Albert Renger-Patzsch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Albert Renger-Patzsch (né en 1897 à Wurtzbourg, mort en 1966 à Wamel (aujourd'hui une partie de la municipalité de Möhnesee/arrondissement de Soest/Rhénanie-du-Nord-Westphalie) est un photographe allemand important de la Nouvelle Objectivité (Neue Sachlichkeit).

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, s'intéressant lui-même à la photographie, suscite chez lui l'intérêt pour cette discipline. À 14 ans, il maîtrise déjà les techniques de la prise de vue et du développement. Après son service militaire pendant la Grande Guerre, Renger-Patzsch commence à étudier la chimie au collège technique de Dresde mais interrompt rapidement ses études et se charge en 1922 de la tenue des archives photographiques du Folkwang-Verlag à Hagen. En 1923, il entre dans une agence de photos à Berlin. Quand Renger-Patzsch publie son 1er livre de photographies (Das Chorgestühl von Kappenberg), en 1925, il arrête la presse et ouvre son studio à Bad Harzburg comme photographe indépendant. En 1929, Renger-Patzsch va à Essen où le musée Folkwang met à sa disposition un studio. À cette époque, la photographie industrielle est sa priorité ainsi que la publicité. Il refuse un poste de professeur de photographie à la Folkwangschule en 1933. Alors qu'une grande partie de ses archives a été détruite, en 1944, par un bombardement, Renger-Patzsch s'est retiré, après la fin de la guerre, près de Wamel de Möhnesee et s'est consacré à la photographie naturelle.

Œuvre[modifier | modifier le code]

En tant qu'adversaire du pictorialisme il a développé dans les années 1920 un style de prise de vue sans artifice. Son livre "Die Welt ist schön" (le monde est beau) paru en 1928 (publié par Carl Georg Heise) est devenu la base de la photographie moderne. Ce livre contient cent photographies sur différents thèmes (plantes, hommes, paysages, architecture, machines et produits industriels), généralement sortis du contexte et montrés dans les détails. La vue du spectateur est ainsi guidée vers la surface, la structure et la forme de l'objet photographié. Les photographies fascinent par leur simplicité et leur clarté digne d'illustrations scientifiques. Dans les années 1930, Renger-Patzsch s'oriente vers la publicité et la photo industrielle. Il a, entre autres, travaillé pour Pelikan et Jenaer Glaswerke. Une de ses photos publicitaires les plus célèbres montre une série de fers à repasser identiques posés sur leur talon, un symbole de la production industrielle de masse. Dans les décennies suivantes, beaucoup de photographes publicitaires ont développé leur travail sur le principe que la beauté des formes sobres s'épanouit seulement dans la répétition.

Les photographies d'architecture de Renger-Patzsch montrent, entre autres, des régions industrielles marquées par le charbon et l'acier, qui ne sont pas encore considérées comme dignes d'être photographiées. Il utilise surtout les verticales et les horizontales des bâtiments alignés, de manière claire et fonctionnelle. L'extrême précision et les détails soulignent les formes architectoniques.

Son œuvre a été récompensée en 1957 par la Médaille David Octavius Hill et en 1960 par le Prix culturel de la Société allemande de photographie.

Au cours des vingt dernières années, plus d'une centaine de ses œuvres sont passées en vente publique, généralement aux alentours de 2 000 à 3 000 euros, parfois seulement quelques centaines d'euros[1] mais une de ses œuvres a atteint près de 50 000 euros chez Christie's en 2007[2].

Deux cent-douze de ses œuvres sont conservées au musée Sainte-Anne de Lübeck.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. artvalue.com
  2. artvalue.com