Albert Demangeon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Albert Demangeon

Description de l'image  Albert Demangeon.jpg.
Biographie
Naissance 1872
Cormeilles (Eure)
Décès 1940
Paris
Nationalité Drapeau : France Français
Thématique
Formation École normale supérieure
Titres Professeur des universités
Approche Géographie humaine
Travaux * Thèse de doctorat, La Picardie et les régions voisines. Artois, Cambrésis, Beauvaisis (1905)

Albert Demangeon est un géographe français, né à Cormeilles (Eure) en 1872 et mort à Paris en 1940.

Biographie[modifier | modifier le code]

Années de formation[modifier | modifier le code]

Il passe son enfance à Gaillon (Eure) et fait de brillantes études qui le conduisent à l'école normale supérieure (ENS) où il entre en 1892 (la même année qu'Emmanuel de Martonne). Il découvre alors la géographie moderne grâce à son professeur Paul Vidal de La Blache. Agrégé en 1895, il est d'abord professeur de lycée, puis "maître-surveillant" à l'ENS.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Sa thèse sur la Picardie, soutenue en 1905, obtient un grand succès : elle est considérée comme le modèle de la géographie régionale à la française. Il commence alors une carrière universitaire, d'abord à Lille puis à la Sorbonne (1911) où il s'oriente vers la géographie humaine, tandis que son collègue Emmanuel de Martonne s'adonne à la géographie physique.

Il est l’auteur d’une douzaine d'ouvrages — auxquels s’ajoutent une dizaine de manuels scolaires — d’une centaine d'articles et d’un millier de notes et de comptes-rendus. Son œuvre ne se développe pas dans un cadre théorique précis.

Il meurt au début de l'Occupation sans avoir achevé le Traité de géographie humaine auquel il songeait depuis longtemps. Ses collègues lui rendent hommage en publiant un livre, Problèmes de géographie humaine (1942) qui contient une liste – incomplète – de ses publications géographiques et, essentiellement, une réédition de ses articles jugés à l'époque comme les plus importants.

Apport à l'étude de la géographie humaine[modifier | modifier le code]

Albert Demangeon travaille à toutes les échelles. Il rédige de petites monographies (par exemple sur Paris) mais participe aussi à la Géographie universelle dont il rédige les deux premiers volumes (1927) et des deux derniers qui paraîtront après sa mort (1946 et 1948). Il publie de nombreux articles sur l'habitat rural et s'intéresse même au folklore mais il s'inquiète aussi des problèmes économiques et politiques du monde, avec parfois "des accents prophétiques" selon Jean Gottmann. Son ouvrage, Le déclin de l'Europe (1920), où il met en évidence la fin de la domination économique de l'Europe après la Première Guerre mondiale, a un grand retentissement. Il participa également aux travaux du Comité d'études, structure fondée en février 1917 à la demande d'Aristide Briand, afin de participer à l'élaboration des buts de guerre de la France.

Il renouvelle également les méthodes de recherches en géographie : il met au point des questionnaires dès 1909 et dirige de grandes enquêtes dans les années 1930. Il est, par ailleurs, proche des historiens. Ainsi, il aide Lucien Febvre à fonder les Annales d’histoire économique et sociale (1929) et il y participe activement ; il écrit aussi avec lui deux livres sur le Rhin (1931 et 1935). C'est enfin un pédagogue qui rédige des manuels pour l'enseignement secondaire mais aussi pour l'enseignement primaire, et qui, en fondant une société d'instituteurs, se préoccupe de la culture de ceux-ci.

Il a certes moins contribué que Jean Brunhes à la vulgarisation de la géographie humaine et n'est pas un organisateur comme Emmanuel de Martonne. Mais il joue un rôle plus important au sein de la géographie française que nombre de ses collègues (tels Jules Sion et même Raoul Blanchard) ; ainsi, après la mort de Jean Brunhes (1930), il devient le chef de file de la géographie humaine. Enfin, l'influence de ses idées et de ses méthodes de travail a été importante dans les sciences de l'homme.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • La Picardie et les régions voisines. Artois, Cambrésis, Beauvaisis, Thèse, Paris, Armand Colin, 1905, 496 p. Rééditions, Paris, Guénégaud, 1973 et Cesson-Sévigné, La Découvrance, 2001, sous le titre La Picardie. L'Artois. Le Cambrésis et le Beauvaisis.
  • Dictionnaire-manuel illustré de géographie, en collaboration avec Joseph Blayac, Isidore Gallaud, Jules Sion et Antoine Vacher, Paris, Armand Colin, 1907, 860 p.
  • Le déclin de l'Europe, Paris, Payot, 1920, 314 p. Réédition Paris, Guénégaud, 1975.
  • L'Empire britannique. Etude de géographie coloniale, Paris, Armand Colin, 1923, 280 p.
  • Les Iles Britanniques (tome I), in Paul Vidal de La Blache et de Lucien Gallois (dir.), Géographie universelle, Paris, Armand Colin, 1927, 320 p.
  • Belgique, Pays-Bas, Luxembourg (tome II), in Paul Vidal de la Blache et de Lucien Gallois (dir.), Géographie universelle, Paris, Armand Colin, 1927, 250 p.
  • Paris, la ville et sa banlieue, Paris, Bourrelier, 1933, 62 p.
  • Le Rhin. Problèmes d'histoire et d'économie, avec Lucien Febvre, Paris, Armand Colin, 1935, 304 p.
  • Les Maisons des hommes de la hutte au gratte-ciel, avec Alfred Weiler, Paris, Bourrelier, 1937, 127 p.
  • Problèmes de géographie humaine, Paris, Armand Colin, 1942, 408 p. (posthume)
  • La France économique et humaine (tome VI, 2e et 3e volumes), in Paul Vidal de la Blache et de Lucien Gallois (dir.), Géographie universelle, Paris, Armand Colin, 1946 et 1948, 900 p. (posthume)

Bibliographie[modifier | modifier le code]