Albert Muis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Albert Muis
(Alberto)

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Albert Muis dans son atelier, Amsterdam, 1944.

Naissance 22 octobre 1914
Baarn Pays-Bas
Décès 24 septembre 1988 (à 73 ans)
Perpignan
Activités Fresques, Peinture, dessin
Formation L'Académie des Beaux-Arts d'Amsterdam, Pays-Bas
Maîtres Professor Campendonck
Mouvement artistique Les Avants Gardes, Amsterdam
Récompenses Le premier prix d'un concours de peinture organisé par K.N.S.M. « Départ de l'Mansour de Port-Vendres » (1956).

Œuvres réputées

Fresques

  • Les Pleureuses (1948), Hall d'Entrée Oosterbegraafplaats Amsterdam
  • Acardia (1952), Auditorium Oosterbegraafplaats Amsterdam
  • Waterflow (1955), University Groningen
  • Theseus and Ariadne's thread (1958), the Social Academy Amsterdam
  • Narcissus (1958), Spinoza Lyceum Amsterdam

Albert Muis (22 octobre 1914 à Baarn - 24 septembre 1988) est un artiste originaire des Pays-Bas[1]

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Muis est né à Baarn, une ville dans le centre de Pays-Bas, Il est issu d'une famille d'origine protestante dont il est le cadet de trois enfants et le seul garçon.

Il commence à s'intéresser à la peinture et à la musique vers l'âge de sept ans. Encouragé par son père, comptable en chef d'une usine de gaz, il prend des leçons de dessins et de musique. Adolescent, il fait partie de plusieurs ensembles de musique de chambre et devient premier violon dans un orchestre régional. Cependant, après avoir quitté le lycée de Hilversum, Muis se sent irrésistiblement attiré par la peinture il abandonne alors la musique. En 1931, il entre dans une école de dessin à Amsterdam. Il est admis à l'académie des Beaux-Arts d'Amsterdam, Pays-Bas, en juillet 1934. il suit les cours de dessin et peintures jusqu'en 1935. Il y suit les cours de dessin et peinture jusqu'en 1935.

1935, c'est aussi l'année de son premier voyage en France. Il en revient ébloui par l'âpreté des paysages bretons. Fin 1935, il s'installe à Amsterdam, suit des cours d'Art Monumental sous la férule du professeur Campendonck et se spécialise dans les techniques de peinture murale (1935-1938).

En 1937, il fait un assez long voyage en Italie. Il visite Florence, Venise, Pompéi et se passionne pour l'œuvre de Giotto. De retour en Hollande, il exécute sa première fresque, une commande d'État, pour le Pavillon Néerlandais à l'Exposition internationale de Paris. En 1939, il travaille avec l'architecte van Tyen pour Luchtvaart Laboratorium d'Amsterdam. Il se consacre également de façon intense à la peinture de chevalet dans son atelier de l'Amstel, 17 à Amsterdam.

Il fait sa première exposition à Amsterdam (gouaches, huiles sur bois) à la Galerie Robert, en mai 1940. En juin 1942, il participe à une exposition de jeunes peintres avant-gardistes d'Amsterdam, manifestation violemment condamnée par les nazis.

Après la guerre, en 1946, il se marie avec Anne Deppe, d'orgine suisse. Leur fille naît à Amsterdam en 1947. Il expose à Groningue, Pays-Bas, en 1946 et à Amsterdam en 1947, Galerie De Boer. En 1948, il participe à une exposition de groupe à Rotterdam et, dans la même année, exécute trois fresques ("Les Pleureuses") dans le hall d'entrée de l'Oosterbegraafplaats[2] (cimetière de l'ouest d'Amsterdam), commande de la municipalité d'Amsterdam. En 1949, il participe à la Biennale de Venise et expose à Amsterdam, Groningue et Rotterdam. Mais, entre temps, Albert Muis s'est fixé en France.

Au cours de l'été 1946, il découvre les Pyrénées-Orientales, en particulier Port-Vendres et se alentours. Il revient dans cette même région dès le printemps 1948 et, ébloui par la Côte Vermeille, décide d'établir à Port-Vendres sa résidence définitive. Logé d'abord de façon précaire, le couple s'installe ensuite dans une petite maison isolée au milieu des vignes (la « Croix Blanche »).

En 1951, leur fils naît à Perpignan. En 1952, il exécute une fresque pour le grand Auditorium de l'Oosterbegraafplaats à Amsterdam : « Arcadia » d'inspiration toute méditerranéenne (à partir d'esquisses réalisées dans le Parc Vilmarest à Argeles-sur-Mer). En 1954, il expose à Amsterdam, Galerie de Boer et à Perpignan, Salle Arago. En 1955, il expose à Utrecht. Dans la même année, il exécute une fresque pour l'Université de Groningue : « Oiseaux Aquatiques ». Le Stedelijk Museum de Amsterdam acquiert quelques-unes de ses œuvres, notamment ses « Palmiers », dessin pour le Rijks Prenten Cabinet, des Gouaches, « Nature Morte aux Poissons » et des huiles sur toiles.

En 1956, il reçoit le premier prix d'un concours de peinture organisé par K.N.S.M, importante compagnie maritime néerlandaise, pour son « Départ de l'Mansour de Port-Vendres ». En 1957, il expose à Paris, Galerie Bassano et se rend également aux Pays-Bas pour réaliser les « Quatre Éléments », fresque qui doit figurer à l'exposition « L'Atome » à Schiphol. 1958 est marqué à nouveau par un séjour prolongé dans son pays natal pour la réalisation de deux peintures murales. La première, « Narcisse », au Lycée Spinoza d'Amsterdam et la deuxième, « Thésée et je fil d'Ariane », dans une autre école connue, la School voor Maatschappelijkwerk, à Amsterdam. Il est à noter que ces deux fresques ont été créées à partir de nombreuses esquisses faites dans l'arrières-pays roussillonnais, notamment au bord du Tech, près d'Arles sur Tech. En 1959, la ville de Port-Vendres lui offre une exposition de ses œuvres à la salle d'exposition de la mairie.

En 1960, il expose à la Galerie Barbizon, à Paris. Entre temps, au cours de nombreuses randonnées dans les Albères Maritimes, le peintre découvre le Mas Rossignol, abandonné. Il quitte alors Port-Vendres avec sa famille pour ce lieu isolé mais idyllique. Il y reste jusqu'à sa mort. En 1961, il expose à Perpignan, Atelier 45, en 1962 au Grand Café de Céret et en 1966, à nouveau à Perpignan (Salle Arago). Son atelier du Mas Rossignol, aménagé dans la partie la plus ancienne, devient aussi un lieu de rencontre pour les amateurs d'art (nombreuses expositions privé.

Fenêtre, Atelier Mas Rossignol,Argelès

En 1967, il se rend aux Pays-Bas pour une exposition de ses œuvres à Laren (Salle Hmdorff). Devant le succès de l'entreprise, il revient à Laren en 1970, au Singer Museum.

En 1970, ses œuvres sont également exposées à Florence, Italie, Galerie Paolo Vaccarino, ainsi que l'année suivante. Le Centre Culturel Bellefontaine au Mirail, à Toulouse, présente ses œuvres en 1972.

Albert Muis présente quelques toiles à deux reprises au Salon des Indépendants à Paris, en 1973 et 1974. En 1974, il expose au « Club du Droit et de l'Économie », place des Invalides, à Paris. En 1975, il expose à Paris, Galerie Degueux, Place Vendôme et à Collioure, Galerie Profils. Il revient à la Galerie Profils en 1976. En 1978, exposition de ses œuvres à Laren, au Singer Museum. En 1979, il expose à Amsterdam, à la Galerie Fijnaut.

En septembre 1982, Anne Muis s'éteint à l'âge de soixante-neuf ans, après une longue maladie. Le peintre n'expose plus que dans son atelier. Très affecté par la mort d'Anne, sa propre santé est devenue précaire.

Albert Muis s'éteint le 24 septembre 1988, âgé de soixante-quatorze ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les Commandes Publiques: Les Fresques[modifier | modifier le code]

  • Les Pleureuses (1948), Hall d'Entrée Oosterbegraafplaats Amsterdam
  • Acardia (1952), Auditorium Oosterbegraafplaats Amsterdam
  • Waterflow (1955), University Groningen
  • Theseus and Ariadne's thread (1958), the Social Academy Amsterdam
  • Narcissus (1958), Spinoza Lyceum Amsterdam

Les Oeuvres dans les Musée et les Collections Publiques[modifier | modifier le code]

(sélection)

  • Hôtel de la Région, la Collection Art Vif, Bouteille devant la Fenêtre, 65 cm x 54 cm, Montpellier.
  • Hôtel de la Région, la Collection Art Vif, La Fenêtre, 65 cm x 54 cm, Montpellier.
  • Hôtel de la Région, la Collection Art Vif, Brume le Matin, 65 cm x 54 cm, Montpelier.

Les Oeuvres dans les Collections Privé[modifier | modifier le code]

Plusieurs huiles sur toiles,

  • À seated lady in an interior
  • Argèles sur Mer[3]
  • Scène de plage[4]

Principales expositions[modifier | modifier le code]

Albert Muis Still life 02

1937 : Paris, Fresque pour le pavillon néerlandais, Exposition Universelle de Paris.

1940 : Amsterdam, Exposition Galerie Robert, 20 mai.

1945 : Exposition de groupe à Grongingen.

1948 : Amsterdam, Exposition de groupe, Cercle d'Art, 24 janvier.

1948 : Venise, Biennale de Venise.

1948 : Amsterdam, Stedelijk Museum, Expériments de Peintres Muraux,Charles Roelofsz et Albert Muis.

1948 : Amsterdam, Triptyque mural, pour l'Auditorium de l'Oosterbegraafplaats.

1949 : Amsterdam, Exposition de Réalisten, Buffa et Pavillon Het Vondelpark, 1er juillet.

1954 : Perpignan, Exposition Salle d'Arago, mars.

1952 : Amsterdam, Acardia, fresque pour l'Auditorium de l'Oosterbegraafplaats.

1952 : Amsterdam, Exposition Buring et Muis, Kunsthandel M. de Boer, avril

1954 : Amsterdam, Exposition Kunsthandel M. de Boer.

1957 : Paris, Exposition Galerie Bruno Bassano, 5 mars.

1958 : Amsterdam, Narcisse et Thésée, deux fresques pour la municipalité.

1959 : Port Vendres, Exposition Hôtel de Ville, avril.

1960 : Paris, Galerie Barbizon, décembre.

1967 : Laren, Exposition Kunstzaal Hamdorff, avril.

1970 : Florence, Italie, Galerie Paolo Vaccarino

1970 : Laren, Pays-Bas, Exposition Harmdorffs Kunstzaal, 23 mai.

1982-1988 : Argelès sur Mer, Expositions privées au Mas Rossignol.

1990 : Perpignan, Rétrospective au Palais des Congrès.

1991 : Toronto, Canada, rétrospective à l'Alliance française à Toronto.

1991 : Perpignan, Palais des Rois de Majorque, paysages d'Albert Muis et Eliane Muis.

2000 : Amsterdam, Rétrospective Auditorium Oosterbegraafplaats.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Albert Muis The Sea01
  • Kroniek van Kunst en Kultuur par Leo Brat, Pays-Bas, 1952
  • Art vif en Languedoc Roussillon, 1986-1992, page 102 et 103, Édition Région Languedoc Roussillon, 1993
  • Als een Muis op het kerkhof, Geduld en Deemoed uit de Kariger Tijden, Frans van Burkom, Jong Holland, numméro 3, , Pays-Bas, 2000

Principaux articles de presse[modifier | modifier le code]

1940  : Albert Muis deze oud leerling van professor Campendonck exposeert, Galerie Robert te Amsterdam, 21 mai

1940  : De aquarel « Amour de Marine » » en de tekening « Signal »en « Venus » tijdens de expositie bij Galerie Robert, Algemeen Handelsblad, mai

1948  : Zeven schilders uit Amsterdam exposeren in de  « Kunstkring », Algemeen Dagblad, 24 janvier 

1948  : Romantisme in Amsterdam, Algemeen Dagblad, 24 janvier

1948  : Dodendienst door schilderkunst par Charles Roelofsz, Het Vrije Volk, Amsterdam

1949  : Realisten exposeren, par J. M. Prange, Het Parool, 1 juillet

1950  : Wandschilderingen in Amsterdam Roelofsz, Lex Horn en Albert Muis schonken Amsterdam waardenvol bezit,16 septembre

1952  : Buring en Muis par Bob Buys, Het Vrije Volk, 26 avril

1953  : Muurschildering in Aula Oosterbegraafplaats, Algemeen Handelsblad, 10 janvier

1954  : Si nous devions choisir un « patron » pour cet art. Albert Muis expose à la Galerie de M de Boer à Amsterdam

1954  : Peintre hollandais expose à la Salle Arago à Perpignan, L'Indépendant, mars

1956  : Albert Muis, remporte un Prix en Hollande, L'Indépendant, 9 novembre

1956  : Port Vendres vu par Albert Muis, L'Indépendant, 9 avril

1957  : Muis à la Galerie Bruno Bassano, Paris, Arts, 5 mars

1957 : Albert Muis, De Groene Amsterdammer, 1er juin

1958  : Een Nederlandse schilder aan de vermiljoenrode kust par Bob Buys, Amsterdam, 1er mars

1959  : Albert Muis peintre de la glèbe catalane par R., L'Indépendant, 20 avril

1960  : Nos peintres à Paris, par M. R. Schnir, La Dépêche de Midi, 3 janvier

1960  : Tour des Expositions, Muis à la Galerie Barbizon, Paris, Combat, 19 décembre

1960  : Albert Muis expose à Paris ses tableaux des Albères Maritimes, L'Indépendant, 6 décembre

1960  : Muis: Abstraction + Naturalisme = Classicisme, par A. F., combat, 17 décembre

1960  : Muis témoigne de ses œuvres, par Raymond Hermann, La Croix, 16 décembre

1967 : Albert Muis toont eigen kijk op de Schoonheid par Jan P. Koenraads, Het Vrije Volk, 29 avril

1970  : Albert Muis: subtiel colorist, par G. van P., De Laarder Courant, 19 mai

1970  : Figuratief schilder Albert Muis, Laarder Courant, 22 mai

1970 : Weldadig staartje van een Muis een absolute hoogvlieger par Pieter B., De Gooi- en Eemlander, 22 mai

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]