au nom de tous les miens ( U ime svih mojih) d’après le roman de Martin Gray, coscénaristes Aleksandar Petrović et Max Gallo, (projet avec Trinacra Films)

Mises en scène de théâtre[modifier | modifier le code]

1979 : Pseće srce (Cœur de chien), scénario et mise en scène d’Alexandre Petrović, d’après le roman de Mikhaïl Boulgakov, théâtre L’atelier 212 à Belgrade

1982 : Majstor i Margarita (Le Maître et Marguerite), mise en scène et dramaturgie : Aleksandar Petrović, auteur : Mikhaïl Boulgakov, théâtre national de Belgrade

Aleksandar Petrović auteur des livres [modifier | modifier le code]

  • Skupljači perja - Scénario du film J’ai même rencontré des tziganes heureux
  • 1950-1965 Novi film (1950-1965 Le nouveau film)
  • Novi film Crni film 1965-1970 (Le nouveau film – film noir 1965-1970)
  • Sve moje ljubavi – slepi periskopi Tous mes amours – les périscopes aveugles
  • Benja kralj Benja le roi Scénario du film de long métrage inspiré par les nouvelles d’Isaac Babel.
  • Pseće srce, Majstor i Margarita et Purpurno ostrvo D’après les œuvres de Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov. Scénarios pour les films de long métrage et les pièces de théâtre Cœur de chien et Le Maître et Marguerite et l’adaptation de la nouvelle L’île pourpre.
  • Soko (Le Faucon titre français du film) Scénario écrit en 1977 et inspiré par un poème épique Serbe.
  • 1973. L’année du  vampire  (1973. Godina  vampira)   réunit deux scénarios et un synopsis. L’un d’eux est  Emmanuelle 2 ( Emanuella II). Un  autre  scénario  est  Le  Baron  Vampire  (Baron  Vampir) et le  synopsis  John  F.  Kennedy  (Džon  F.  Kenedi).

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :