Aleșd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aleșd
Blason de Aleșd
Héraldique
L'église en bois du village de Peștiș
L'église en bois du village de Peștiș
Administration
Pays Roumanie Roumanie
Région Transylvanie
Département Bihor
Maire
Mandat
Zeno Dănuț Țipțer PNL
2008-2012
Code postal 415 100
Indicatif téléphonique international +(40)
Démographie
Population 10 746 hab. (2007)
Densité 149 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 34″ N 22° 23′ 51″ E / 47.059537, 22.39751547° 03′ 34″ Nord 22° 23′ 51″ Est / 47.059537, 22.397515  
Altitude 232 m (max. : 705 m)
Superficie 7 195 ha = 71,95 km2
Divers
Cours d'eau Crișul Repede
Fondation 1291
Localisation
Localisation de Aleșd dans le județ de Bihor
Localisation de Aleșd dans le județ de Bihor

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (administrative)

Voir la carte administrative de Roumanie
City locator 14.svg
Aleșd

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (relief)

Voir la carte topographique de Roumanie
City locator 14.svg
Aleșd
Liens
Site web http://www.alesd-bihor.ro

Aleșd (Élesd en hongrois, Ellesch en allemand) est une ville roumaine du județ de Bihor, en Transylvanie, dans la région historique de la Crișana et dans la région de développement du Nord-Ouest.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville d'Aleșd est située dans l'est du județ, dans la vallée du Crișul Repede, à son confluent avec la Valea Șoimul, entre les Monts Plopiș au nord et les Monts Pădurea Craiului au sud, à 39 km à l'est d'Oradea, le chef-lieu du județ.

La municipalité est composée de la ville d'Aleșd elle-même et des villages suivants (population en 2002)[1] :

  • Aleșd (7 387, siège de la mairie ;
  • Pădurea Neagră (769) ;
  • Peștiș (1 545) ;
  • Tinăud (805).

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite de la ville d'Aleșd date de 1291 dans un registre de la dîme épiscopale de l'évêché d'Oradea parlant de Villa Elusd. Elle apparaît ensuite sous les noms d'Eleesd, Elezd, Illesd.

La commune, qui appartenait au royaume de Hongrie, en a donc suivi l'histoire. L'histoire d'Aleșd est très liée à celle de la forteresse de Piatra Șoimului construite au XIIIe siècle, située à quelques kilomètres au nord, qui fut une pièce maîtresse de la défense du royaume hongrois.

Après le compromis de 1867 entre Autrichiens et Hongrois de l'Empire d'Autriche, la principauté de Transylvanie disparaît et, en 1876, le royaume de Hongrie est partagé en comitats. Aleșd intègre le comitat de Bihar (Bihar vármegye) et devient chef-lieu du district rural d'Élesd.

À la fin de la Première Guerre mondiale, l'Empire austro-hongrois disparaît et la commune rejoint la Grande Roumanie au Traité de Trianon. Elle est alors résidence de plașa (chef-lieu d'arrondissement) du nouveau județ de Bihor.

En 1940, à la suite du Deuxième arbitrage de Vienne, elle est annexée par la Hongrie jusqu'en 1944, période durant laquelle sa communauté juive est exterminée par les nazis. Elle réintègre la Roumanie après la Seconde Guerre mondiale au traité de Paris en 1947. Jusqu'en 1968, elle est chef-lieu de raïon de la province de Bihor. En 1968, elle obtient le statut de ville, les villages d'Aștileu, Călățea, Chistag et Peștera font alors partie d'Aleșd mais ils s'en sépareront en 1988 pour former la commune rurale d'Aștileu.

Après les événements de 1989, Aleșd est classée zone défavorisée en 1998, ce qui relance l'investissement et permet la création de quelque 1 500 emplois jusqu'en 2002.

Politique[modifier | modifier le code]

Le Conseil Municipal d'Aleșd compte 17 sièges de conseillers municipaux. À l'issue des élections municipales de juin 2008, Zeno Dănuț Țipțer (PNL) a été élu maire de la commune[2].

Élections municipales de 2008[3]
Parti Nombre de conseillers
Parti national libéral (PNL) 9
Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR) 3
Parti démocrate-libéral (PD-L) 3
Parti tsigane Pro Europa 1
Parti social-démocrate (PSD) 1

Religions[modifier | modifier le code]

En 2002, la composition religieuse de la commune était la suivante[4] :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1910, à l'époque austro-hongroise, la commune comptait 2 344 Hongrois (41,16 %), 1 769 Roumains (31,06 %), 1 446 Slovaques (25,39 %) et 75 Allemands (1,32 %)[5],[1].

En 1930, on dénombrait 2 065 Roumains (45,44 %), 1 789 Hongrois (39,37 %), 347 Juifs (7,64 %), 313 Slovaques (6,89 %), 15 Allemands (0,33 %) et 13 Tsiganes (0,29 %)[1].

En 1956, après la Seconde Guerre mondiale, 2 891 Roumains (50,81 %) côtoyaient 2 311 Hongrois (40,62 %) 246 Tsiganes (4,32 %), 142 Slovaques (2,50 %), 65 Juifs (1,14 %) et 28 Allemands (0,49 %)[1].

En 2002, la commune comptait 6 788 Roumains (65,17 %), 1 987 Hongrois (19,07 %), 953 Tsiganes (9,15 %), 645 Slovaques (6,19 %) et 28 Allemands (0,26 %)[4]. On comptait à cette date 3 736 ménages et 3 996 logements[6].

Évolution démographique
1880 1890 1900 1910 1920 1930 1941 1956 1966
3 683 3 981 4 608 5 695 5 667 4 544 4 646 5 690 6 371
1977 1992 2002 2007 - - - - -
9 608 10 920 10 415 10 746[7] - - - - -


Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune repose sur la fabrication de matériaux de construction : ciment notamment. La ville est également un centre administratif et commercial pour l'est du județ.

Aleșd possède un fort potentiel de développement touristique : eaux thermales, eaux minérales, forêts, randonnées…

Communications[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

La ville est située sur la route nationale DN1 (route européenne 60) Oradea-Cluj-Napoca. D'autre part, la route nationale DN1H pârt vers le nord-est et les villes de Șimleu Silvaniei et Zalău dans le județ de Sălaj.

La route régionale DJ108H se dirige au nord, à travers les Monts Plopiș vers le village de Pădurea Neagră.

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

Aleșd est desservie par la ligne magistrale 300 des Chemins de Fer roumains (Căile Ferate Române) Oradea-Cluj-Napoca-Bucarest.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cascade à Pădurea Neagră
  • Aleșd, église orthodoxe en bois de la Dormition de la Vierge (Adormirea Maicii Domnului), datant de 1894[8] ;
  • Peștiș, église orthodoxe en bois de l'Annonciation (Buna Vestire) datant de 1784[8] ;
  • Peștiș, ruines du château de Piatra Șoimului ;
  • Tinăud, église orthodoxe St Dimitri datant de 1700[8] ;
  • Pădurea Neagră, site naturel et cascades ;
  • Pădurea Neagră, château Poiana Florilor du XIXe siècle.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Hongrie Kaba (Hongrie)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b, c et d (hu) Recensements de 1850 à 2002
  2. (ro) Liste des maires élus en 2008
  3. (ro) Résultats des élections municipales de 2008
  4. a et b (ro) Statistiques officielles du recensement de 2002
  5. Jusqu'à la fin de la Première guerre mondiale, il n'existait pas de nationalité juive ou tsigane, c'est pourquoi de nombreux habitants juifs, de culture allemande et le plus souvent germanophones, se déclaraient allemands, à ne pas confondre avec les communautés allemandes (principalement d'origine souabe) installées en Transylvanie, les statistiques de l'Entre-deux guerres permettent de faire la distinction
  6. (ro) Informations diverses sur la commune
  7. La population d'Aleșd en 2007 sur le site de l'Institut National de Statistiques de Roumanie
  8. a, b et c LIeux de culte en Roumanie