Albert Pudas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Albert Pudas

Nationalité Drapeau du Canada Canada
Drapeau de la Finlande Finlande
Né le 17 février 1899,
Siikajoki (Empire russe)
Mort le 28 octobre 1976,
Thunder Bay (Canada)
Joueur décédé
Position Ailier gauche
Tirait de la droite
A joué pour Hornets de Windsor (Can-Pro)
Saint-Patricks de Toronto (LNH)
Tigers de Hamilton (Can-Pro)
Panthers de London (Can-Pro)
Nationals de Stratford (Can-Pro)
Olympics de Détroit (Can-Pro)
Carrière pro. 19261928

Juho Albert « Al » Pudas, à l'origine Putaansuu (né le 17 février 1899 à Siikajoki, dans l'Empire russe, aujourd'hui en Finlande - décédé le 28 octobre 1976 à Thunder Bay, dans la province de l'Ontario au Canada) est un joueur et un entraîneur canado-finlandais de hockey sur glace; il évoluait en position d'ailier gauche.

Il est le premier joueur né en Finlande à jouer en Ligue nationale de hockey[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et début de carrière[modifier | modifier le code]

Fils d'Albert Putaansuu et Anna Maria Impola, Juho Albert Putaansuu naît en 1899 à Siikajoki, dans l'Empire russe, aujourd'hui en Finlande. Alors qu'il est âgé de dix-huit mois, la famille Putaansuu émigre au Canada et s'installe dans la province de l'Ontario. Une fois arrivé, le nom de famille est raccourci et devient Pudas[2]. Dans son pays adoptif, le jeune Albert apprend le hockey sur glace sur les lacs gelés.

En 1922, il joint les amateurs des Ports de Port Arthur de la Manitoba Senior Hockey League, renommés les Bearcats l'année suivante. Pour sa première saison en sénior, Pudas inscrit 25 points, dont 17 buts, en 16 parties jouées. En 1925, il remporte avec les Bearcats la Coupe Allan, remise aux champions de hockey sur glace amateur du Canada, inscrivant 21 points en 10 parties jouées lors des séries éliminatoires. La saison suivante, les Bearcats conservent la coupe[3].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Le 28 octobre 1926, il signe à titre d'agent libre avec les Saint-Patricks de Toronto de la Ligue nationale de hockey (LNH), imitant ainsi ses coéquipiers Bill Brydge[4], Danny Cox[5] et Lorne Chabot[6], ce dernier ayant quant à lui signé avec les Rangers de New York. Pour le début de la saison, il est prêté aux Hornets de Windsor de la Canadian Professional Hockey League (Can-Pro). Réalisant de bonnes performances en mineur, il est appelé par les St. Pats le 28 décembre et, deux jours plus tard, il est aligné face aux Bruins de Boston. Art Ross, entraîneur et directeur général des Bruins, proteste contre l'utilisation de Pudas, le croyant non qualifié pour jouer en LNH. Cependant la ligue confirme qu'il est qualifié et il participe à la victoire de Toronto sur la marque de 4-1, devenant ainsi le premier joueur né en Finlande à évoluer en LNH[7]. Dans les jours qui suivent, il prend part à trois autres rencontres des St-Pats, n'inscrivant aucun point. Il est alors renvoyé à Windsor avant de finir la saison avec les Tigers de Hamilton. La saison suivante, il porte les couleurs de trois équipes de la Can-Pro avant de mettre un terme à sa carrière de joueur professionnel.

Les Jeux olympiques d'hiver de 1936[modifier | modifier le code]

Par la suite, il retrouve les Bearcats de Port Arthur dont il en devient l'entraîneur. Sous sa direction, les Bearcats participent régulièrement à la coupe Allan. En 1935, ils échouent en finale face aux Wolverines de Halifax[8]. En tant que meilleure équipe amateure du pays, les Wolverines étaient alors désignés pour représenter le Canada aux Jeux olympiques d'hiver de 1936, organisés à Garmisch-Partenkirchen en Allemagne. Cependant, ils n'arrivent à mettre une équipe sur pied et l'Association canadienne de hockey amateur décide d'envoyer les Bearcats à la place[9]. Mais avant de partir pour l'Europe, Pudas doit alors régler un détail. En raison de nouvelles régulations gouvernementales lui ayant retirer sa citoyenneté canadienne gagné quand il était enfant, il doit se rendre à Ottawa afin d'obtenir des papiers de naturalisation, nécessaires pour la délivrance de son passeport. Étant donné son importance pour l'équipe olympique, l'approbation lui est donné en un temps record[1].

Dans un climat marqué par la propagande nazie, les canadiens ont la mauvaise surprise de découvrir à leur arrivée que les équipes de Grande-Bretagne et de France sont composés essentiellement de joueurs canadiens ayant la nationalité de ces pays. Malgré les protestations de leur part, les deux équipes sont autorisées à participer et le tournoi débute[10]. Lors du premier tour, le Canada se qualifie facilement, dominant la Pologne (8-1), la Lettonie (11-0) et l'Autriche (5-2). Au deuxième tour, les canadiens retrouvent leurs « compatriotes » britanniques. Dans une rencontre serrée, la Grande-Bretagne s'impose sur la marque de 2-1. Dans les jours qui suivent, le Canada bat la Hongrie (15-0) et l'Allemagne (6-2) et finit deuxième du groupe, se qualifiant pour la poule finale. Désavantagés par le format de la compétition qui conserve les résultats du tour précédent, les canadiens tente d'obtenir sans succès une nouvelle opposition face aux britanniques. Ils doivent alors se contenter de la médaille d'argent, la seule médaille de la délégation canadienne lors de ces Jeux[11], après les victoires face à la Tchécoslovaquie (7-0) et les États-Unis (1-0). La Grande-Bretagne remporte la médaille d'or suivant sa victoire 5-0 sur les tchécoslovaques et son nul 0-0 après trois prolongations face aux américains, devenant la première équipe européenne à remporter un tournoi d'envergure mondiale.

Dans les années qui suivent, Pudas se fait une réputation en tant qu'arbitre[1].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Avec son épouse Elizabeth, il a eu deux enfants, James et Jane. Il décède le 28 octobre 1976 à Thunder Bay, dans l'Ontario au Canada[2].

Statistiques en carrière[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[1]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1918/22 Pascoes de Port Arthur TBSHL                    
1922-23 Ports de Port Arthur MSHL 16 17 8 25 5 2 1 0 1 0
1923-24 Bearcats de Port Arthur MSHL 16 11 2 13 2 2 1 0 1 2
1924-25 Bearcats de Port Arthur MSHL 20 3 3 6   10 11 10 21 13
1925-26 Bearcats de Port Arthur MSHL 20 11 2 13 20 9 7 6 13 18
1926-27 Hornets de Windsor Can-Pro 18 10 2 12 8          
1926-27 Saint-Patricks de Toronto LNH 4 0 0 0 0          
1926-27 Tigers de Hamilton Can-Pro 9 8 0 8 2 2 3 0 3 0
1927-28 Panthers de London Can-Pro 10 2 2 4 4          
Nationals de Stratford Can-Pro 1 0 0 0 0          
Olympics de Détroit Can-Pro 19 4 1 5 0 2 0 0 0 0
Totaux LNH 4 0 0 0 0          

Transactions en carrière[modifier | modifier le code]

Titres et honneurs personnels[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Al Albert Pudas, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 16 mars 2011)
  2. a et b (fi) « Albert Pudaksen synnyinpaikka », sur www2.siikajoki.fi (consulté le 16 mars 2011)
  3. (en) « Allan Cup Champions », sur www.allancup.ca (consulté le 16 mars 2011)
  4. (en) « Bill Henry Bridge, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 16 mars 2011)
  5. (en) « Danny Smith Cox, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 16 mars 2011)
  6. (en) « Lorne Chabot, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 16 mars 2011)
  7. (en) « Albert Pudas », sur mapleleafslegends.blogspot.com (consulté le 16 mars 2011)
  8. (en) « Allan Cup Archives », sur www.allancup.ca (consulté le 16 mars 2011)
  9. (en) « Team : 1936 Canadian Olympic Hockey Club », sur www.nwosportshalloffame.com (consulté le 16 mars 2011)
  10. (fr) « Jeux olympiques de Garmisch-Partenkirchen 1936 », sur www.hockeyarchives.info (consulté le 16 mars 2011)
  11. (en) « 1936 Garmisch-Partenkirchen Winter Games », sur www.sports-reference.com (consulté le 16 mars 2011)