Aldébaran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aldébaran (homonymie).

Aldébaran
α Tauri

Description de cette image, également commentée ci-après

Localisation d'Aldébaran à l'intérieur de la constellation du Taureau

Époque J2000.0

Données d'observation
Ascension droite 04h 35m 55,20s
Déclinaison +16° 30′ 33,49″
Constellation Taureau
Magnitude apparente +0,87 (0,75-0,95)
Caractéristiques
Type spectral K5III
Indice U-B 1,90
Indice B-V 1,54
Indice R-I ?
Indice J-K ?
Variabilité Pulsante (LB)
Astrométrie
Vitesse radiale 54,26 ±0,03 km/s
Mouvement propre μα = 62,78 ±0,89 mas/a
μδ = -189,35 ±0,58 mas/a
Parallaxe 50,09 ±0,95 mas
Distance 65,1 ±1,2 al
(20,0 ±0,4 pc)
Magnitude absolue -0,63
Caractéristiques physiques
Masse 1,7 M
Rayon 44,2 R
Gravité de surface (log g) ?
Luminosité 425 L
Température 4 010 K
Métallicité 70 % du Soleil
Rotation  km/s
Âge a

Autres désignations

α Tau (Bayer), 87 Tau (Flamsteed), HR 1457, HD 29139, BD+16 629, SAO 94027, ADS 3321 A, CCDM J04359 +1631A, FK5 168, HIP 21421

Aldébaran, également appelée Alpha Tauri (α Tauri/α Tau) selon la désignation de Bayer, est l'étoile la plus brillante de la constellation du Taureau. Située à environ 65 années-lumière du Soleil, elle est la 14 ème étoile la plus brillante du ciel nocturne. Sa magnitude absolue est de −0,63 et sa magnitude apparente moyenne de +0,86. Son nom vient de l'arabe al dabarān (الدبران) qui signifie le suiveur, en référence à l'étoile qui suit les Pléiades dans leur course à travers le ciel nocturne.

Visuellement, Aldébaran semble être le membre le plus brillant d'un groupe d'étoiles assez étalé : l'amas des Hyades, qui est l'amas le plus proche de la Terre, mais Aldébaran est en fait situé à mi-chemin entre la Terre et les Hyades et est donc indépendant de celui-ci.

Description[modifier | modifier le code]

Aldébaran est une géante rouge de magnitude 0,86 et de type spectral K5III, ce qui signifie qu'elle est orangée, grande et qu'elle a quitté la séquence principale après avoir utilisé tout son hydrogène. Maintenant, elle brûle essentiellement de l'hélium et s'est étendue en atteignant un diamètre approximatif de 6,1×107 km, soit environ 44,2 fois celui du Soleil. Elle a une compagne, une naine rouge de type M2, difficile à voir car de faible magnitude (13).

Comparaison de la taille d'Aldébaran et de celle du Soleil.

Du fait de son grand diamètre, la température de surface de l'étoile est faible (3 400 K). Elle nous est distante de 65 années-lumière environ. Le satellite Hipparcos l'a située à une distance de 20,0 pc (65,1 al) et sa luminosité est 150 fois plus grande que celle du Soleil. Lorsqu'on tient compte de sa magnitude et de sa distance, elle est la treizième étoile la plus brillante dans le ciel. C'est une étoile faiblement variable de type pulsante ; sa magnitude varie d'environ 0,2 unité.

En 1997, on détecta autour d'elle ce qui pourrait être une grosse planète ou une petite naine brune avec une masse minimum de 11 fois celle de Jupiter et orbitant à une distance de 1,35 ua.

Aldébaran est une des étoiles les plus faciles à situer dans le ciel, partiellement à cause de sa luminosité et partiellement à cause de sa relative proximité avec l'un des astérismes les mieux connus :

Aldébaran est la première étoile brillante que l'on trouve en suivant les trois étoiles de la ceinture d'Orion (de gauche à droite dans l'hémisphère nord et de droite à gauche dans l'hémisphère sud).

Mythologie[modifier | modifier le code]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Gérard de Nerval dans Sylvie, texte central des Filles du feu, parle d'Aldébaran comme d'un « astre trompeur » (« Tour à tour bleue et rose comme l'astre trompeur d'Aldébaran »[2].
  • Dans Les Mondes d'Aldébaran et plus particulièrement le Cycle d'Aldébaran, l'étoile Aldébaran possède un système de planète recelant la vie.
  • Dans le roman de science-fiction La Guerre éternelle (1974) de Joe Haldeman, la race extra-terrestre hostile aux humains, les Taurans sont rencontrés pour la première fois près d'Aldébaran. Le nom tauran viennent d'ailleurs du nom de la constellation du Taureau, aldbéranien étant trop compliqué à prononcer.

Télévision[modifier | modifier le code]

  • Dans l'univers de Star Trek, l'étoile Aldébaran possède un système de trois planètes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. DEX '98, Dicționarul explicativ al limbii române, ediția a II-a Dicționarul explicativ al limbii române, ediția a II-a, Academia Română, Institutul de Lingvistică „Iorgu Iordan”, Editura Univers Enciclopedic, 1998 [1]
  2. Nerval, Les filles du feu. Les chimères, édition Flammarion, p. 138

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]