Alcool rectifié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une bouteille d'alcool rectifié polonais (Spirytus rektyfikowany).

L'alcool rectifié est un distillat ou solution aqueuse titrant de 70 à 96 % d'éthanol, grâce au procédé de la rectification ou distillation fractionnée. C'est la concentration maximale qui puisse être obtenue par distillation d'alcool brut, car l'éthanol mélangé avec de l'eau donne un fluide azéotropique.

Il est utilisé pour la réalisation de liqueurs ou de vodka, mais également pour l'entretien ménager, le nettoyage, la désinfection.

Sa commercialisation sous forme non dénaturée est interdite dans certains pays.

En Pologne, Polmos en est le principal producteur ; l'alcool rectifié de Polmos s'appelle alors : « Polmos Spirytus Rektyfikowany Rectified Spirit »

Alcool éthylique d'origine agricole[modifier | modifier le code]

Selon la réglementation européenne, l'alcool utilisé pour la production de boissons spiritueuses doit être exclusivement de l' « alcool éthylique d'origine agricole »[1], possédant les propriétés suivantes[2] :

  1. caractères organoleptiques : aucun goût détectable autre que celui de la matière première ;
  2. titre alcoométrique volumique minimal : 96,0 % ;
  3. teneurs maximales en éléments résiduels, en grammes par hectolitre d'alcool pur :
    1. en acide acétique (acidité totale) : 1.5 ;
    2. en acétate d'éthyle (esters) : 1,3 ;
    3. en acétaldéhyde (aldéhydes) : 0,5 ;
    4. en 2-méthylpropan-1-ol (alcools supérieurs) : 0,5 ;
    5. en méthanol : 30 ;
    6. en azote : 0,1;
    7. extrait sec : 1,5 ;
    8. furfural : non détectable.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Règlement  110/2008 du Parlement européen et du Conseil concernant la définition, la désignation, la présentation, l'étiquetage et la protection des indications géographiques des boissons spiritueuses et abrogeant le règlement (CEE) n° 1576/89 du Conseil, adopté le 15 janvier 2008, JO du 13 février 2008, p. 16-54 [consulter en ligne, notice bibliographique]