Alberto Bevilacqua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bevilacqua (homonymie).
Alberto Bevilacqua (à droite) avec Luigi Silori à Rome en 1978.

Alberto Bevilacqua (Parme27 juin 1934 – Rome9 septembre 2013) est un poète, romancier, cinéaste et journaliste italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alberto Bevilacqua entame sa carrière très jeune. Au début des années 1950, il commence à publier ses récits sur l'incitation de Mario Colombi Guidotti, responsable du supplément littéraire de la Gazzetta di Parma. Il adresse ensuite sa poésie à des revues comme Paragone ou Botteghe oscure. Son premier recueil de récits, La polvere sull'erba (La Poussière sur l'herbe), en 1955, obtient l'appréciation de Leonardo Sciascia. Il s'établit à Rome, en 1956, où il poursuit son travail de journaliste tout en écrivant de nombreux romans. En 1961, il publie le recueil de poèmes L'amicizia perduta (L'Amitié perdue).

Son premier succès éditorial est le roman La califfa (de 1964). Le roman suivant Questa specie d'amore (Cette sorte d'amour), remporte le Prix Campiello en 1966. Bevilacqua s'occupera lui-même de la transposition de ces deux romans au cinéma, remportant avec Questa specie d'amore le prix David di Donatello du meilleur film.

Il apparait dans un documentaire en trois parties, Les écrivains italiens et l'Italie des écrivains : ombres et questions, dans Italiques pour parler des relations entre le cinéma et la littérature en 1973 et 1974[1].

Le 10 mars 1995, il est appelé à comparaître dans le cadre du procès contre Pietro Pacciani pour les faits du Monstre de Florence, en qualité de victime de calomnie.

En 2010, la collection I Meridiani lui consacre un volume.

Ses derniers mois font l'objet d'une polémique, sa compagne Michela Miti ayant porté plainte contre la clinique privée Villa Mafalda de Rome qui l'aurait traité comme un « otage » en ne le transférant pas dans une structure publique[2],[3].

Il meurt à Rome le 9 septembre 2013[4] et il est enterré au cimetière de la Villetta à Parme.

Activité littéraire[modifier | modifier le code]

Œuvres (choisies)[modifier | modifier le code]

  • La Poussière sur l'herbe; trad. et préface Carole Cavallera; Paris: La Différence, 2002
  • A travers ton corps; trad. et préface Carole Cavallera; Paris: La Différence, 2004
  • La Pâque rouge; trad. et préface Carole Cavallera; Paris: La Différence, 2004
  • Toi qui m'écoutes; trad. et préface Carole Cavallera; Paris: La Différence, 2006
  • Lui che ti tradiva ; Milano : Mondadori, 2006. (OCLC 76000509)
  • Le voyage mystérieux ; trad. Paul Alexandre ; Paris : Arthème Fayard, 1974. (OCLC 77689318)
  • Il viaggio misterioso ; Milano, Rizzoli, 1972. (OCLC 780647)
  • L'occhio del gatto ; Milano, Rizzoli, 1968. (OCLC 42998233)
  • I grandi comici ; Milano, Rizzoli, 1965. (OCLC 21497819)
  • L'Arte di amare: 12 racconti ; Milano : Sugar Editore, 1965. (OCLC 13501384)
  • Califfa ; Milano Rizzoli 1964. (OCLC 23943265)

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, Alberto Bevilacqua a reçu les prix suivants :

  • 1966 : prix Campiello[5] pour Questa specie d'amore.
  • 1968 : prix Strega[6] pour L'occhio del gatto.
  • 1972 : prix Bancarella[7] pour Un viaggio misterioso.
  • 1992 : prix Bancarella[7] pour I sensi incantati.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Voix[modifier | modifier le code]

Réalisateur et scénariste[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Italiques, deuxième chaîne de l'ORTF, 24 août 1973, 16 août 1974
  2. (it) « Ricoverato lo scrittore Bevilacqua: condizioni critiche ma stabili. La compagna: "È ostaggio della clinica dove è ricoverato da 3 mesi". », TGcom24,‎ 26 janvier 2013 (consulté le 28 janvier 2013)
  3. (it) « Alberto Bevilacqua, la Procura apre un'inchiesta per lesioni », Il Messaggero,‎ 27 janvier 2013 (consulté le 28 janvier 2013)
  4. (it) « Alberto Bevilacqua è morto: lo scrittore è morto a Roma », The Huffington Post,‎ 9 septembre 2013 (consulté le 9 septembre 2013)
  5. (it) « Opere Premiate nelle precedenti edizioni », Premio Campielo (consulté le 15 mai 2007)
  6. (it) « I vincitori », Il Premio Strega (consulté le 15 mai 2007)
  7. a et b (it) « Albo d'Oro », Il Premio Bancarella (consulté le 15 mai 2007)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]