Alberto Ruz Lhuillier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alberto Ruz Lhuillier est un archéologue mexicain né à Paris le 27 janvier 1906 et mort à Montréal le 25 août 1979. Il s'est spécialisé dans l'archéologie précolombienne mésoaméricaine, et est connu pour avoir dirigé les fouilles de l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) sur le site maya de Palenque, où il a découvert le tombeau du souverain maya Pakal. Alberto Ruz Lhuillier est parfois surnommé le « Hitchcock de l'archéologie »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ruz Lhuillier naît à Paris d'un père cubain et d'une mère française. Il fait ses études au collège de La Havane, à Cuba, puis au Mexique où il obtient le titre d'archéologue de l’Escuela Nacional de Antropología e Historia.

À la mort de Miguel Ángel Fernández en 1945, il est chargé des recherches de l'INAH sur le site maya de Palenque. Pendant qu'il officie en tant que Directeur des Monuments Pré-Hispaniques dans la section sud de l'INAH, Ruz Lhuillier fouille une grande partie de la ville, et gère la restauration et la conservation certains édifices, comme le palais de Palenque. En 1948, il découvre l'entrée de la tombe du souverain maya K'inich Janaab' Pakal I, cachée sous le Temple des Inscriptions.

Après quatre saisons passées à déblayer l'escalier enfoui sous les décombres, il met au jour le sarcophage et le corps de Pakal. Il découvre également la Tablette du Palais, qui servit de dossier à un trône, et la Tablette des Esclaves qui représente un cahal au milieu des captifs enchaînés. Il continue à travailler sur le site jusqu'en 1958.

Ruz Lhuillier meurt à Montréal, au Canada, le 25 août 1979. Plusieurs de ses livres sur les Mayas, y compris son ouvrage majeur Los Antiguos Mayas, ont été publiés à titre posthume. Rendant un ultime hommage au travail de cet homme, le gouvernement mexicain a donné son autorisation pour enterrer ses restes en face de la nécropole découverte par lui à Palenque.

Œuvres majeures[modifier | modifier le code]

  • Los Antiguos Mayas, Una Antologia (français : Les Anciens Mayas : Anthologie) - (Janvier 1981)
  • El Pueblo Maya (français : Le peuple Maya) - (Janvier 1982)
  • Al Frente Pasado De Los Mayas (français : Face au passé des Mayas) - (Janvier 1987)
  • El Templo De Las Inscripciones, Palenque (français : Le Temple des Inscriptions) - (Janvier 1992)
  • Palenque 1947-1958 - (Janvier 2007)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Antonio Bertrán, « Alberto Ruz Lhullier: Le "Hitchock de l'Archéologie" », Reforma,‎ Juin 2002