Albert F. Mummery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Albert Mummery Climbing pictogram.svg
Albert Mummery.jpg
Albert Mummery
Contexte général
Sport alpinisme
Période active de 1871 à 1895
Biographie
Nom complet Albert Frederick Mummery
Nationalité sportive Britannique
Naissance 10 septembre 1855
Lieu de naissance Douvres en Angleterre
Décès 24 août 1895
Lieu de décès Nanga Parbat dans l'Himalaya
Albert Mummery dans la célèbre Fissure Mummery au Grépon

Albert Frederick Mummery, né le 10 septembre 1855 à Douvres et mort le 24 août 1895 au Nanga Parbat, est un alpiniste et écrivain britannique, considéré comme le fondateur de l'alpinisme sportif. Réputé pour ses nombreuses premières ascensions dans les Alpes, Albert Mummery, John Norman Collie, Hastings et deux Gurkhas sont connus pour avoir fait la première tentative de sommet de plus de 8 000 mètres d'altitude.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père d'Albert Mummery, William Rigden Mummery[1], est tanneur et maire de Douvres. Son activité de tanneur est suffisamment prospère pour permettre à Albert Mummery de s’intéresser à l'alpinisme et à l'étude de l'économie. Il devient ami avec John A. Hobson. Ils collaborent ensemble à The Physiology of Industry (1889), qui théorise un interventionnisme économique pour lutter contre les dépressions liées à un excès d'épargne[2].

Alpinisme[modifier | modifier le code]

Mummery découvre les Alpes en 1871. Il commence à faire des ascensions avec des guides comme Alexander Burgener, J. Petrus and A. Gentinetta. Après son succès à l'arête de Zmutt en 1879, il réussit en 1881, à quelques jours d'intervalle, l'ascension de l'aiguille Verte par le versant de la Charpoua et le Grépon. Par la suite avec ses compagnons, William Cecil Slingsby et J. Norman Collie, il révolutionne la pratique de l'alpinisme en grimpant « sans guides », notamment le Grépon en 1892 et l'aiguille du Plan en 1893. Il considère avant tout la beauté de la voie empruntée et sa difficulté, sentiment qui l'amène à gravir le Cervin par des variantes plus difficiles que la voie principale, qu'il considérait comme trop facile.

Il a raconté les exploits de ses grandes premières dans un livre fameux, Mes escalades dans les Alpes et le Caucase (1895).

Premières[modifier | modifier le code]

L'aiguille du Grépon

La mort de Mummery[modifier | modifier le code]

En 1895, il décide de faire une expédition au Nanga Parbat qui se situait dans l'État princier de Jammu et Cachemire (en) et qui fait partie actuellement du Pakistan. Leur expédition légère et innovante pour l'époque est la première tentative d'ascension d'un sommet de plus de 8 000 mètres. Elle est composée de John Norman Collie, Geoffrey Hastings, Albert Mummery et deux porteurs Gurkhas, Ragobir et Goman Singh[4].

Il disparaît le 24 août 1895 avec les deux porteurs, emporté par une avalanche alors qu'il faisait une reconnaissance de la face Rakhiot. Les corps n'ont jamais été retrouvés[4]. La première ascension du Nanga Parbat sera réussie par Hermann Buhl en 1953. 31 décès dans des tentatives d'ascension ont eu lieu avant le succès de Hermann Buhl. Hermann Buhl dira d'Albert Mummery que c'était l'un des plus grands alpinistes de tous les temps[5].

Mes escalades dans les Alpes et le Caucase[modifier | modifier le code]

Paru en Angleterre en 1895 sous le titre My climbs in the Alps and Caucasus, sorti en France en 1903, ce livre eut une grande influence sur la littérature alpine d'avant-guerre. Une version abrégée a été publiée sous le titre Le Roi du rocher.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mummery, Albert Frederick dans le Dictionary of National Biography, 1901 supplement sur wikisource
  2. M. Bleaney, « Mummery, Albert Frederick », The New Palgrave Dictionary of Economics, éditions Eatwell et al, 1998
  3. Sylvain Jouty et Hubert Odier, Dictionnaire de la montagne, Arthaud
  4. a et b John Norman Collie, From the Himalaya to Skye
  5. Hermann Buhl, È buio sul ghiacciaio, con i diari alle spedizioni al Nanga Parbat, al Broad Peak e al Chogolisa, a cura di Kurt Diemberger, Corbaccio, 2007 (ISBN 978-88-7972-871-3), pages 243, 261