Alcinoos (philosophe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alcinoos (homonymie).

Alcinoos le Philosophe est un penseur platonicien, actif vers 150, qui relève du moyen-platonisme, mais pas du néoplatonisme. En latin : Alcinous philosophus.

Identité[modifier | modifier le code]

J. Freudenthal identifie "Alcinous philosophus", Alcinoos le Philosophe, avec "Albinus Platonicus", Albinos le Platonicien[1]. D'autre part, J. Whittaker penche à faire une seule et même personne d'Alcinoos le Philosophe, de tendance platonicienne, et Alcinoos le Stoïcien, car "depuis le Ier s. av. J.-C., le stoïcisme et le platonisme se sont à ce point rapprochés que, sans risquer la contradiction, on pourrait dire d'un philosophe qu'il est en même temps stoïcien et platonicien"[2].

On lui doit un exposé scolaire de la pensée platonicienne : Didaskalikos, traduit par Pierre Louis sous le titre Épitomé puis par Enseignement des doctrines de Platon.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Alcinoos est le premier à exposer les trois voies de connaissance de Dieu : voie négative, voie analogique, voie éminente.

"Dieu est ineffable et saisissable seulement par l'intellect, parce qu'il n'est ni genre, ni espèce, ni différence spécifique, qu'il n'est même sujet d'aucun accident et qu'il n'est ni mal, car il est impie de dire pareille chose, ni bien, car il serait tel par participation à autre chose (...). Voila donc la première manière [négative] de concevoir Dieu, celle par abstraction de ces choses... La deuxième manière de concevoir Dieu est celle qui se fait par analogie... La troisième manière [éminente] de concevoir Dieu est celle-ci : on contemple d'abord le beau qui réside dans les corps, puis on passe à la beauté de l'âme, de là au beau dans les mœurs et dans les loi..."

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Alcinoos, Enseignement des doctrines de Platon (vers 150), trad. du grec Pierre Louis (1945, sous le titre : Albinos : Épitomé) revue par J. Whittaker, Les Belles Lettres, coll. des Universités de France, LXXV-253 p., 1990.

Études[modifier | modifier le code]

(par ordre alphabétique)

  • J. Dillon, The Middle Platonists, Londres, 1977.
  • H. Dorrie, Albinos, in Pauly-Wissowa, Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, 1894-1978, suppl. XII, Stuttgart, 1970.
  • R. Goulet (dir.), Dictionnaire des philosophes antiques, Éditions du CNRS,
  • R. Le Corre, "Le prologue d'Albinus", Revue philosophique de la France et de l'étranger, 146 (1956), p. 28-38.
  • R. E. Witt, Albinus and the History of Middle Platonism, Cambridge, 1937.
  • E. Chambry, d'après Alcinoos de Smyrne, Enseignement des doctrines de Platon

Notes[modifier | modifier le code]

  1. J. Freudenthal, Der Platoniker Albinos und der falsche Alkinoos, Berlin, 1879.
  2. J. Whittaker, in Alcinoos, Enseignement des doctrines de Platon, Les Belles Lettres, 1990, p. X-XI.