Albert Ayguesparse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Albert Ayguesparse

Activités écrivain
Naissance 1 avril 1900
Bruxelles
Décès 28 septembre 1996
Genres poésie, nouvelle, roman, littérature prolétarienne
Distinctions Prix Victor Rossel

Compléments

Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique

Albert Ayguesparse (né le 1er avril 1900 à Bruxelles et mort le 28 septembre 1996)[1] est un poète et écrivain belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Ayguesparse fait carrière dans l’enseignement à Bruxelles. À partir de 1923, il s’investit dans la littérature[2].

En 1945, il fonde avec Pierre-Louis de Muyser et Joseph Bracops la revue Marginales, dont il assurera la direction jusqu’en 1990[3].

Membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, Albert Ayguesparse reçoit de nombreux prix et récompenses, dont, en 1996, le prix quinquennal de littérature de la Communauté française de Belgique pour l’ensemble de sa carrière.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Neuf offrandes claires, poèmes, Magniette, Bruxelles, 1923.
  • Machinisme et culture, essai, Valois, Paris, 1931.
  • Derniers feux à terre, poèmes, chez l’auteur, Bruxelles, 1931.
  • Aube sans soutiers, poèmes, l’Eglantine, Paris-Bruxelles, 1932.
  • Magie du capitalisme, essai, Labor, Bruxelles, 1934.
  • Prometteurs de beaux jours, poèmes, Labor, Bruxelles, 1935.
  • Poème pour trois voix, poèmes, Labor Bruxelles, 1935.
  • La Mer à boire, poèmes, Soutes, Paris, 1937.
  • La Main morte, roman, Éd. Lovanis, Louvain, 1938.
  • D’un jour à l'autre, roman, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1940.
  • L’Heure de la vérité, roman, Julliard, Paris, 1947 (à propos d'une famille de Cahors).
  • Notre ombre nous précède, roman, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1953.
  • Une génération pour rien, roman, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1954.
  • Le Vin noir de Cahors, poèmes, Pierre Seghers, Paris, 1957.
  • Le Mauvais âge, roman, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1959.
  • Poèmes 1923-1960, poèmes, préface d’Alain Bosquet, Ed. Universitaires, Paris, 1961.
  • Selon toute vraisemblance, nouvelles, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1962.
  • Simon-la-bonté, roman, Calmann-Lévy, Paris, 1965.
  • L’Albatros a trois heures de retard, roman, Éd. Le Rail, Paris, 1967. Prix du Rail 1967. Prix Chatrian 1968.
  • Écrire la pierre, poèmes, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1970.
  • Le Partage des jours, nouvelles, Éd. Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1971.
  • Les Armes de la guérison, poèmes, André De Rache, Bruxelles, 1973.
  • Pour saluer le jour qui naît, poèmes, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1975.
  • Obsolètes métaphores, poèmes, Marginales, Bruxelles, 1978.
  • Les Mal-Pensants, roman, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1979.
  • Arpenteur de l’ombre, poèmes, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1980.
  • Sur les brisants du siècle, poèmes, Cyclope-Dem, Bruxelles, 1980.
  • Lecture des abîmes, poèmes, Le Cormier, Bruxelles, 1987.
  • Les Déchirures de la mémoire, poèmes, Le Cormier, Bruxelles, 1989.
Publication posthume
  • Selon toute vraisemblance, nouvelles, préface de Jean-Luc Wauthier, Éd. de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique-Éd. Racines, coll. « Nouvelles complètes », Bruxelles, 2004.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La notice d'autorité de la BnF indique la date du 29 septembre et non du 28.
  2. « http://www.servicedulivre.be/fiches/a/ayguesparse.htm », Service du livre luxembourgeois.
  3. Notice d’autorité de la Bibliothèque nationale de France.

Liens externes[modifier | modifier le code]