Albatros L.76

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Albatros L.76 Aeolus
{{#if:
Constructeur Drapeau : Allemagne Albatros Flugzeugwerke
Rôle Avion de reconnaissance armé
Premier vol 1927
Mise en service 1927
Nombre construits 6
Équipage
2
Motorisation
Moteur BMW VI 5,5
Nombre 1
Type en ligne
Puissance unitaire 600 ch
Dimensions
Envergure 12 76 m
Longueur 8 55 m
Hauteur 3 74 m
Surface alaire 27 8 m2
Masses
À vide 1 615 kg
Avec armement 2 440 kg
Performances
Vitesse maximale 235 km/h
Armement
Interne 1 mitrailleuse de capot et 1 arme arrière

L'Albatros L 76 Aeolus est un avion d'entraînement et de reconnaissance allemand de l'entre-deux-guerres. Particulièrement difficile à piloter, il fit l'objet de deux évolutions.

Les versions[modifier | modifier le code]

  • Albatros L.76 Aeolus : Ce sesquiplan de construction mixte, aile en bois à revêtement de contreplaqué, fuselage en tubes d’acier soudés et entoilée, train fixe, prit l’air pour la première fois en 1927. Commandé par le Truppenamt pour équiper le centre d’entraînement installé à Lipetsk, le L.76 était un avion particulièrement vicieux et les 6 exemplaires construits firent des victimes célèbres, comme Emil Thuy, Pour le mérite et ancien commandant de la Jasta 28 qui se tua à Wivupal le 11 juin 1930 ou Paul Jeschonnek qui s'écrasa à Berlin le 13 juin 1929. Ernst Heinkel Flugzeugbau fut chargé d’améliorer l’appareil, ce qui donna l’Albatros L.77v.
  • Albatros L.77v : Fin 1928 Ernst Heinkel Flugzeugbau livra à Berlin-Johannisthal quatre chasseurs de reconnaissance biplaces en tandem construit sous licence sous contrat de la Reichswehr. Dérivés du L.76, ces appareils étaient sensiblement identiques au précédent avec moteur 12 cylindres en V BMW VI 5,5 de 600 ch. Ils étaient armés de 2 mitrailleuses fixes de capot de 7,9 mm et d’une arme de même calibre sur affût au poste arrière. Un de ces appareils fut détruit au cours des essais en mars 1929, les trois autres affectés à Lipetsk comme vecteurs d’équipements nouveaux ; Ils servirent en particulier à tester un canon Oerlikon de 20 mm sur affût arrière. En décembre 1929 ils furent ramenés en Allemagne, affectés à l’E.Stelle de Berlin-Staaken, et finalement réformés en octobre 1931.
  • Albatros L.78 : Évolution des précédents, ce biplace de reconnaissance et d’observation d’artillerie fut proposé à la Reichswehr dans le cadre du programme Erkudista de 1928. Après essais officiels en 1929 une série de 13 exemplaires, prototype inclus, fut commandée pour utilisation au centre de Lipetsk.

Références[modifier | modifier le code]

  • Michael J. H. Taylor, Jane's Encyclopedia of Aviation. Studio Editions, London (1989).
  • W.Green & G Swanborough, The Complete Book of Fighters. Salamander Books, London (1994). ISBN 1-85833-777-1

Liens externes[modifier | modifier le code]