Alberto Fabra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabra.
Alberto Fabra
Alberto Fabra, à Valence, le 3 janvier 2012.
Alberto Fabra, à Valence, le .
Fonctions
5e président de la Généralité valencienne
En fonction depuis le
(&&&&&&&&&&&&09942 ans, 8 mois et 19 jours)
Coalition Parti populaire
Prédécesseur Francisco Camps
Paula Sánchez de León (intérim)
Maire de Castellón de la Plana
Prédécesseur José Luis Gimeno
Successeur Alfonso Bataller
Biographie
Nom de naissance Alberto Fabra Part
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Castellón de la Plana
(Espagne)
Parti politique Parti populaire
Diplômé de Université polytechnique
de Valence
Profession Architecte technicien

Alberto Fabra
Présidents de la Généralité valencienne

Alberto Fabra Part, né le à Castellón de la Plana, est un homme politique de la Communauté valencienne, membre du Parti populaire espagnol (PP).

Architecte de formation, il s'engage en politique dès 18 ans et est élu membre du conseil municipal de Castellón de la Plana en 1987. Quatre ans plus tard, le centre-droit ayant remporté la majorité, il intègre l'exécutif de la commune, dont il est investi maire en 2005.

En , il est choisi pour succéder à Francisco Camps, accusé de corruption, comme président de la Généralité valencienne et président régional du PP, deux mois seulement après la reconduction du centre-droit au pouvoir dans la Communauté valencienne. Il met alors en œuvre une politique de rigueur destinée à contenir le déficit et la dette publics de la région.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Après avoir accompli l'ensemble de son parcours scolaire à Castellón de la Plana, il entre à l'université polytechnique de Valence, dont il ressort diplômé en architecture technique en 1987.

Conseiller municipal de Castellón de la Plana[modifier | modifier le code]

En 1982, il devient membre des Nouvelles générations (NNGG) de l'Alliance populaire (AP), et est élu cinq ans plus tard au conseil municipal de Castellón de la Plana.

Réélu aux élections municipales de 1991, alors que le Parti populaire (PP) prend le pouvoir sous la direction de José Luis Gimeno, il devient conseiller à la Jeunesse et à l'Environnement, puis conseiller aux Travaux publics en 1993. Après les élections municipales de 1999, il est promu conseiller à l'Urbanisme.

Maire de Castellón[modifier | modifier le code]

Il est désigné maire de Castellón de la Plana le , en cours de mandat, un an après avoir été porté à la présidence de la section du PP dans la ville. Il remporte un deuxième mandat aux élections municipales de 2007 avec 14 élus sur 27 et 47,9 % des suffrages. Il est dans le même temps élu député Corts valenciennes. Deux ans plus tard, il est choisi par Francisco Camps comme coordinateur général de la fédération régionale du PP (PPCV).

Du fait de la mise en cause du président régional du parti dans une affaire de corruption, il est pressenti comme chef de file alternatif aux élections régionales de 2011[1], mais reste finalement candidat à sa succession au niveau municipal. Lors de ce scrutin, il régresse légèrement en voix, en obtenant 46,6 % des voix, mais parvient tout de même à progresser d'un siège, obtenant ainsi un troisième mandat.

Son bilan à la mairie de Castellón est cependant très contrasté, la ville connaissant un fort taux de chômage et la municipalité n'ayant réalisé aucun des grands travaux annoncés, comme la construction d'un nouvel hôtel de ville, d'un centre pour les malades d'Alzheimer, la création d'une ligne de bus à haut niveau de service, tandis que son plan local d'urbanisme (PGOU) a été annulé par le Tribunal suprême. Il a cependant mis en place le vélopartage Bicicas, qui a permis de soulager la circulation dans une commune très encombrée[2].

Président de la Généralité valencienne[modifier | modifier le code]

Camps, Barberá, Fabra et Castedo arrivant au Parlement valencien pour le débat d'investiture.

À la suite de la démission de Camps, compromis dans l'affaire Gürtel, il est choisi par le comité directeur du PPCV comme candidat à la présidence de la Communauté valencienne le [3], à peine deux mois après les élections régionales, marquées par la nette victoire des conservateurs. Candidat de consensus entre les trois fédérations provinciales du parti, il est désigné après le refus de la maire de Valence, Rita Barberá, choix initial du président démissionnaire, et prend dans le même temps la succession de Camps à la présidence du PPCV[4]. Il bénéficie de la confiance de la direction nationale du parti, notamment pour son absence totale d'implication dans l'affaire Gürtel[5].

Le débat parlementaire d'investiture est ensuite programmé au 26 juillet, la prestation de serment devant avoir lieu le surlendemain[6]. Il annonce qu'après sa prise de fonction, il rendra public l'ensemble des contrats liés au réseau de corruption présumé, et qu'il rencontrera les familles des victimes d'un accident de métro ayant causé la mort de 43 personnes, en 2006 à Valence, deux actes que Camps avait toujours refusé[7].

Investi par 55 voix contre 43[8] après un discours d'investiture marqué par un engagement à la création d'emploi tout en mettant en œuvre un plan de rigueur de 700 millions d'euros[9], Alberto Fabra est nommé président de la Généralité valencienne le 27 juillet.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié avec Cristina Fortanet Gómez, il est père de deux fils[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]