Albert Lebourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Albert Lebourg

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait, musée des beaux-arts de Rouen

Nom de naissance Albert Marie Lebourg
Naissance 1er février 1849
Flag of France.svg Montfort-sur-Risle
Décès 6 janvier 1928
Flag of France.svg Rouen
Activités Artiste peintre
Formation École des Beaux-arts de Rouen
Mouvement artistique École de Rouen
Influencé par Jean Seignemartin
Récompenses Ordre national de la Légion d'honneur[1]

Albert Lebourg, né le 1er février 1849 à Montfort-sur-Risle et mort le 6 janvier 1928 à Rouen, est un peintre de l’École de Rouen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à l'École des Beaux-arts de Rouen, il enseigne le dessin à Alger de 1872 à 1877 où il rencontre le coloriste lyonnais Jean Seignemartin (1848-1875). Sous son influence, Lebourg éclaircit sa palette et réalise une « série » de tableaux d'après le même sujet.

Il expose au Salon de 1878 Une femme lisant. Lors de la quatrième exposition impressionniste de 1879, il présente dix tableaux et dix fusains inspirés de l'Algérie et de la Normandie dont L'Amirauté à Alger. Il expose à nouveau avec les impressionnistes en 1880.

Il ne réapparaît au Salon qu'en 1886 avec Neige en Auvergne.

Atteint de paralysie, Lebourg cesse de peindre en 1925. Les paysages d'hiver et les sites au bord de l'eau ont la prédilection de cet artiste pour qui « les valeurs prédominent sur les tons ».

Il repose au cimetière monumental de Rouen.

Il fut membre de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen.

Paul Paulin réalisa un buste d'Albert Lebourg en 1905[2].

Expositions[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Claude Roger-Marx[3] reproche à ce « petit-maître attentif et scrupuleux » de confondre « un désordre papillotant avec le culte de la lumière ». Germain Bazin[4] se plaît, quant à lui, à souligner cette singularité de Lebourg qui « ne divise pas le ton mais fragmente la touche pour faire vibrer la couleur ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Au musée d'Orsay :

  • Remorqueurs à Rouen.

Au musée des Beaux-Arts de Rouen  :

  • L'Île Lacroix sous la neige ;
  • Navire norvégien dans le port de Rouen.

Au musée des beaux-arts de Lyon :

Au musée de la Chartreuse à Douai :

Au musée Faure d'Aix-les-Bains, (Savoie)

Au musée d'art Roger-Quilliot de Clermont-Ferrand :

Au musée d'Évreux :

  • Neige à Pont-du-Château, XIXe siècle (2e moitié), huile sur toile, signée en bas à gauche, 40 × 73 cm, Dépôt du musée du Louvre, 1983, (inv. R.F. 1973-6).

Au musée de l'Île-de-France à Sceaux, Hauts-de-Seine

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Base Leonore, Archives nationales ; site de Paris
  2. Bernard d'Anjou Enchères, Rouen, Vente du 28 octobre 2012, lot 121 Catalogue
  3. Le Paysage français de Corot à nos jours, éd. d'Histoire et d'Art Plon, coll. Message, Paris, 1952, p. 48 et 72.
  4. L'Univers impressionniste, Somogy, 1981, p. 250.
  5. Esquisse préparatoire réalisée lors de son deuxième voyage en Auvergne pour la peinture qui remporta un grand succès au Salon de 1886 (Musée de Rouen).

Sur les autres projets Wikimedia :