Albert Périlhou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Albert Périlhou

Naissance 2 avril 1846
Daumazan-sur-Arize,Drapeau français Royaume de France
Décès 26 août 1936 (à 90 ans)
Tain-l'Hermitage, Drapeau français France
Activité principale Compositeur
Activités annexes Organiste, Pianiste
Formation École Niedermeyer de Paris
Maîtres Louis Niedermeyer, Gustave Lefèvre, Camille Saint-Saëns

Albert Périlhou est un compositeur, organiste et pianiste français né à Daumazan-sur-Arize (Ariège), le 2 avril 1846 et décédé à Tain-l'Hermitage (Drôme), le 26 août 1936.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Fils d'un organiste de Pézenas (Justin Périlhou) qui laissa quelques pages de genre pour le piano, Albert Périlhou suit sa formation musicale à l'École Niedermeyer de Paris, où il est boursier de l'évêque de Pamiers (Auguste Bélaval) 1860 à 1866. Il y est élève de Louis Niedermeyer, Gustave Lefèvre et Camille Saint-Saëns et fait sa scolarité en même temps que Gabriel Fauré, né une année plus tôt et boursier du même évêque. Quelque part, il est toujours dans l'ombre de son aîné. Il obtient dans cet établissement :

  • En 1862, un premier prix de piano (Gabriel Fauré est prix d'excellence), et un prix d'orgue (Fauré obtient un accessit)
  • En 1864 le premier prix de plain-chant et le second prix de composition (toujours derrière Fauré)
  • En 1865 le premier prix d'orgue.
  • En 1865 le prix de composition (Gabriel Fauré a alors quitté l'école)

Emplois[modifier | modifier le code]

Il occupe son premier emploi à Pézenas (Hérault) en tant qu'organiste de l'église St Jean ; la fabrique lui verse un traitement annuel de 800 frs, "à la charge par lui de donner pendant un jour de chaque semaine, une leçon de plain-chant de la durée de deux heures, aux chantres et aux enfants de chœur". Après une quinzaine d'années passées à Saint-Étienne en tant qu'organiste et professeur de piano (de 1868 à 1883), il enseigne de nouveau le piano au conservatoire de Lyon en 1883, tâche qu'il assurera jusqu'en 1889. Durant cette même période, il est organiste au Grand-Temple des Brotteaux où il inaugure l'orgue Joseph Merklin dont il est le tout premier titulaire. En 1888, il est appelé à Paris pour devenir conseiller artistique de la maison Erard. L'année suivante (en 1889) il est nommé organiste à Saint-Séverin sur le nouvel instrument construit par John Abbey et il le restera durant 25 ans (jusqu'en 1914), laissant de temps à autre les claviers à Camille Saint-Saëns, Louis Vierne ou Gabriel Fauré. On notera également une courte période en tant qu'organiste de Saint-Eustache au début de l'année 1906.

En 1910 il prend le poste de codirecteur de l'école Niedermeyer (avec Heurtel, gendre de Lefèvre), et il l'occupera jusqu'en 1914.

Il se retire alors à Tain-l'Hermitage où il s'éteint à l'âge de 90 ans.

Albert Périlhou et la société musicale de son temps[modifier | modifier le code]

Apprécié de bon nombre de musiciens de son temps, ami de Vierne, de Fauré (dont il sera le témoin lors de son mariage) ou de Saint-Saëns, Albert Périlhou est le dédicataire de plusieurs œuvres :

L’œuvre[modifier | modifier le code]

Un "artiste du XVIIIe siècle"[modifier | modifier le code]

Albert Périlhou avait un goût prononcé pour la rigueur formelle, qu'il développait avec au moyen d'une écriture délicate et élégante, parfois châtiée, ne cédant jamais à l'effet ou à la virtuosité gratuite. Son contrepoint est soigné, son expression contenue, à une époque plus encline aux mélodies faciles ou à certains "débordements" émotionnels. Il renouera également avec la tradition du "Livre d'Orgue", dénomination inusitée depuis la fin de l'Ancien Régime, et montre un très grand attachement à la registration de chaque pièce.

Ce style d'écriture, doublé d'une personnalité cultivée raffinée, fera écrire à Vierne dans ses mémoires qu’Albert Périlhou était un "artiste du XVIIIe siècle". On ne sera dès lors pas étonné qu'on puisse le compter parmi les membres fondateurs de la Société des Instrument Anciens.

Mais si Périlhou regarde beaucoup vers les maîtres du passé, il n'en reste pas moins un musicien de son temps, notamment très influencé par la musique de César Franck, dont il utilise certaines tournures harmoniques ou formelles. Il était aussi reconnu comme un grand improvisateur.

Catalogue (non exhaustif)[modifier | modifier le code]

Albert Périlhou a laissé une abondante production pour le piano, l’orgue, l’orchestre et la voix, dont la majorité n'est plus édité. Son œuvre la plus jouée demeure sa ballade pour flûte (ou violon) et piano.

Musique d'orgue[modifier | modifier le code]

  • Livre d’orgue. Pièces simples composées spécialement pour le service ordinaire en sept livraisons (Heugel, 1899-1905) :
    • 1re livraison : 7 préludes et 3 transcriptions (J.S. Bach et Jules Massenet).
    • 2e livraison : 7 pièces, préludes et études et 3 transcriptions (Robert Schumann et J.S. Bach).
    • 3e livraison : 7 pièces, Prélude et Marche et 3 transcriptions (Felix Mendelssohn et J.S. Bach).
    • 4e livraison : 7 pièces, Prélude, Cloches et 3 transcriptions (Thomas Arne et J.S. Bach).
    • 5e livraison : 3 pièces d’église (Le Cloître, Noël, Le jour des morts au Mont Saint-Michel), 3 Impromptus (orgue de salon), 5 transcriptions (2 préludes et 3 fugues du Clavier bien tempéré de J.-S. Bach).
    • 6e livraison : 6 Noëls, O salutaris, Adoremus, Andantino, Le Glas, 2 transcriptions de G.F. Haendel.
    • 7e livraison : 6 pièces, Impressions (basilique Saint-Sernin de Toulouse), Épithalame, Lamento, Barcarolle (pour orgue de salon), Nox (sans pédale).

Musique de Chambre[modifier | modifier le code]

  • Ballade pour flûte (violon) et piano, dédiée à Paul Taffanel (Heugel)
  • Chanson de Guillot Martin, édition pour harpe de Marcel Grandjany (Heugel)
  • Fantaisie pour 2 pianos
  • Quatuor à cordes
  • Quintette à cordes
  • Chanson du XVIe siècle pour violoncelle et piano
  • Marche funèbre

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • Mélodies, dont :
    • La Vierge à la crèche
    • Nell
    • L'Hermite
    • Villanelle
    • Le Vitrail
  • Motets
  • Psaume
  • Heureuses Funérailles, pour chœur
  • Chants de France (Vieilles chansons françaises harmonisées et orchestrées : Musette du XVIIe, Chanson à danser, Margoton, Complainte de Saint Nicolas, Pastorale, Le premier jour de May, Brunette, Chanson de Guillot Martin, Ronde populaire et Trimousett' )

Musique d'orchestre[modifier | modifier le code]

  • Première Fantaisie pour piano et orchestre (et orgue ad. lib.) (Durand)
  • Seconde Fantaisie pour piano et orchestre
  • Concerto pour flûte et orchestre
  • Deux chansons populaires de Clément Marot (transcription)
  • Scènes gothiques (dont Le jour des morts au Mont Saint-Michel)
  • Scènes d’après le folklore des provinces de France
  • Carillon Flamand
  • Suite Française (première audition en 1905 à Dieppe)
  • Une veillée en Bresse
  • Une fête patronale en Velay
  • Divertissement pour instruments à vent

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Partitions gratuites[modifier | modifier le code]

  • WIMA Partitions de pièces pour orgue.
  • e-partitions Partitions de pièces pour orgue.
  • IMSLP Partitions diverses.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Guillot, Dictionnaire des organistes français des XIXe et XXe siècles, Sprimont (Belgique), Mardaga, 2003, 599 p.
  • Adelin Moulis, Un grand musicien ariégois méconnu : Albert Périlhou, in L’Orgue, n° 159, 1976
  • François Sabatier, Albert Périlhou, in "Guide de la Musique d'orgue" (dir. Gilles Cantagrel), Fayard, p. 635
  • Louis Vierne, Albert Périlhou, in L’Orgue, n° 28