Alban Mikoczy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alban Mikoczy, né en 1968, est un journaliste français d'origine hongroise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alban Mikoczy a été diplômé de l'École des hautes études en sciences de l'information et de la communication (Celsa) en 1988[1]. Il commence sa carrière à Nice-Matin et à France 3 avant de partir pour France 2 en 1990 en tant que correspondant dans le sud de la France. Il rejoint le service « politique » en 1998 puis le service société entre 2002 et 2006, en sa qualité de chef de service. Il est nommé rédacteur en chef adjoint du Journal de 20 heures de France 2 de 2006 à août 2010[n 1]. À partir de 2000 et jusqu'en 2008, il a été présentateur des journaux de Télématin.

En 2007, il préside une association de journalistes niçois à Paris, intitulée « la brise de Nice ». L'organisme regroupe une soixantaine de professionnels de différents médias, dont notamment, Denise Fabre et Céline Bosquet[2].

En 2008, il obtient un master management des médias en formation continue à Sciences-Po[i 1].

Alban Mikoczy est aussi intervenant à l'université de Nice, à la faculté des lettres (section Arts, Communication, Langages), à l'IUT de Cannes et dans des centres de formation au journalisme[3]. Représentant la France, il participe aux expositions universelles de 1998 et 2000.

Depuis le 25 août 2010[4], il dirige le bureau de France 2 à Moscou comme correspondant en Russie et dans les pays voisins[5].

En 2013, il participe en tant que spécialiste de la Russie aux commentaires des Championnats du monde d'athlétisme 2013 sur France Télévisions.

Il a deux filles Camille et Alizée.

Prise de position[modifier | modifier le code]

En avril 2005, en tant que représentant du SNJ et délégué du personnel à France 2, il s'exprime au sujet du choix des animateurs Jean-Luc Delarue et Marc-Olivier Fogiel pour une émission d'information et de débat consacrée au référendum sur la constitution européenne avec le président Jacques Chirac. Il déclare alors estimer que ce choix prouve que l'objectif de cette soirée n'est pas de réaliser une émission d'information mais « une émission de propagande et d'apologie du "oui" »[6], « un choix risible qui discrédite ceux qui l'ont fait »[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] « Entretien avec Alban Mikoczy, ancien du Celsa promotion 1988  » sur le site Réseau des journalistes du Celsa, le 6 septembre 2012
  2. [2] « Les journalistes niçois de Paris décernent leurs "sosno" 2007 » dans le quotidien Nice-Matin, le 1er avril 2007
  3. [3] Exposition « Darwin et l'évolution » sur le site du Musée de Préhistoire des gorges du Verdon, le 10 juillet 2009, page 9
  4. [4]« Entretien avec Alban Mikoczy, journaliste français d'origine hongroise et correspondant de France Télévisions en Russie », lettre d'information des Grandes écoles, de septembre 2012
  5. [5] Blog officiel du bureau de Moscou, France Télévisions, consulté le 21 juin 2013
  6. Stéphane Sahuc [6], « Du sur mesure pour Chirac » dans le quotidien L'Humanité, le 12 avril 2005
  7. Raphael Garrigos et Isabelle Roberts [7] « Polémique sur l'émission made in Chirac » dans Libération, le 11 avril 2005
  • Interviews
  • Notes
  1. [8] Le journaliste est référencé comme « Responsable des dossiers du 20h00 de France 2 (depuis 2007) », dans le Guide du Pouvoir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • [vidéo] [9] Reportage « Evreux : 50ème anniversaire de la base aérienne 105 » d'Alban Mikoczy sur le site de l'INA, le 14 septembre 1989