Alcool déshydrogénase

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alcool déshydrogénase

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Structure d'une alcool déshydrogénase cristallisée de drosophile (PDB 1A4U[1]).

N° EC EC 1.1.1.1
N° CAS 9031-72-5
Cofacteur(s) Zn ou Fe
Données
IntEnz Vue IntEnz
BRENDA Entrée BRENDA
IUBMB 1.1.1.1 à l'IUBMB
KEGG Entrée KEGG
MetaCyc Voie métabolique
PRIAM Profil
PDB Structures
GO AmiGO / EGO

L'alcool déshydrogénase est une oxydoréductase qui catalyse les réactions :

alcool primaire + NAD+ \begin{smallmatrix}\rightleftharpoons\end{smallmatrix} aldéhyde + NADH + H+ ;
alcool secondaire + NAD+ \begin{smallmatrix}\rightleftharpoons\end{smallmatrix} cétone + NADH + H+.

Il s'agit d'une famille d'enzymes qui permettent l'interconversion de certains alcools, et notamment l'éthanol, en aldéhydes et cétones, couplée la réduction du NAD+ en NADH. Chez l'homme et de nombreux animaux, l'alcool déshydrogénase est hépatique et participe à la détoxication de l'organisme par l'élimination des alcools toxiques. Chez les levures, les plantes et de nombreuses bactéries, les alcool déshydrogénases fonctionnent en sens inverse et produisent de l'alcool en générant du NAD+. C'est le processus de fermentation alcoolique, à la base de la biosynthèse de l'éthanol, utilisé dans la production du vin, de la bière, du cidre, ainsi que des agrocarburants.

Structure d'une alcool déshydrogénase humaine cristallisée (PDB 1M6H[2]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jordi Benach, Sı́lvia Atrian, Roser Gonzàlez-Duarte et Rudolf Ladenstein, « The refined crystal structure of Drosophila lebanonensis alcohol dehydrogenase at 1.9 å resolution », Journal of Molecular Biology, vol. 282, no 2,‎ 18 septembre 1998, p. 383-399 (PMID 9735295, DOI 10.1006/jmbi.1998.2015, lire en ligne)
  2. (en) Paresh C. Sanghani, Howard Robinson, William F. Bosron et Thomas D. Hurley, « Human Glutathione-Dependent Formaldehyde Dehydrogenase. Structures of Apo, Binary, and Inhibitory Ternary Complexes », Biochemistry, vol. 41, no 35,‎ 3 septembre 2002, p. 10778-10786 (PMID 12196016, DOI 10.1021/bi0257639, lire en ligne)